Close

Canicule : puis-je arrêter de travailler s’il fait trop chaud ?

Avec la canicule, les températures s'affolent sur ton lieu de travail. Peux-tu légalement arrêter de travailler et rester chez toi en slip ? On fait le point dans cet article (écrit à trente centimètres d'un ventilateur).

Temps de lecture : 3 minutes

« Il fait chaud, hein ?! ». Jean-Mi de la compta est le dixième de la journée à balancer ce scoop dans l’open space (non-climatisé) et tu as envie de lui faire manger ses notes de frais (mais l’effort risquerait de te donner encore plus chaud).

Jean-Mi a raison pourtant, avec la vague de chaud qui s’est abattue sur la France cette semaine, les températures au travail (en intérieur comme en extérieur) sont élevées. Et tu te demandes peut-être si tu as le droit, légalement, d’arrêter de travailler pour cause de canicule.

Peut-on arrêter de travailler à cause de la canicule ?

Cet article, qui fait le point sur les dispositions légales pour les fonctionnaires et salarié·es, devrait sans doute t’intéresser.

Si tu es indépendant·e, c’est à toi de décider en ton âme et conscience s’il est raisonnable de continuer à bosser par cette chaleur, ou s’il vaut mieux aller lire des Picsou Magazines dans la pénombre de ta grotte ton appartement en suçotant des Mister Freeze.

L’autre option consistant bien sûr à aller travailler dans un endroit climatisé : bar, bibliothèque, etc.

Garantir la santé des salarié·es en cas de canicule

Première mauvaise nouvelle : le Code du Travail ne prévoit aucune température au-delà de laquelle le travail doit être suspendu. La seule obligation légale (et plutôt floue) de l’employeur est de garantir la sécurité et la santé au travail de ses employé·es.

Concrètement, les deux seules obligations précisées sont :

  •  mettre à disposition de l’eau fraiche et potable,
  • faire en sorte que l’air soit renouvelé dans les locaux fermés.

Cela ne signifie toutefois pas que l’entreprise doit installer un système de climatisation. Comme l’explique Marine Sonnerat, juriste aux Éditions Tissot : « une simple aération vers l’extérieur suffit ». Comprendre, une fenêtre.

Au-delà de 33°, le travail présente des dangers importants

Toutefois, l’Institut National de Recherche et de Sécurité estime qu’au-delà de 33°, le travail présente des dangers importants, notamment dans le cas où il nécessite l’usage de la force physique.

Et tous les travailleurs et travailleuses peuvent, en cas de danger grave et imminent pour leur santé, exercer leur droit de retrait. Dans les faits, il peut être compliqué d’estimer si les températures élevées représentent un danger grave et imminent… C’est beaucoup plus simple à estimer quand il s’agit de conduire un camion dont les freins seraient défectueux par exemple.

La canicule peut toutefois avoir des vraies conséquences sur l’organisme (malaise, déshydratation, coups de chaleur…), provoquant dans des cas extrêmes des accidents du travail ou des décès.

Sois donc particulièrement attentif·ve aux premiers symptômes (fatigue, sueurs abondantes, nausées, maux de tête, vertiges, crampes…) et hydrate-toi régulièrement avec de l’eau fraîche, mais pas glacée.

Les risques sont aggravés lorsque l’humidité relative de l’air est élevée (supérieure à 70%) et lorsque les températures nocturnes sont supérieures à 25°, puisque celles-ci empêchent la récupération complète de l’organisme et perturbent le sommeil.

À lire aussi : Rétention d’eau et jambes lourdes : comment limiter la gonflette ?

Adapter le cadre pour continuer à travailler malgré la canicule

Tu peux aussi demander à ton employeur de mettre en place des mesures pour rendre le travail plus supportable :

  • augmenter la fréquence des pauses (à l’ombre / au frais),
  • décaler les horaires (arriver et repartir plus tôt du travail – la période avant 11h du matin est la plus agréable en termes de température),
  • faire du télétravail (s’il fait plus frais chez toi ou si ça peut t’éviter de t’entasser dans un bus ou un métro non-climatisé), etc.

Enfin, je ne peux que t’encourager à veiller à la température chez toi et au bureau, en fermant les volets et les fenêtres lorsque la température extérieure est plus élevée, puis en les ouvrant la nuit ou au petit matin lorsqu’elle baisse.

Tu peux aussi bosser sur la circulation de l’air (ventilateur, courants d’air, éventail) et sur ta tenue vestimentaire (couleurs claires, vêtements larges en matière respirante, chapeau en plein soleil…).

Pour aller plus loin : tu peux aller lire le doc de l’INRS sur le travail en période de fortes chaleurs. 

Je te laisse, je vais aller prendre ma deuxième douche froide de la journée. Et j’attends ton retour d’expérience sur le boulot en pleine canicule dans les commentaires.

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

30 Juin 2019, à 18:16
@MrsAnonyme Je suis bibliothécaire aussi (décidément on est nombreuses sur le forum ! y a un petit topic créé ici d'ailleurs) on a fermé plus tôt aussi tous les soirs, il faisait plus de 35 dans le bâtiment. Le nombre de gens que j'ai vu arriver plein d'espoir et repartir déçus de l'absence de clim...
Après faut pas se le cacher, la clim est un désastre écologique en puissance.
 
Voir les réactions sur le forum (14 réponses)
Close