Close

J’aimerais bien kiffer Game of Thrones, mais je n’y arrive pas

Clémence aurait bien aimé participer à la grande liesse populaire autour de la diffusion de la dernière saison de Game of Thrones, mais non, vraiment, ça ne prend pas.

Temps de lecture : 4 minutes

Je n’aime pas Game of Thrones. Et pourtant, si tu as lu mes précédents articles, tu le sais : j’adore regarder des séries ! Je trouve que c’est un format qui permet de raconter des histoires intéressantes, avec des rebondissements et des personnages complexes. Et si la série met en scène des héroïnes fortes, se passe dans le passé ou contient des luttes de pouvoir, je signe direct.

Sur le papier, la série avait donc tout pour me plaire. Et pourtant, je n’ai pas réussi à accrocher… Voici toutes les raisons pour lesquelles je n’aime pas Game of Thrones.

J’ai du mal à supporter les scènes de violence dans Game of Thrones

Je pense que l’un des freins principaux, c’est que j’ai du mal à supporter les scènes de violence à l’écran. Peut-être parce que je ressens trop d’empathie pour les personnages ? En tout cas, les scènes où il y a de la souffrance physique me rendent malade, au sens premier du terme, et en particulier les scènes de torture qui sont vraiment insoutenables pour moi. 

 Lorsqu’il y a trop de sang/boyaux/cadavres/hurlements de douleur (rayez les mentions inutiles), je suis obligée de fermer les yeux et de me boucher les oreilles (oui, oui, comme une enfant terrorisée) ou de passer à la scène suivante. 

Comme je risque de rater des éléments importants de l’histoire en faisant ça, je dois demander à la personne qui regarde avec moi (mon mari, en général) de me faire un résumé de la scène. C’est ce que j’ai fait à plusieurs reprises dans Outlander, dans American Gods, et dans un paquet d’autres séries où il y a des scènes de baston et de guerre.

J’aurais pu avoir recours au même stratagème en regardant Game of Thrones, mais j’aurais quand même raté un bon paquet de scènes…

Je m’attache (trop) vite, et pour Game of Thrones, c’est un problème

En fait, je pense que le principal obstacle entre G.O.T et moi, c’est mon petit cœur sensible. Je suis du genre à m’attacher hyper vite aux personnages dans les œuvres de fiction. Je partage leurs souffrances et leurs bonheurs, je pleure et je vibre au fil de leurs aventures.

Et quand j’arrive à la dernière page ou au générique, je suis profondément triste de quitter toutes ces belles personnes, fictives certes mais que j’ai l’impression de connaître par cœur. Et je trouve que c’est encore plus dur dans le cas des séries, parce qu’elles durent plusieurs saisons (et donc plusieurs années). Dixit la meuf qui ne s’est toujours pas remise de la fin de Downton Abbey ou de Gilmore Girls.

Et même si tu n’as jamais regardé un seul épisode de Game of Thrones, tu le sais sûrement : c’est une série où les personnages meurent TOUT LE TEMPS. Personne n’est à l’abri, pas même les personnages principaux. Tu commences à t’attacher, et HOP, les scénaristes (et avant eux l’auteur de la saga littéraire George R.R. Martin) te zigouillent ton ou ta préféré·e. Et il ne te reste que tes yeux pour pleurer. Non vraiment, je n’aime pas Game of Thrones et ses personnages qui meurent sans arrêt.

Alors, je sais que pour certaines personnes, c’est justement ce qui fait tout le sel de la série. Savoir que n’importe qui peut y passer n’importe quand, ça rajoute de l’enjeu. Tu trembles dix mile fois plus puisqu’il n’y a pas de contrat implicite entre les scénaristes et le public pour dire que les personnages principaux vont se sortir des pires situations, dans l’immense majorité des cas.

Je suis pas venue ici pour souffrir, okay Game of Thrones ?

Sauf que moi, je suis pas venue ici pour souffrir okay ?! Je ne suis pas capable de vivre un deuil tous les trois épisodes. Pour me protéger, j’ai donc tendance à ne plus m’attacher aux personnages, mais du coup je trouve moins d’intérêt à suivre ce qui leur arrive, et donc je décroche petit à petit de la série.

Attention SpoilerLe paragraphe suivant contient un spoiler sur la saison 1. Bon, il y a prescription non ? Si tu envisages toutefois de regarder ou de lire Le trône de fer un jour, je te suggère de sauter un paragraphe.

J’ai commencé à regarder la saison 1 de Game of Thrones il y a plusieurs années avec mon amoureux et j’ai kiffé ! Du moins jusqu’au moment où l’un des personnages principaux (mon chouchou) se fait décapiter sous les yeux de ses enfants. J’étais tellement DÉGOÛTÉE que je n’ai jamais regardé les saisons suivantes. Il a continué sans moi…

Et pourtant, quand je vois avec quelle ferveur chaque épisode est attendu par nos potes, sur Twitter, ou à la rédac (cf : les excellents récap rigolos de Mymy sur madmoiZelle), je me dis souvent que je passe à côté de quelque chose. Mais c’est sans doute trop tard pour moi. Je n’ai clairement pas le courage de rattraper les six saisons (plus deux épisodes) manquants, et je ne suis pas prête à faire mon deuil d’autres personnages.

Game of Thrones : un phénomène culturel et ses références

Même si je n’aime pas Game of Thrones, je ne passe pas complètement à côté du phénomène pour autant. Je vis avec quelqu’un qui a lu tous les livres, regarde la série et est incollable sur la généalogie des Targaryens. Il me fait donc régulièrement des récaps de l’histoire dans les grandes lignes, et me soumet certaines de ses théories.

Je connais donc plein de personnages sans les avoir jamais vus, et je suis capable de comprendre la plupart des blagues ou répliques associées à la série. C’est d’ailleurs assez marrant de me rendre compte que je connais toute ces références sans être jamais allée plus loin que la saison 1. J’imagine que les non-fans d’Harry Potter doivent vivre un peu la même chose au quotidien.

Reste que je n’attends pas le lundi avec impatience et que je me sens souvent un peu à l’écart de toute cette ébullition. Alors, je l’admets, je me réjouis pour celles et ceux qui vivent le meilleur moment de leur année, mais j’ai quand même un peu hâte que la saison 8 se termine et qu’on passe à un nouveau phénomène culturel (sans trop de morts, svp).

Tu vis la même chose que moi ? Ou alors tu es dans la team Westeros ? Viens m’expliquer pourquoi dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

14 Mai 2019, à 18:43
Moi, c'est tout le battage médiatique qu'il y a autour qui me dissuade de m'y intéresser. C'est le genre de chose qui peut facilement me dégoûter d'un truc, peu importe l'avis que j'avais sur lui au tout début, parce que je peux vite faire une overdose. J'ai l'impression que le buzz généré atteint des sommets historiques, je ne connais aucune autre série qui en ait généré autant. Là, tout internet s'est donné le mot pour analyser le moindre micro-détail de chaque épisode ou élaborer des théories (les théories de fans étant déjà un truc qui me dépasse à la base). Et entendre parler en permanence d'un truc qui ne t'intéresse pas, c'est usant.
 
Voir les réactions sur le forum (38 réponses)
Close