Close

Peut-on vraiment manger un aliment tombé au sol avant cinq secondes ?

Vous connaissez cette histoire qui dit qu'on peut manger un aliment tombé au sol, si moins de cinq secondes se sont écoulées ? Alors, légende urbaine ou fait scientifique ?

Temps de lecture : 3 minutes

« Ça va, c’est resté par terre moins de cinq secondes, je peux le manger. » Qui n’a jamais entendu cette phrase ? Cette réflexion, nous serions plus de 87% à l’avoir, selon une étude britannique. Difficile de devoir jeter un carré de chocolat, un bout de gâteau ou un morceau de comté à la truffe, tout ça parce que vous l’avez fait tomber au sol quelques secondes. Vous pensez que le temps a un rôle à jouer dans l’accumulation de bactéries sur un aliment ? C’est un peu vrai, mais pas totalement.

À lire aussi : Pourquoi les chats courent-ils après avoir fait caca ?

Tout est une question de surface

En 2003, Jillian Clarke, une étudiante de l’université de l’Illinois, avait reçu un Ig Nobel – le prix qui récompense les recherches qui « font tout d’abord rire les gens pour ensuite les faire réfléchir ». Dans son étude, elle avait mené l’expérience sur plusieurs aliments dont des bonbons et des biscuits, les faisant tomber sur des tuiles qu’elle avait préalablement badigeonnées des bactéries E. Coli, dont certaines souches peuvent être pathogènes, entraînant alors des gastro-entérites, infections urinaires, méningites.

Après des observations au microscope, elle a pu remarquer que la contamination se produisait en moins de cinq secondes sur ces aliments.

Quelques années après la publication, une autre équipe s’est également penchée sur la question, mais cette fois-ci en étudiant les sols sur lesquels les aliments tombaient, en marquant des différences entre le carrelage, le parquet ou encore la moquette. Et ce qui est ressorti de leurs observations, c’est que la moquette contaminait beaucoup moins rapidement la tranche de saucisson qu’ils avaient utilisé, contrairement au parquet ou au carrelage. Étonnant, n’est-ce pas ?

Mais c’est également une question de texture

Décidément, ce sujet passionne les scientifiques, puisqu’une troisième étude a été encore publiée, prenant en compte de nouveaux facteurs, mais surtout de nouveaux aliments. Plusieurs scénarios ont été appliqués : du pain, du pain beurré, des bonbons gélatineux ou encore de la pastèque, ont été mis en contact avec de l’acier inoxydable, du carrelage, du bois et de la moquette.

Et ce qui en est ressorti, c’est que plus un aliment est humide, plus il est rapidement contaminé. La pastèque par exemple a été contaminée en moins d’une seconde, l’humidité favorisant le déplacement des bactéries.

Les chercheurs avaient conclu : « Bien que cette recherche montre que la règle des cinq secondes est « réelle » dans le sens où un temps de contact plus long a entraîné plus de transfert, elle montre également que d’autres facteurs, y compris la nature de l’aliment et la surface, sont d’importance égale ou supérieure. La règle des cinq secondes est une simplification excessive de ce qui se passe réellement lorsque les bactéries passent d’une surface à un aliment. »

Des aliments moins contaminés que d’autres

Enfin, en 2017, Anthony Hilton a dirigé une nouvelle étude dans les cuisines et les salons de 40 foyers de la ville de Birmingham, en Angleterre. Différents types d’aliments ont été jetés sur différents types de sols, allant du parquet à la moquette. Il en a conclu que les aliments comme les lasagnes ou les bonbons gélatineux avaient été le plus contaminés en restant au sol plus longtemps, tandis que les biscuits secs ou le chocolat ne collectaient que peu de bactéries, même en restant plusieurs minutes par terre.

Anthony Hilton avait rajouté, quant à la possibilité de tomber malade après avoir ingéré un aliment tombé :

« De toute évidence, les aliments recouverts de saleté visible ne doivent pas être mangés, mais tant qu’ils ne sont pas visiblement contaminés, la science montre qu’il est peu probable que ces aliments aient ramassé des bactéries dangereuses après quelques secondes passées sur un sol intérieur. »

Tout est une question de bon sens finalement. Est-ce qu’il nous viendrait à l’idée de manger un aliment tombé au sol dans la rue ? S’il a été prouvé que déguster un aliment tombé dans notre salon n’est potentiellement pas dangereux pour la santé, ce n’est évidemment pas la même chose pour ce qui tombe sur un trottoir qui voit déferler des milliers de chaussures crados, de crachats, de pipis de chiens et autres joyeusetés.

Globalement, ce qui ressort de toutes ces études est que oui, il est possible de se tenir à la règles des cinq secondes sans mourir d’une intoxication alimentaire, mais faut pas abuser non plus et venir se plaindre d’avoir la droule ensuite. Bon appétit !

À lire aussi : Peut-on vraiment manger un aliment tombé au sol avant cinq secondes ?

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

8 Nov 2020, à 17:24
@Lolita Je m'y connais pas du tout, mais est-ce que c'est possible de contaminer son sol suffisamment juste en marchant avec ses chaussures (qui ont côtoyé la propreté des trottoirs :silenced:) et/ou en ayant des animaux chez soi (qui côtoient aussi le trottoir voir pire) ?

J'anticipe l'argument que les gens nettoient leur sol, si on marche tous les jours avec ses chaussures mais qu'on nettoie seulement une fois par semaine, est-ce que c'est suffisant pour que ce soit ok de manger ce qui y tombe ? :sweatdrop:
 
Voir les réactions sur le forum (15 réponses)
Close