Close

Lettre à l’homme qui m’a brisé le coeur

Après une rupture douloureuse, Margaux a rencontré quelqu'un. L'occasion pour elle d'écrire une lettre à cœur ouvert à son ex, pour la dernière fois.

Temps de lecture : 3 minutes

Tu ne liras jamais ces mots.

D’une part car je t’en ai déjà envoyé suffisamment pour te montrer ô combien tu comptais à mes yeux.

De deux car il en vient un goût de folie, d’avoir la plume encore à vif de toi depuis ces deux années passées.

Je t’écris car j’ai rencontré quelqu’un. Un homme bien, je crois.

Il a des qualités et des défauts mais il semble me correspondre, il semble répondre à mes attentes, à celui que j’imagine pouvoir aimer.

« Que j’imagine pouvoir aimer », cette phrase m’inquiète déjà car avec toi je n’ai jamais imaginé quoi que ce soit. J’ai aimé directement.

Mais j’admets qu’à 27 ans et plusieurs relations passionnelles, il est reposant de se plonger dans une rencontre sans obsession, sans tourbillon.

Tout est simple pour le moment, il me fait rire, j’ai envie de le voir, de l’écouter parler des heures. J’ai envie de le connaître par coeur mais.

Ai-je besoin de te préciser que je le chasse ?

Que depuis que j’ai entreouvert la possibilité de lui faire confiance, je le chasse ?

Je traque la moindre faille, la moindre égratignure.

Je traque des excuses pour m’en éloigner.

Ces moments tu les connais. Je cherche à lui faire déjà autant de mal qu’il va m’en faire dans mon imaginaire. Comme tu m’en as fait.

J’ai déjà le coeur à mille à l’heure d’imaginer des situations non contrôlées. L’amour et sa folie.

Alors je replonge dans ma tendre et douce solitude.

Et puis, je t’écris, à toi, mon bourreau.

Toi qui me laisse là, des mois après, avec un coeur encore lourd et effrayé mais toujours à te regretter.

Comme si tu avais été meilleur que lui.

Comme si tu étais le seul responsable de mon état.

Non, tu n’es rien de tout ça. Tu n’es plus qu’un vague souvenir de moments que j’idéalise encore.

J’ai toujours pensé que l’amour c’était la passion. Plus ça prend aux tripes et plus je souffre, plus la jauge de l’amour est au sommet.

Une part de moi ne veut pas accepter de voir les choses autrement.

Que je suis sensible.

Que c’est ainsi que je fonctionne.

Que ça n’a pas marché avec toi mais qu’un jour ça arrivera.

Mais je dois bien constater, après des mois de recul, que je me suis toujours fait du mal inutilement.

J’ai rencontré un homme. Un homme bien je crois. La passion n’est pas sous la forme dont j’ai l’habitude mais elle est là d’une autre façon.

J’apprends doucement à le connaître. Je découvre un homme qui est là pour moi. Qui m’appelle tous les jours pour me demander comment je vais, ce que j’ai fait de ma journée, pour m’encourager dans mes projets.

J’apprends à être rassurée et aimée.

Certaines diront que c’est la base d’une relation. Pas faux. Mais avec toi c’était comme si nous n’avions pas besoin de ces étapes.

Est-ce que c’est cela vieillir ?

C’est nouveau pour moi et apaisant. Je souris en écrivant ces lignes car c’est à toi que j’aimerais le raconter. C’est bête, il n’y a pas de raison. Peut être parce que c’est avec toi que j’aurais aimé le vivre. Ce n’est pas le cas et ça ne le sera jamais.

Je me rends compte que le mal que tu m’as fait me pousse aujourd’hui à de nouvelles réflexions. Je me sens grandir.

Alors j’ai peur. Peur que ça ne marche pas. Peur qu’il parte comme toi. Mais finalement si je ne me lance pas, comment pourrais-je continuer d’avancer et de m’élever ?

Je ne sais foutrement rien de ce que cette rencontre va donner. Je sens juste qu’elle m’aide malgré tout à t’oublier petit à petit. À te voir comme une étape de ma vie qui m’a faite évoluer.

J’ai l’impression que je prends confiance en moi et dans mes envies.

Alors je te laisse sur ces mots et je vais continuer à vivre cette nouveauté dans ma vie.

Et tout ira bien.

Toi aussi tu as eu du mal à avancer après une rupture amoureuse ? Viens en parler dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

15 Juil 2020, à 06:36
En même temps, je ne suis pas certaine que l'amour passion se choisisse.
Il y a une grosse part de désir qui joue ( les hormones toussa ) mais aussi et surtout une part psychologique. Souvent, on vit des amours passions pendant l'adolescence ou à la petite vingtaine, période où l'on se connaît encore peu soi , et donc où trouver une résonance en l'autre provoque des émotions fortes. Et quand on connaît un amour passion adulte, je suis convaincue que c'est un peu le même schéma : l'autre réveille en nous des failles narcissiques bien ancrées, et nous donne le sentiment de les combler.
A l'inverse, quand on a une bonne connaissance et estime de soi, on a les ressources pour se combler soi-même, et l'on est plus à l'abri des relations toxiques. Et dans ce cas, les relations passionnelles du début ont plus de chances d'aboutir sur une relation plus "" tiède "" mais satisfaisante.

A l'inverse, ceux qui s'enferment dans une relation de couple ennuyeuse ont souvent peur de se retrouver seuls avec leurs failles, et préfèrent encore un partenaire qui ne leur correspond pas à l'angoisse d"être seuls avec eux-mêmes.

Ce que je veux dire par là, c'est que relation passionnelle ou plus platonique, il y a tellement de mécanismes inconscients qui jouent que l'on ne choisit finalement pas tant que ça les partenaires vers lesquels on se tourne. Et que du coup, les personnes qui restent dans des relations destructrices ne sont pas à blâmer. Par contre, celles qui ont assez de recul et de courage pour en sortir, je leur tire mon chapeau.
 
Voir les réactions sur le forum (14 réponses)
Close