Close

Je pensais que le yoga n’était pas fait pour moi, j’avais tort !

Quand elle ne travaille pas au sein de la régie de madmoiZelle et Rockie, Marie fait du sport, beaucoup de sport. Mais le yoga ne l'attirait pas du tout, jusqu'à ce qu'elle teste une séance et revoie ses aprioris...

Temps de lecture : 3 minutes

Si je devais définir une seule chose pour me caractériser, ce serait assez évident : le besoin de me dépenser. C’est quelque chose qui me définit depuis toujours et qui me suit à travers les années.

Cela passe évidemment par le sport (je ne peux pas m’en passer depuis ma plus jeune enfance), mais aussi simplement par le fait d’être toujours ultra-active : je me lève plus tôt le matin pour “faire des trucs”. Le samedi matin je m’empresse d’aller me balader dans les rues encore calmes de Paris, je pars courir à 8h le dimanche… Bref, je ne tiens pas vraiment en place.

En fait, plus je suis KO et lessivée après ma journée, plus je suis satisfaite ! Je crois que j’ai un besoin viscéral de me donner jusqu’à l’épuisement (oupsi). Et dans ma pratique sportive, c’est un peu pareil, j’adore les activités frontales, voire “traumatisantes” pour le corps : le basket-ball, la course à pieds ou encore le HIIT (High Intensity Interval Training).

Mes idées reçues sur le yoga

Du coup, les premières fois où l’on m’a présenté le yoga, c’était une évidence : ce sport n’allait pas me convenir. Et ma liste d’arguments était longue : je ne suis ABSOLUMENT pas souple, j’aime quand ça “tabasse”, je n’arrive pas à déconnecter mon cerveau et je ne suis pas vegan (euh, quoi ?! Qu’est-ce que ça fout là ça ?).

Tiens, voilà un joli cliché parmi tant d’autres qui s’incruste… Car oui, j’avais la tête pleine d’idées reçues sur le yoga : à moitié pour les bobos, à moitié pour les gens perchés, pas vraiment un sport mais plutôt un moyen de se détendre (comme si c’était incompatible).

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de tester la plateforme Urban Sports Club (j’en ai parlé dans mon premier article sur Rockie), qui propose l’accès à un large choix d’activités sportives.

Un jour, et parce que l’offre me le permettait, j’ai eu envie de sortir un peu de ma zone de confort en testant quelque chose de nouveau.

Mon choix ne s’est pas porté sur le Fit Ballet ou la Pole Dance, mais sur le yoga vinyasa, que l’on m’a présenté comme “dynamique”. J’ai été à ce premier cours – accompagnée de Cassandre, community manager de l’équipe et yogi assidue – sans aucune attente particulière. Et surprise : j’en suis ressortie réellement satisfaite !

Découvrir le yoga… et adorer ça !

J’ai réellement eu mal aux abdos, j’ai senti mes muscles travailler, j’ai même senti une goutte de sueur couler sur mon front ! Le tout dans un cours où je ne me suis pas sentie jugée pour ma maladresse, mes grimaces ou mes moments d’incompréhension (notamment la première fois où j’ai entendu le mot “Adho Mukha Shvanasana” ou chien tête en bas).

Cette bienveillance est portée par Maëva, professeur de yoga mais aussi véritable rayon de soleil, que je prends plaisir à retrouver chaque mercredi midi.

Avant le cours, elle nous invite à poser une intention sur notre pratique (envers quelqu’un ou nous-même) et à la fin elle nous invite à remercier notre corps. Je n’avais jamais pris le temps de le faire durant toutes ces années… même après mes 3 marathons !

Moi : “Franchement merci pour tout, c’est chan-mé ce que tu me fais faire !”
Mon corps : “Tiens, tu ne le remarques que maintenant ?”

Ce qui me plaît dans le yoga vinyasa, c’est que l’on travaille les muscles en profondeur tout en lâchant prise, avec des enchaînements assez créatifs. J’ai remarqué qu’aucun cours ne se ressemble : certains postures “maîtresses” sont récurrentes, mais l’histoire que nous raconte Maëva est chaque semaine différente.

Mon avis sur le yoga après bientôt 5 mois de pratique

Cela fait maintenant plusieurs mois que je vais régulièrement à ce cours (une fois par semaine) et très clairement, je galère encore sur à peu près tout ! Je ne suis toujours pas souple, j’ai un quart de seconde de retard par rapport au “flow” du cours et je tire généralement la langue quand on apprend un nouveau mouvement.

À côté de cela, je suis ravie de mettre à profit mes propres points forts : les abdos et les cuisses par exemple. Avec cette complémentarité, la pratique du yoga me fait réellement du bien physiquement, et me permet d’être encore meilleure en course à pieds ou en renforcement musculaire.

La prochaine étape va être de me concentrer sur la respiration, qui est fondamentale dans le yoga (particulièrement pour le vinyasa). Jusqu’à présent, c’était impossible pour moi de réussir à comprendre les positions, les appliquer correctement tout en maîtrisant mon souffle. C’est le prochain chapitre que je veux écrire dans ma pratique, et ça prendra le temps qu’il faudra.

Je crois que c’est aussi pour cela que j’aime le yoga vinyasa : pour la première fois, je me dépense sans chercher la performance à tout prix.

Bref, si tu ne penses pas être faite pour le yoga (ou pour n’importe quelle autre activité sportive), je t’invite à essayer quand même… Si ça se trouve, tu auras une bonne surprise !

Et toi, tu as déjà testé le yoga ? Tu as des aprioris sur ce sport ? Viens on en parle dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

14 Nov 2019, à 16:27
@Eglantine En soi y a autant de types de yoga que de personnes (ou presque haha)
Pour quelqu'un de très sportif, pas du tout porté sur le côté univers-spirituel-licornemagique etc. le yoga vinyasa peut être pas mal, c'est un yoga dynamique basé sur des flow, c'est à dire des enchaînements au rythme de la respiration, souvent sans pauses pour tenir la posture, ça peut être bien intense, et ça fait un peu "méditation en mouvement" car tu n'as pas le temps de penser, il faut beaucoup de concentration. Et ça fait bien bien suer !
Bref, c'est pas pour te convaincre, c'est super si tu trouves ce qu'il te faut avec le Body Balance :clin:
 
Voir les réactions sur le forum (15 réponses)
Close