Close

Ce nouveau spectacle féministe sur Netflix va te retourner

Hannah Gadsby avait présenté Nanette sur Netflix en 2018. Elle revient avec un nouveau seule-en-scène intitulé Douglas, et c’est encore du génie.

Temps de lecture : 3 minutes

Hannah Gadsby est une comédienne de stand-up dont le spectacle Nanette, diffusé sur Netflix en 2018 avait remué tout ce qu’il y avait à remuer à l’intérieur de mon bide.

Je ne te parle pas d’une réaction suspecte suite à l’ingestion d’un plateau de sushis, mais bien d’un trop plein d’émotions que son spectacle avait fait surgir de nulle part. C’était poignant, c’était fort, c’était drôle, c’était émouvant. Tout ça en même temps, et oui.

Si tu n’as pas encore vu Nanette, je te le conseille chaudement, tout comme Mymy dans un article publié chez madmoiZelle. 

À lire aussi : C’est quoi ce film turc sur Netflix dont tout le monde parle ?

Douglas de Hannah Gadsby, sur Netflix

Si Nanette avait pu m’arracher de grosses larmes, pour Douglas, l’effet n’est pas le même. Pas de gros sanglots cette fois, pas de larmes qui coulent de rage et de peine, mais ça n’empêche pas que ce show soit encore une fois brillant, de par la diversité des sujets qui sont abordés toujours avec autant de vérité.

Hannah Gadsby commence par un long préambule, où elle donne les grandes lignes de ce qui va se passer pendant son show. Elle annonce directement la couleur et te dit de quoi elle va parler, quelles blagues elle va faire, quels vont êtres les sujets.

Si tu penses que ce préambule gâche le plaisir de la surprise, c’est faux : tout arrive, tout ce qu’elle avait dit se produit, mais le fait de l’avoir su en avance ne fait que rajouter du comique au show. Tout est bien ficelé, c’est le moins qu’on puisse dire.

Douglas de Hannah Gadsby, et la multitude de sujets abordés

La misogynie, le patriarcat, l’autisme, l’histoire de l’art, la représentation des femmes, la masculinité toxique, les anti-vaccins, les haters, le manspreading… Tout, ou presque.

Hannah Gadsby nous parle de sa vision de la société avec son accent si délicieux à entendre, son humour mordant et fin, son intelligence hors du commun.. Oui, je suis fan, très clairement.

J’ai du mal à écrire cet article parce que je ne veux pas trop t’en dire pour ne pas te gâcher le plaisir de regarder ce spectacle, et parce qu’il est difficile de retranscrire tout ce qui s’y passe.

Douglas de Hannah Gadsby, et les hommes

Douglas, le nom de son nouveau spectacle, est aussi le nom du chien de l’humoriste, comme elle l’explique. Mais on comprend assez vite que ce nom n’est pas que ça, il est une introduction à tout le propos de son show.

Douglas est aussi le nom de famille du sage-femme qui a découvert le « cul-de-sac de Douglas« , un espace dans l’anatomie féminine. Cette zone de l’anatomie de la femme a été « découverte » par un homme donc, qui y a planté son drapeau et l’a nommé.

Tout part de là, comme le dit Hannah Gadsby : les femmes doivent vivre dans un monde où tout a été nommé par les hommes.

Si tu ne vois pas trop où elle veut en venir avec cette réflexion, je ne peux que te conseiller de te prendre 1h10 de ton temps et de te connecter sur Netflix pour regarder l’intégralité de son spectacle.

Douglas de Hannah Gadsby, et l’autisme

L’humoriste nous apprend qu’elle a été diagnostiquée autiste il y a seulement quelques années. Et cette déclaration lui permet d’enchaîner quelque peu (c’est un euphémisme) une partie de la population qui l’exaspère au plus haut point visiblement : les anti-vaccins.

Elle explique donc être autiste, mais que ce n’est pas à cause d’un vaccin, comme de nombreuses personnes, familières avec les théories du complot, suggèrent depuis des années.

Elle dégomme à tour de mots les aficionados de cette théorie dont l’absurdité a été prouvée maintes et maintes fois, et ajoute même à la fin de cette partie : « Votre haine est mon vaccin, mais vous allez faire quoi, je suis déjà autiste ! »

Comme elle le dit elle-même, être autiste ne la rend pas si différente. Elle a simplement l’impression d’être la seule personne sobre dans une fête où tout le monde est bourré.

Elle explique être toujours en décalage, raconte des anecdotes d’école, et termine en affirmant : « Il y a de la beauté dans ma façon de penser ». C’est si vrai.

Si tu aimes les beaux mots, l’humour fin et mordant, l’histoire de l’art, les punchlines, l’intelligence et la sensibilité, je te conseille 1000 fois de regarder le nouveau spectacle d’Hannah Gadsby.

C’est disponible sur Netflix, tout comme son précédent seul-en-scène Nanette, si jamais tu veux te faire une petite séance de rattrapage.

J’ai hâte de lire ce que tu en as pensé dans les commentaires !

À lire aussi : 3 séries-documentaires complètement WTF à mater sur Netflix

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

2 Juin 2020, à 15:14
J'adore Hannah Gatsby ! J'ai regardé les deux spectacles, et j'ai beaucoup aimé, même si j'ai une préférence pour Nanette ; )
 
Voir les réactions sur le forum (10 réponses)
Close