Close

Comment bien gâcher un entretien d’embauche

À quoi bon mettre toutes les chances de ton côté pour décrocher un poste ? Notre contributrice Chloé te donne ses astuces pour foirer en beauté ton prochain entretien d'embauche...

Temps de lecture : 4 minutes
Retrouve tous les articles de notre série humoristique « Comment bien gâcher » par ici !

Si tu me demandes mon avis, le succès professionnel c’est très surfait, surtout dans cette société bancale qui menace de s’écrouler à tout moment, même si le terme de « à tout moment » n’est pas encore bien défini (sans incertitudes anxiogènes, on rigolerait moins).

Ton expérience de manager marketing ne te servira pas à grand-chose lorsque le jour du grand effondrement viendra et que tu seras contraint de tout abandonner pour rejoindre une communauté autonome réfugiée au milieu du bois de Vincennes et qu’on attendra de toi que tu saches chasser le castor et construire des huttes avec des feuilles d’ortie.

Alors à quoi bon chercher du travail et donner le meilleur de toi-même dans l’espoir d’être recruté·e ?

Pour te faire gagner un temps précieux, je vais te donner quelques conseils pour rater immanquablement tes entretiens professionnels et t’assurer ainsi que plus jamais personne ne t’embauche nulle part.

Conseil numéro 1 pour rater son entretien d’embauche : porter une tenue inadaptée

Tu as invoqué ton ami internet afin de savoir comment t’habiller pour un entretien d’embauche et tu as consulté les conseils dispensés par un célèbre magazine féminin.

Tes doutes se confirment : ton meilleur ami le jogging rose fluo troué, qui t’a pourtant été fidèle durant toutes ces années de glande Netflix, ne fais pas partie de la panoplie adéquate lorsque l’on recherche un poste sérieux. Cette combinaison en cuir rouge que tu arbores les jours où tu te sens l’âme aventurière non plus.

Le constat est sans appel : tu n’as rien d’adapté à la situation et il est hors de question que tu sacrifies ton âme écolo sur l’autel de la fast fashion qui aurait pourtant pu te garantir une tenue décente d’ici demain 10 heures.

« Bah attends, sinon je te prête quelque chose », Te dit ta sœur qui espère que ce nouvel emploi va te permettre de lever les fonds nécessaires pour quitter définitivement le canapé qu’elle a naïvement mis à ta disposition il y a maintenant six mois.

La réponse est non. Ton psy est formel, tu as suffisamment de valeur pour être apprécié·e comme tu es. Si l’entreprise qui te convoite ne te désire qu’en chemise et en tailleur, alors elle ne te désire pas vraiment. Demain sera placé sous le signe du legging à motifs hiboux et du t-shirt à l’effigie de Tryo, ou ne sera pas.

Conseil numéro 2 : arriver en retard à un entretien d’embauche, la base

En arrivant à l’heure à ton entretien d’embauche, tu pourrais donner l’impression au recruteur qu’il se trouve face à un individu respectueux dont les capacités d’organisation sont suffisamment correctes pour lui permettre de gérer ses impératifs en temps et en heure. Tu n’aurais rien contre, en théorie, mais le manager de ton futur (très très) hypothétique service t’as collé un rendez-vous à 10 heures du matin. Soit le milieu de la nuit ou presque.

Si tu es d’accord pour partager tes talents avec une entreprise heureuse élue, il n’est pas question que cela se fasse aux dépens de tes précieuses passions qui te permettent de rester en vie. En l’occurrence, jouer à Pokémon jusqu’à 5 ou 6 heures du matin. Dans ces conditions, un réveil frais et dispo aux alentours de 9 heures est inenvisageable. Tu iras à midi. Ils ont déjà de la chance que tu te déplaces.

Conseil numéro 3 : Ne pas se renseigner sur l’entreprise au préalable

Tous les coachs professionnels te le diront, pour charmer un recruteur, il est impératif de se renseigner sur l’entreprise convoitée en potassant son site internet et sa page LinkedIn.

Tu dois être capable de répondre à la fameuse question : « qu’est-ce qui vous attire dans notre entreprise ? », puis de poser toi-même quelques questions techniques prouvant que tu as bien suivi le dossier.

Quand le recruteur de cette startup qui crée des solutions de suspensions textiles te demande si tu as eu le temps de te renseigner sur leur gamme de produits, crée la surprise en répondant non.

Plus tard, quand ton interlocuteur voudra savoir ce qui t’attire dans ce secteur d’activité, explique humblement que tu ne vois pas bien ce que l’on peut trouver d’intéressant dans la fabrication de porte-manteaux, mais que, hey, il faut bien manger.

Conseil numéro 4 pour rater un entretien d’embauche : faire preuve d’une honnêteté brute

« Lorsque tu cherches du travail, tu dois éviter de mentir » m’a récemment dit ma grand-mère qui a pris sa retraite en 1980. Là où les gens auront tendance à ne suivre que partiellement cet excellent conseil en faisant volontairement l’impasse sur certains épisodes sombres de leur vie professionnelle et en enjolivant d’autres, tu devras pour ta part faire preuve d’une sincérité absolue.

Ta dernière expérience professionnelle ? Elle remonte à mai 2017 et tu t’es fait licencier au bout de deux mois, car tu arrivais régulièrement ivre au bureau. Ces allégations étaient totalement fondées et par conséquent, tu n’as qu’un très vague souvenir de la période en question. C’est le moment de mettre la gomme sur l’auto-apitoiement. Oui, c’est vrai, tu as connu une phase très difficile, et la perspective de retourner bosser te glace d’effroi, mais il faut bien commencer quelque part, c’est ton psychiatre qui l’a dit !

Conseil numéro 5 : avoir la critique facile

Si on avait rédigé un livre Monsieur Madame en ton honneur, on l’aurait intitulé Monsieur ou Madame bonne ambiance. Franchement, comme tu le confieras au recruteur, tu es une personne extraordinaire et très douée. Tu ne sais pas comment les services dans lesquels tu as jadis exercé continuent de tourner sans ton expertise.

Lorsque le recruteur te fait remarquer que ton CV n’indique aucune expérience professionnelle supérieure à six mois, tu sens que c’est le moment d’expliquer à quel point tes collègues et tes supérieurs étaient incompétents et ne supportaient pas ton esprit critique constructif qui aurait pourtant pu faire tant de bien à la société.

Le souci, c’est que les gens ne tolèrent pas ceux qui sortent du lot. Tu as tendance à attiser les jalousies, les convoitises et la rage de la plèbe que tu forces malgré toi à se confronter à sa médiocrité.

N’hésite pas à détailler tes propos, si possible à l’aide de données absolument confidentielles sur les sociétés qui t’ont embauché·e dans le passé, cela illustrera à quel point tu dis vrai quand tu expliques être une personne de confiance.

Et toi, quelles sont tes astuces pour bien gâcher un entretien d’embauche ? Viens tout nous dire dans les commentaires ! (Et si tu veux des vrais conseils pour briller en entretien d’embauche, on a un article sur le sujet !)

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

1 Juil 2020, à 19:18
Mets tout ton système digestif à contribution en mangeant des plats bien flatulogènes et générateur de bon gros renvois avant de t'y rendre et, une fois sur place, fais bien ostensiblement toutes tes éructations gazeuses (bouche grande ouverte, fesse relevée) et ponctue les d'un "ah, ça fait du bien".

Petit plus: soigne bien ton haleine de sorte qu'elle décolle le papier peint du bureau du DRH.
 
Voir les réactions sur le forum (25 réponses)
Close