Close

« Pour la fête des pères, nous voulons : 1 mois de congé paternité »

Fab, fondateur de madmoiZelle et Rockie, est signataire de cette Tribune co-écrite par un collectif de pères qui réclament l'allongement du congé paternité à #1moisminimum. On te partage le texte dans son intégralité sur Rockie, et tu peux aussi participer à la mobilisation.

Temps de lecture : 3 minutes

TRIBUNE — Ce dimanche 21 juin 2020, c’est notre fête ! L‘occasion pour nous de prendre la parole de manière positive, sincère, concertée et libérée sur l’allongement du congé paternité.

Nous sommes plusieurs pères à co-écrire cette tribune. Notre engagement est né de nos expériences personnelles à la naissance de nos enfants. Certains d’entre nous ont pris un long congé parental, d’autres ont été frustrés par un congé paternité trop court. Certains ont quitté leur travail pour s’occuper de leurs enfants et d’autres ont bénéficié d’un système de congé paternité plus long dans d’autres pays.

Cela fait quelques années que nous essayons, avec beaucoup d’autres parents, de faire bouger la France. Nous sommes heureux d’observer un élan national favorable : le sujet intéresse de plus en plus, les tribunes, études et articles sur le congé paternité se multiplient. Mais nous vivons aussi notre engagement avec le sentiment d’une contradiction.

Malgré la succession de rapports officiels démontrant les bienfaits d’un allongement du congé paternité pour l’enfant, l’implication du père dans l’éducation, l’égalité femme-homme à la maison comme sur le marché du travail, aucune réforme ne figure à l’agenda de l’État.

En tant que pères, nous pensons que nous avons un grand rôle à jouer. Nous constatons avec regret que la revendication d’un congé prolongé des hommes soit bien souvent portée par les femmes. Plus actives, plus militantes, elles sont au premier rang de la mobilisation. Ne devrions- nous pas nous aussi nous exprimer davantage ?

Allongement du congé paternité : nos voisins européens se mobilisent

Avec l’évolution favorable de la loi dans les autres pays européens, il est important de rappeler que la France fait figure d’exception et de mauvais élève. Notre congé paternité est particulièrement court (11 jours consécutifs). Quant à notre congé parental peu rémunéré (396€/mois), il est un échec national puisque seulement 4% des pères le prennent. 

Des revendications sur le sujet ne semblent pas utopiques. Au contraire. L’Espagne (16 semaines pour 2021) et le Portugal (1 mois obligatoire) ont largement allongé leur congé paternité. Ils rejoignent ainsi les pays nordiques (Danemark, Suède, Finlande, Islande, Norvège) où les congés parentaux mieux rémunérés se comptent en mois. En France, où est la volonté politique ?

À défaut de réforme de l’Etat, une multiplication des initiatives privées

Pour faire face à la défaillance de l’Etat, certaines entreprises françaises mettent en place une politique inclusive en déployant des congés parentaux plus égalitaires. Un “Parental Act” offrant un mois de congé au deuxième parent 100% rémunéré a été adopté par 328 entreprises. D’autres initiatives de petites et grandes entreprises françaises vont dans ce même sens.

Toutes ces décisions sont évidemment positives mais engendrent des inégalités. La possibilité de rester plus longtemps avec son enfant dépend aujourd’hui de l’action de son entreprise et de son statut social. Souhaitons-nous une parentalité à deux vitesses en France ?

Plus de 60% des 18 à 34 ans souhaitent un allongement du congé paternité

Il nous semble important d’agir maintenant et de donner à la nouvelle génération de pères le changement qu’elle désire : plus de 63% des jeunes de 18 à 24 ans souhaitent un allongement du congé paternité (baromètre de la DREES). Le partage des tâches est une évidence pour 80% des hommes de la génération Y. Ils sont 70% à déclarer vouloir mettre leur carrière entre parenthèses pour s’occuper de leurs enfants (études Mazars et WoMen’UP sur 750 hommes de la génération Y).

L’allongement du congé paternité est le juste reflet de l’évolution de la société. Il est citoyen avant d’être politique. Il ramène de l’égalité au sein du foyer. Il fédère plus qu’il ne divise. La paternité est l’affaire de tous. Soyons aujourd’hui des pères responsables et assumons nos devoirs pour ceux de demain.

Un #1moisminimum et un appel aux témoignages

Remettons ensemble le congé paternité au centre du débat et exprimons-nous collectivement sur ce sujet. Libérons notre parole !

  • Pour que chaque père puisse avoir le choix d’un congé paternité plus long.
  • Pour que chaque mère ne soit pas seule le mois qui suit la naissance.
  • Pour que l’égalité femme-homme soit aussi un sujet d’homme.

Alors, pour la fête des pères, soutenez-notre initiative :

Des pères engagés :

À lire aussi : 5 bonnes raisons d’allonger le congé paternité

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

22 Juin 2020, à 20:25
@Cathy Gale effectivement, c'est une mesure assez coercitive pour les personnes qui souhaiterait faire une pause dans leur vie professionnelle. Après je me dis que les trois ans du congés parental ne sont pas indemnisés, donc au delà de la période indemnisé, est-ce qu'on aurait pas plus intérêt à prendre un congé sabbatique, un congé sans solde ? C'est aussi une modalité qu'il faudrait rendre plus facile dans le monde du travail pour que les salariés avec ou sans enfants puissent expérimenter autre chose que leur vie pro pendant quelques temps.
Pour moi l'obligation du partage du congé parental est plutôt censé répondre à la discrimination des femmes à l'embauche :
si le congé paternité est de même durée que le congé maternité et que le congé parental se prend à 50/50, il n'y a plus d'avantage comparatif à embaucher un homme par rapport à une femme (à âge et situation familiale égale bien sûr) : les deux genre sont autant "à risque" l'un que l'autre.
 
Voir les réactions sur le forum (11 réponses)
Close