Close

Tout ce que mes grands-mères m’ont transmis

Pour la fête des grands-mères, Clémence a réfléchi à tout ce que ces deux femmes exceptionnelles lui avaient apporté.

Temps de lecture : 3 minutes

Dimanche 3 mars, c’est la fête des grands-mères. Alors, OK, c’est une énième fête commerciale (qui zappe en plus complètement les grands-pères), mais je me suis dit que c’était quand même le prétexte idéal pour te parler de mes grands-mères et de ce qu’elles m’ont appris.

Je suis l’aînée des petits-enfants, du côté paternel comme maternel, et mes grands-parents sont encore tous les quatre en vie. J’ai donc la chance de pouvoir passer du temps avec eux régulièrement et en grandissant, j’ai noué une relation particulière avec mes grands-mères.

À part leur année de naissance, 1938 (si t’es fort·e en calcul mental, tu sais donc qu’elles ont eu 80 ans l’année dernière), mes deux grands-mères sont très différentes l’une de l’autre. Leurs centres d’intérêts, parcours et caractères sont à l’opposé, mais les valeurs et les leçons qu’elles m’ont transmises se ressemblent.

De la détermination et de la passion

Mes grands-mères ont toutes les deux mené de front leur carrière et leur vie de famille, à une époque où l’on encourageait plutôt les mères dans leur milieu à rester au foyer. Ma grand-mère maternelle a eu 7 enfants et ma grand-mère paternelle 3. Et j’imagine sans peine combien elles ont dû jongler au quotidien entre leur éducation et leurs impératifs professionnels. Leur exemple me montre que c’est possible de mener les deux de front.

Surtout, elles ont exercé pendant des années un métier qui les passionne, l’enseignement, chacune à leur manière. Au point qu’arrivées à l’heure de la retraite, elles n’ont pas vraiment décroché… L’une est pianiste, et continue de donner des concerts et des cours, l’autre est géologue, et a enseigné pendant des années à l’université.

Deux univers très masculins dans lesquels elles ont tracé leur route avec détermination. J’espère avoir hérité de leur courage et de leur goût pour la transmission, mais je me réjouis déjà de partager la même passion pour mon métier de journaliste.

Beaucoup de générosité

Je pourrais faire une liste infinie de tous les actes de générosité accomplis par mes grands-mères (et plus largement par mes grands-parents) pour moi. Ils m’ont hébergée pendant mes études, m’ont prêté leur voiture alors que je venais d’avoir le permis, m’ont soutenue pendant mes concours et mes partiels, me cuisinent toujours mes plats préférés et me laissent même les clés de leurs maisons pour organiser des soirées ou des week-ends entre potes. Bref, j’ai des grands-parents en or.

« Est-ce que tu me fais confiance ? » Moi quand je demande leurs clés de voiture à mes grands-parents…

Surtout, mes grands-mères sont mon premier fan-club. Elles me soutiennent dans toutes mes décisions, se réjouissent de mes succès, m’aident à rebondir après des échecs et me consolent quand je suis triste. Bref, tout comme mes parents, mes grands-parents m’ont aidée à grandir et à devenir une adulte équilibrée (quoique encore pétrie de doutes).

De l’écoute et l’envie d’apprendre

Régulièrement, nos avis divergent sur la politique ou des sujets de société comme l’IVG, les droits des femmes ou des personnes LGBT. Et oui, je sens souvent la différence de générations, d’éducations ou d’opinions entre nous et j’en souffre parfois. Mais j’ai remarqué que mes grands-mères prêtaient toujours attention à ce que je disais. Elles ne balayent pas mes arguments d’un facile « vouléjeune » ou « c’était mieux avant ». Elles m’écoutent avec respect et valorisent mon expertise et ma parole. Ce qui est loin, très loin,  d’être le cas de toutes les personnes que je croise.

Plus globalement, je suis bluffée par leur volonté d’apprendre et de rester connectées au monde qui les entoure, notamment grâce aux nouvelles technologies. J’ai même récemment téléchargé une application pour écouter des podcasts sur le téléphone de ma grand-mère paternelle à sa demande (et j’en ai profité pour l’abonner au podcast Histoires de Couples !).

J’espère du fond du cœur que je leur ressemblerai quand j’aurais 80 ans, et que je vais encore pouvoir profiter pendant longtemps de leurs conseils et de leur amour.

Et toi, qu’est-ce que tes grands-mères t’ont transmis ? Viens en parler dans les commentaires.

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

5 Mar 2019, à 12:54
Moi je connais les histoires de mon arrière-grand mère pendant la guerre par ma mère. Elle avait un lien très fort de grand-mère à petite fille. Donc elle lui a raconté beaucoup de choses. Pas tout. Mais beaucoup. Mon grand-père, son fils avait 6 ans 39, il m'a raconté pas mal de choses aussi.
 
Voir les réactions sur le forum (17 réponses)
Close