Close

Lexique pour comprendre tes potes qui font des gosses #1

Vous n'avez pas d'enfants, mais ce n'est pas le cas de vos potes ? Ils utilisent des mots que vous ne comprenez pas et vous aimeriez bien suivre un peu leurs discussions ? Pas de panique, je vous décrypte tout ça.

Temps de lecture : 5 minutes

Quelle idée de se reproduire, franchement. En plus de rendre les gens niaiseux, ça leur donne un petit air supérieur qu’ils agrémentent à coups de « Quoi ? Tu ne sais pas ce qu’est le colostrum ? Mais tu n’étais jamais en cours de SVT ou quoi ? » qui peut vous donner parfois franchement envie d’aider leur tête à rencontrer une pelle (rouillée, la pelle.)

Mais les parents ne sont pas que des êtres insupportables, ils peuvent aussi être des personnes tout à fait sympa, pour qui le monde entier ne tourne pas qu’autour de leur progéniture. Certains même prennent le temps de vous expliquer de quoi ils parlent, pour vous éviter une recherche Google.

Oui bon, quand je dis « certains parents », je parle de moi hein, et je vais vous aider à décrypter un peu les termes phares de la parentalité, pour ceux qui sont loin des couches et qui ne pipent pas un mot quand ils se retrouvent face à des humains qui ont décidé d’enfanter.

Au mieux, ça aidera vos relations amicales (on n’est pas obligé de larguer ses potes quand ils ont des mômes), et au pire ça vous fera briller en société quand vous pourrez dire fièrement que oui, vous savez très bien ce que sont les lochies.

À lire aussi : Comment survivre à une journée avec un enfant quand t’as pas l’habitude

Le retour de couches

Loc. masc. : survenue des premières règles après l’accouchement. Alors oui je sais, vous êtes déçus, mais on ne parle pas ici d’un paquet de couches pour bébé qu’on se prendrait violemment dans la tronche.

C’est moins drôle que ça, en vrai. Le retour de couches est simplement le moment où les menstruations, qui étaient aux abonnées absentes pendant la grossesse, font leur grand come back.

Le retour de couches, c’est le retour des cycles, c’est le retour à la vie d’avant, le bébé qui pleure en plus. Le retour de couches peut se faire plus ou moins tôt en fonction des femmes, mais aussi en fonction d’autres facteurs.

Selon une étude anglaise et dont les résultats ont été traduits par le site de la Leche League, l’allaitement retarderait le retour de couches.

Par contre, le retour de couches ne veut pas dire que c’est le moment où on redevient fertile. On peut l’être même avant cela (c’est le cas pour 10 % des femmes), et l’allaitement n’est pas un contraceptif.

Attention, il y a un twist : le retour de couches n’a rien à voir avec les lochies.

Les lochies

N. fém. pluriel qui vient du grec lokheia. Ne paniquez pas tout de suite, je vous explique aussi ce que c’est : les lochies sont des écoulements utérins qui surviennent pendant des semaines après l’accouchement. Mais ce ne sont pas des règles !

Certes il y a du sang, mais pas que (le corps humain est fascinant). Dans les lochies, on retrouve donc du sang, des liquides, mais aussi des fragments muqueux. Ces écoulements veulent dire que la plaie utérine laissée par l’expulsion du placenta cicatrise.

C’est relou parce que ça dure une plombe (environ deux semaines, mais ça peut varier selon les femmes), ça change de couleur mais ça ne va avec rien, et en plus c’est presque du non-stop.

La grossesse avait cet avantage non négligeable de nous faire oublier la sensation des règles pendant neuf mois, et là on dirait que l’utérus rattrape le temps perdu pendant cette pause.

Merci mais non merci, la vie était quand même plus simple quand on n’était pas obligée de porter des serviettes hygiéniques de la taille d’un paquebot (avec l’option culotte filet jetable pour les plus aventureuses) all day long. 

Les tranchées

N. fem. pluriel. Attention, je sens poindre la déception : oui, les tranchées utérines n’ont rien à voir avec la guerre 14-18. Bon tant mieux en vrai, déjà que l’accouchement peut-être une vraie boucherie, c’est pas la peine d’en rajouter.

Mais du coup, qu’est-ce que c’est que ce truc ? Les tranchées sont tout simplement des contractions (oui, encore), qui permettent à l’utérus de reprendre sa place dans le bassin. Pas le bassin d’Arcachon, mais le truc osseux.

Pendant l’accouchement, l’utérus se contracte pour expulser le locataire et le placenta, et après avoir fait son boulot, il fait du rab en continuant à se contracter pour reprendre une taille normale, rapport au fait qu’il n’y a plus personne qui squatte les lieux.

Alors qu’on se rassure, les tranchées ne font pas mal comme les contractions de l’accouchement (on n’est pas maso non plus), mais elles ne font pas non plus du bien par où elles passent. Celles qui ont décidé d’allaiter remarquent d’ailleurs que ces tranchées se font bien sentir au moment où leur bébé tête : c’est normal. La tétée provoque une sécrétion d’ocytocine, une hormone qui fait survenir les contractions utérines et qui permet la sécrétion lactée. Vous avez vu, vous allez pouvoir vous la péter au prochain diner avec toutes ces infos.

En parlant d’allaitement, y a un petit mot qui ressort souvent dans la bouche de celles qui ont décidé de craquer leur PEL en faisant un enfant : le colostrum.

Le colostrum

N. masc. du latin colostrum : liquide jaunâtre sécrété par la glande mammaire les premiers jours suivant l’accouchement, avant la montée de lait. Miam, ça donne faim (non).

Si vous pensiez que le bébé tétait directement du Candy Up dès les premières minutes de vie, ce n’est pas le cas. Avant que le lait maternel finisse par se pointer, l’héritier ne goûtera qu’au colostrum, qui est secrété parfois même avant l’accouchement, et qui sera produit pendant environ 5 jours après la naissance. Ensuite, il sera remplacé par le lait maternel qui fera sa grande apparition.

Le colostrum est relativement important pour le nourrisson, puisqu’il est composé de nombreuses protéines, et surtout des immunoglobulines. En gros, c’est comme une sorte de vaccin qui fournit des anti-corps, et qui protège et facilite la croissance des organes, notamment du tube digestif. Assez pratique comme truc, vous en conviendrez.

Du coup, si vous allez voir votre pote qui vient tout juste d’accoucher à la maternité et qu’elle a des taches jaunes un peu partout sur son tee-shirt, c’est pas encore le moment de paniquer, c’est tout à fait normal.

La rééducation du périnée

Périnée : nom masc., du grec perineos. Mais pourquoi faut-il le rééduquer celui-là ? Est-ce qu’il claque les portes en levant les yeux au ciel comme un ado en pleine rébellion ? Est-ce qu’il pense que Marine Le Pen ferait une bonne présidente ? Non, c’est pas dramatique à ce point, du moins pas à l’échelle nationale.

Le périnée, ou le plancher pelvien pour ceux qui se la pètent, est un ensemble musculaire en forme de losange (oui, pourquoi pas), s’étendant de la face postérieure du pubis jusqu’au coccyx.

Mais ça ne dit toujours pas pourquoi il faut le rééduquer, n’est-ce pas ? Attendez, j’y viens.

Il faut visualiser un peu la scène : pendant l’accouchement, le bébé n’aide pas franchement à ne pas défoncer toutes les portes qui se présentent à lui, et il arrive que le périnée, ce muscle extensible mais-pas-trop, prenne un peu cher. Chez certaines femmes, ça passe tout seul et y a pas de boulot à faire, mais chez d’autres ça peut demander quelques séances dites de « rééducation »,  pour que la région périnéale reprenne sa forme initiale.

Mais ça fait quoi si on ne le rééduque pas ? Ah mazette, c’est chaud. Vous avez déjà entendu parler de descente d’organes ? D’incontinences anale et urinaire ? Franchement, se pisser dessus à chaque fois qu’on rigole, c’est pas ce qu’il y a de plus pratique.

C’est pour ça que 6 à 8 semaines après l’accouchement, votre pote ira rééduquer son périnée à l’aide de plusieurs exercices, pendant une ou plusieurs séances, en fonction de l’étendue des dégâts.

Alors, à qui ont dit merci d’avoir sauvé vos prochaines soirées avec vos potes jeunes parents ?

À lire aussi : Mon enfant est-il un con ?

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

2 Sept 2020, à 23:17
Ben moi je n’ai pas (encore ?) d’enfant et je trouve ça important de savoir que ça existe : je préfère découvrir ça maintenant que de faire une gaffe avec une copine ou de découvrir ces notions quand (si un jour) c’est mon tour...
 
Voir les réactions sur le forum (26 réponses)
Close