Close

Tu portes de l’eyeliner ? Tu risques d’être perçue comme étant moins compétente

Une étude récente s’intéresse à la façon dont le maquillage influence l’idée qu’on se fait des femmes. Sans te spoiler, la conclusion n’est pas jolie jolie.

Temps de lecture : 2 minutes


En janvier 2020, la revue scientifique et féministe américaine Sex Roles a publié les résultats d’une étude sur les femmes et le maquillage, et plus précisemment sur l’image que les femmes très maquillées peuvent renvoyer à leurs interlocuteurs.

Pour réaliser cette enquête, cinq chercheurs de l’Université libre de Bruxelles et de l’université Nebraska-Lincoln aux Etats-Unis ont proposé à un panel de 1000 participantes et participants (anglo-saxons pour la plupart) d’évaluer le visage de femmes avec et sans maquillage.

Et les résultats font mal à la grande fan de makeup que je suis : après étude des questionnaires remis au panel, les chercheurs ont déduit que les femmes très maquillées étaient jugées moins compétentes, moins chaleureuses et moins honnêtes que les femmes non-maquillées. Et c’est encore pire pour celles dont les yeux sont très fardés, qui arrivent en bas du classement en matière de qualités humaines.

Au webmagazine PsyPost, le chercheur Philippe Bernard, auteur principal de l’étude, explique : « c’est possible que les visages très maquillés soient perçus comme moins humains car ils sont traités visuellement de la même façon que la plupart des objets. Il existait déjà des études sur la sur-sexualisation et l’objectification des femmes liées à la tenue vestimentaire, mais on manquait de ressources sur l’impact du maquillage. » Et au vu des résultats, il ne fait pas bon avoir la main lourde sur l’eyeliner.

À lire aussi : Trop ou pas assez “féminine” : quand tes collègues passent leur temps à juger ton apparence

Cependant, comme l’explique le Guardian dans sa newsletter The Week In Patriarchy, jeter ta trousse de maquillage aux ordures n’est pas forcément la solution (même en respectant les consignes de tri des cosmetiques). En effet, d’après une autre étude de 2011, ce maquillage si « déshumanisant » serait quand même bien utile pour avoir l’air plus « compétente » et « aimable » dans le monde professionnel. À condition qu’il soit léger et naturel, sinon on retombe tout de suite dans la sur-sexualisation. Bref, dur dur d’être une femme, à devoir marcher sur un fil pour ne pas être objectifiée ni invisibilisée.

Et sinon, si on envoyait balader tout ça ? Le « pas assez » d’une personne sera toujours le « trop » d’une autre alors, quitte à déplaire, autant se faire plaisir.

Et toi, quel est ton rapport au maquillage ? Est-ce que tu as l’impression de renvoyer une image différente lorsque tu en portes ?

Rubrique

Le dernier commentaire

22 Mai 2020, à 11:30
@Mullipa justement, je pense que c'est cette situation paradoxale qui est reprise dans l'article et qu'on retrouve dans d'autres témoignages :
d'un côté, quand on n'est pas maquillée, on s'entend dire qu'on est fatiguée, qu'on a mauvaise mine, qu'on devrait se reposer ou qu'on se néglige, qu'on pourrait faire un effort, qu'on n'est pas féminine...
de l'autre côté, l'étude mise en avant par l'article tend à montrer que selon son niveau de maquillage, une femme sera considérée comme moins compétente professionnellement, moins aimable, plus superficielle...

Mais l'expérience personnelle ne permet pas de saisir la tendance qui est ancrée dans nos mentalité, dans notre culture, dans notre imaginaire collectif.
Par exemple, dans mon boulot une "grande cheffe" qui gère un gros secteur national de notre activité s'habille hyper sexy, est toujours très maquillée, très apprêtée... et pourtant elle est arrivée à un gros poste à responsabilité dans un milieu très masculin et à un niveau tel que l'argument "elle a grimpé dans la hiérarchie parce qu'elle plaît aux hommes qui font les carrières" est impensable.
 
Voir les réactions sur le forum (21 réponses)
Close