Close

7 astuces pour te disputer sainement dans ton couple

Manon te donne quelques conseils pour essayer de ne pas trop te laisser envahir par tes émotions pendant tes disputes, et que ces moments soient plus sains dans ton couple.

Temps de lecture : 4 minutes

Je ne sais pas toi, mais moi quand je me prends la tronche avec mon mec, ça peut vite partir dans tous les sens. Sans compter que j’ai un caractère assez explosif et lui aussi, dirais-je pour être polie, et que j’ai beaucoup de mal à ne pas m’emporter et à ne pas jeter des objets contre les murs.

Oui je sais, c’est pas hyper constructif comme moyen de s’exprimer, mais je travaille dessus. Nous ne sommes jamais violents l’un envers l’autre physiquement, pas d’inquiétude, c’est juste les objets qui prennent un peu cher parfois. Et j’me suis dit que tu pouvais peut-être te trouver dans la même situation que moi, ou avoir ton ou ta partenaire concernée.

Je suis donc partie à la recherche de conseils pour apprendre à me disputer « correctement », glanant ici et là des astuces et des méthodes pour tenter de calmer un peu mes accès de colère quand une situation m’énerve dans mon couple.

Même si se disputer dans un couple n’est pas une mauvaise chose, le faire sainement est important et constructif, surtout si tu souhaites que ta relation tienne le coup, et que ces disputes te minent.

Utiliser le « je » plutôt que le « tu » dans une dispute

Plutôt que de dire « tu ne fais pas attention à moi » ou « tu t’en fous de ce que je ressens » utiliser simplement le « je » peut désamorcer une conversation mal partie et éviter de mettre ton binôme sur la défensive.

Tu peux dire par exemple « j’ai l’impression que tu ne fais pas attention à telles ou telles choses et ça me rend triste » ou « je ne me sens pas épaulée pour faire tel truc et ça me blesse ». C’est des exemples hein, faut adapter le discours à ta situation.

Trouver le bon moment pour se disputer

Il paraît qu’il ne faut pas faire ses courses avant de manger, sinon on achète tout et n’importe quoi, parce qu’on a la dalle. C’est un peu pareil pour les disputes, il vaut mieux éviter de les déclencher quand on est pas au max de sa forme, en ayant faim ou en étant crevé.

Je sais que ce n’est pas facile, mais il faudrait essayer de remettre la dispute à plus tard, à un moment où vous serez tous les deux aptes à entendre les arguments de l’un et de l’autre pour éviter les frustrations.

Ecouter ce que l’autre a à dire dans une dispute

Pas aisé quand on a une envie irrépressible de dire ce qu’on pense à l’autre et de balancer tout son argumentaire sans écouter le reste. Pourtant, c’est la base de la communication paraît-il : il faut écouter.

Et même si tu penses que tu as forcément raison, ça peut toujours être constructif d’entendre le point de vue de l’autre. Peut-être même que ça t’éclairera sur ton propre comportement, et que tu te rendras compte, en mettant un ton ego de côté, que tu as aussi des torts.

Prendre une pause pour réfléchir

Si tu es hyper vénère et que tu penses que ce qui sortira de ta bouche ne sera bon ni pour toi ni pour ton ou ta partenaire, prends une petite pause. On ne peut pas te forcer à t’exprimer si tu sens que ce n’est pas le moment ou si tu n’en as pas envie.

Et pour éviter de frustrer l’autre qui a aussi hyper envie de se fighter, lui dire calmement mais fermement que là, c’est pas le bon moment, et que tu as besoin de temps pour y voir clair et te calmer, ça peut être une bonne solution.

C’est personnellement une technique que j’utilise pas mal pour éviter de péter tous les objets qui me tombent sous la main quand je suis énervée, même si c’est vrai que casser un truc en faisant du bruit, ça fait vachement de bien. A la place, je sors faire un tour, je m’isole dans la chambre, ou je vais fumer une clope dans la cour de mon immeuble.

C’est plus sympa que de ramasser les morceaux de ce que tu auras cassé, ou de racheter un téléphone parce que c’est l’objet que tu préfères envoyer valser contre un mur. 

Ne pas crier

Oui ok, pas facile selon les tempéraments. Personnellement, je trouve que j’ai fait pas mal de progrès sur ce point là. Avant, je gueulais facilement, jusqu’au jour où je me suis rendue compte que ça ne servait strictement à rien, à part nous péter les oreilles et faire peur au chat.

Maintenant, j’essaye de parler calmement, sans élever la voix, et bizarrement c’est très efficace pour faire comprendre ce que j’ai à dire. Sans compter que plus tu parles fort, plus la personne en face de toi se sent agressée, n’a pas du tout envie de t’écouter, et pourrait penser que tu t’en contrefous de son avis et de son opinion, ce qui rajoute de la tension.

Essayer de ne pas laisser les problèmes de couple s’accumuler

Comme tout le reste des points cités, c’est une technique propre à chacun. Il paraît qu’il vaut mieux ne pas laisser les problèmes s’accumuler pendant des jours et des semaines, et crever l’abcès assez tôt, pour éviter une accumulation et ne plus voir le bout des trucs qui te tracassent vraiment.

Tu peux aussi hiérarchiser les sujets de dispute, en passant des plus importants pour toi aux moins problématiques, mais l’important c’est, on ne le dira jamais, de communiquer. C’est la clé de tout.

Accepter ses torts dans une dispute

Accepter ses torts, et calmer son ego, c’est vraiment pas chose facile. Etant hyper fière, j’ai parfois beaucoup de mal à admettre que oui, je déconne, oui, je vais trop loin, et oui, je ne suis pas du tout dans une démarche qui va apaiser les tensions.

Au contraire, je peux être de très mauvaise foi, par pure provocation ou parce que mon ego est blessé et que je ne veux pas le montrer. Relou, pas vrai ? Mais le truc, c’est que ça ne mène nulle part, clairement.

C’est vraiment un truc sur lequel j’essaye de travailler dans mes relations et surtout dans celle que j’ai avec mon mec : accepter que j’ai tort, accepter que je me trompe, et sans faire de pirouette pour que ça passe inaperçu. Pas facile, mais plus constructif et plus sincère.

Je ne prétends pas détenir la vérité sur le couple ou sur la manière de gérer les crises quand elles arrivent, mais je pense que ces conseils peuvent être entendus et s’adapter aux situations qui le permettent. Après, si ton truc c’est de péter des assiettes en étant écarlate, libre à toi hein ! À chacun sa manière de réagir, tant que la violence ne touche que toi et que tu as du contrôle sur tes actes.

À lire aussi : Emma Watson explique qu’elle est en couple avec elle-même

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

16 Juin 2020, à 11:20
C'est "marrant" votre réaction de pleurer... vos émotions s'expriment comme elles peuvent, et c'est peut être déjà bien qu'elles s'évacuent d'une certaine manière. C'est sûr que ça n'aide pas à la compréhension, et que ça doit rajouter à la frustration.

J'avoue que j'ai tendance à la colère froide en général et aux coups bas (quand ça n'est pas mon chéri) et c'est vrai que je peux prendre un malin plaisir à voir / voire faire dégonder quelqu'un que je n'aime pas (particulièrement mon chef), car je suis capable d'aller très loin dans la provocation (petit sourire en coin, "c'est bon? la crise est finie? on peut parler entre adulte?)....mais c'est vraiment pour les personnes que je déteste...je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose, et je sais EXACTEMENT de qui je tiens ça (mon père :facepalm:)

Dans le cadre privé, je ne fais jamais ça, je discute calmement j'essaye d'écouter et de répondre avec bienveillance. Il m'a fallut beaucoup de temps pour arrêter de tout retourner a mon avantage et de ne pas manipuler la personne en face en me victimisant et en la faisant culpabiliser. (encore des habitudes saines inculquées cette fois si par ma mère). Je suis assez contente du chemin que j'ai fait, même si j'ai parfois quelques relents de manipulation, j'essaye toujours de les étouffer et/ou de m'excuser.
 
Voir les réactions sur le forum (43 réponses)
Close