Close

L’alimentation a-t-elle vraiment un impact sur l’acné à l’âge adulte ?

L’alimentation est souvent montrée du doigt pour expliquer les problèmes d’acné récalcitrante. Mais qu’en est-il vraiment et faut-il supprimer définitivement le chocolat de ses habitudes alimentaires ?

Temps de lecture : 5 minutes

L’acné est une maladie inflammatoire de la peau qui se caractérise par l’apparition de différents types de lésions comme les comédons et microkystes (dans le cas d’une acné rétentionnelle) ou les jolies pustules, papules et nodules (dans le cas d’une acné inflammatoire).

À lire aussi : Acné à l’âge adulte : d’où vient-elle et comment la soigner ?

Les causes de sa manifestation sont variées mais certains facteurs comme les hormones, l’utilisation de produits cosmétiques inadaptés et l’alimentation sont souvent montrés du doigt. Mais les abus de charcuterie et d’happy hours ont-ils vraiment un impact sur la qualité de la peau ?

Relation entre alimentation et acné, quelles preuves ?

La relation entre l’apparition de lésions acnéiques et les aliments que l’on mange et boit est controversée. Malgré les témoignages de patients qui voient l’état de leur peau empirer après la consommation de certains produits, la communauté dermatologique laisse planer le doute.

La cause ? « Peu d’études cliniques ont été réalisées dans ce domaine et les travaux publiés [sont] anciens », comme le stipule un document de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur le traitement de l’acné par voie locale et générale.

Pourtant, depuis la publication de ce dossier de l’ANSM, en 2007, de nouvelles études sur la question ont été réalisées et elles vont plutôt dans le sens d’un impact négatif de certains produits alimentaires sur l’acné.

Quel impact ont les produits laitiers (lait, yaourts, fromages…) sur l’acné ?

Le lait et les produits laitiers sont souvent cités dans la liste des aliments favorisant les poussées d’acné, mais est-ce justifié ? Les premières études sur le sujet datent de la fin du 19e siècle, mais aujourd’hui encore aucun consensus scientifique n’a été trouvé concernant la relation entre leur consommation et l’apparition de pustules.

Malgré tout, le site de l’Association Française de Dermatologie n’élude pas la question et concède que « les produits laitiers, et en particulier le lait écrémé, consommés en quantité, aggravent l’acné des garçons et des filles consommateurs (2 à 3 fois/jour) par rapport à ceux qui n’en boivent qu’une fois par semaine. »

Elle se base sur une étude américaine de 2010 qui indique que les hormones contenues dans le lait pourraient être mises en cause, ainsi que certains de ses composants qui stimulent l’insuline et le facteur de croissance IGF-1 (insuline growth factor), dont l’élévation est associée à une augmentation du risque d’acné.

Le chocolat peut-il aggraver l’acné ?

Le chocolat est en tête de liste des aliments soupçonnés d’avoir des conséquences sur l’acné faciale et corporelle. Pourtant, son rôle dans l’aggravation des lésions n’est pas très clair.

En 2011, le Journal of American Academy of Dermatology a publié une étude montrant qu’une seule ingestion de chocolat par jour pouvait avoir un impact négatif sur la qualité de la peau.

Plus récemment, la faculté de médecine de l’université Chulalongkorn, en Thaïlande, a partagé ses recherches sur la consommation de chocolat noir et ses effets sur l’apparition de lésions acnéiques. Pendant 4 semaines, 24 hommes sujets à l’acné ont consommé 25g de chocolat noir 99%. Dès deux semaines de test, le nombre de comédons et de lésions inflammatoires avait sensiblement augmenté.

Malgré leurs résultats, ces études ne peuvent pas faire autorité pour une raison très simple : les tablettes de chocolat contiennent du cacao, du beurre de cacao mais aussi du sucre (et parfois même du lait selon le type de produit).

Le sucre, le gras, l’acné et moi

Le sucre est connu pour avoir un indice glycémique élevé, et l’un de ses effets est d’augmenter la production de sébum et donc de favoriser l’apparition de boutons. Comme il est difficile de savoir qui incriminer entre le cacao et le sucre contenus dans les tablettes, l’Association Française de Dermatologie préfère affirmer que « rien n’est démontré actuellement pour le chocolat ».

Concernant les lipides (charcuteries, huiles, etc), aucune étude ne démontre que leur consommation favoriserait le développement de l’acné. Au contraire, manger du gras aiderait à ralentir l’absorption du glucose dans le sang, ce qui éviterait des fluctuations trop importantes risquant d’exciter les glandes sébacées.

Quel impact l’alcool a-t-il sur l’acné ?

Après une soirée arrosée, il n’est pas rare de voir apparaître de petits boutons sur son joli minois. Même s’il n’est pas (encore) scientifiquement prouvé que la consommation d’alcool cause et/ou aggrave l’acné, certaines indications peuvent permettre de se faire un avis sur la question.

D’après une étude de l’Institut national de la santé publique de Finlande, la consommation d’alcool entrainerait une augmentation du niveau de testostérone chez les femmes, ce qui pourrait expliquer la poussée d’acné post-beuverie. Pour rappel, la testostérone est une hormone stéroïdienne du groupe des androgènes qui participe à la production excessive de sébum et donc au développement de comédons et lésions inflammatoires.

Les effets de l’happy hour sur le foie sont aussi à prendre en considération : l’une des fonctions principales de cet organe est d’éliminer les déchets de l’organisme, et l’alcool en fait partie. Boire en trop grande quantité et trop souvent peut surcharger le foie qui a alors du mal à débarrasser l’organisme des toxines par les voies habituelles (urines et selles). Il se charge donc de toxines qui iront ensuite « encrasser » le reste de l’organisme, dont la peau.

Enfin, un verre d’alcool provoque l’inflammation des tissus à cause de la hausse du niveau d’hormones mais aussi de son index glycémique. Comme on a pu le voir plus haut avec l’exemple du chocolat, plus ce dernier est élevé, plus il favorise l’apparition des imperfections cutanées.

Attention tout de même, cet indice ne peut être généralisé à tous les types de boissons alcoolisées car il va dépendre du style d’alcool consommé (champagne, vin, alcool fort…) mais aussi de la façon dont il est servi (pur, avec du jus de fruits, du soda etc). Un petit verre de vin blanc sec aura moins d’effets négatifs sur la peau qu’un whisky-Coca, même s’il n’est pas sans risque non plus.

  • Pour aller plus loin : document de l’organisme canadien Éduc’alcool sur les effets de la consommation abusive d’alcool sur l’organisme.
  • Et bien sûr, rappelons que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération donc.

L’acné et l’alimentation vues par la naturopathie

L’art de bien manger est l’un des fondements de la naturopathie, cette pratique qui vise à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques. L’alimentation, en tant que carburant de l’organisme, joue un rôle important dans son bon fonctionnement. C’est pourquoi après avoir réalisé un bilan complet, un·e naturopathe pourra proposer certaines modifications du régime alimentaire classique pour lutter contre l’acné.

Pour Anne-Claire Méret, naturopathe et autrice de nombreux livres dont La Naturopathie, c’est la vie (chez First, 2017), « beaucoup de facteurs peuvent nuire à la qualité de la peau, et l’alimentation en fait partie ».

Pour mettre toutes les chances de son côté, elle recommande d’adopter autant que faire se peut « une alimentation adaptée et saine à base de fruits et de légumes de saison, et d’abuser du curcuma, une épice naturellement anti-inflammatoire » mais aussi d’éviter la charcuterie, les plats en sauce, les céréales blanches, les sucres raffinés et les produits laitiers. Elle déconseille aussi la consommation régulière et/ou en quantité de caféine et d’alcool.

Selon les résultats du bilan et de la prise de sang (un médecin naturopathe peut en prescrire une afin d’évaluer les éventuelles carences), un régime spécifique peut aussi être proposé pour combler les manques en oméga-3 et 6, en vitamines A, B, C, E, en soufre ou encore en iode, en sélénium et en zinc. Si l’alimentation ne suffit pas, des compléments alimentaires seront proposés.

Et toi, as-tu déjà testé d’arrêter de manger certains aliments pour améliorer ton acné ? Viens me raconter ton parcours dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

27 Juin 2019, à 09:32
@Salbet C'est très intéressant cette approche globale de la naturopathie. J'ai l'impression que certaines personnes sur cette discussion trouvent le sujet de l'alimentation "culpabilisant". C'est vrai qu'il n'y a pas une recette miracle et qu'il n'y a pas grand chose à faire quand on souffre d'un dérèglement hormonal. Mais pour vous raconter un peu mon histoire, j'ai moi-même subi depuis le début de l'adolescence un vrai calvaire hormonal. Les médecins généralistes, endocrino, dermato ne savaient pas quoi faire de moi à part me prescrire du Roaccutane et de l'Androcur. J'ai bien morflé des effets secondaires de ces traitements pendant des années, en étant convaincue que j'étais condamnée à les prendre à vie. J'ai quand même arrêté, et tenté de supporter mon apparence. A aucun moment, je n'ai soupçonné mon alimentation, vu que je mangeais un peu de tout, bien comme il fallait, sans oublier le petit produit laitier à chaque repas, tellement important pour le calcium (discours officiel). Du moment que je suis tombée sur des témoignages liant acné et lactose, je l'ai aussitôt appliqué, pour un effet magique. J'ai donc toujours un problème hormonal, une peau acnéique, mais je ne suis plus couverte de boutons tous les jours et ma vie aurait été légèrement plus facile si je l'avais su à treize ans.
 
Voir les réactions sur le forum (15 réponses)
Close