Close

Qu’est-ce qui fait avancer Marion Séclin ? (et en bonus : son épitaphe)

Marion Séclin se pose avec Fab dans un épisode totalement improvisé mais néanmoins puissant d'Histoires de Succès. On y parle de son éventuelle envie de faire du rap, de ses moteurs, qui la poussent à devenir "incontournable" dans son métier.

Cette semaine, je suis : HEU-REUX. Heureux parce que je reçois Marion Séclin, qui est une amie de longue date, heureux parce que c’est ma première interview depuis le déconfinement, en face-à-face avec un autre être humain, et heureux enfin parce que cet épisode n’était pas DU TOUT prévu, et qu’on a tourné ça totalement à l’arrache, alors qu’on était censés passer une soirée tranquilles avec Marion.

Tu peux écouter cet épisode depuis le player ici, ou directement dans ton app de podcast préférée ou sur Spotify :

Si tu n’as jamais écouté l’histoire de son parcours, rendez-vous sur cette interview assez intense qui date de janvier 2018.

Dans cet épisode, on discute de plein de choses : de la ligne édito de son compte Instagram, de ses velléités d’écrire des textes de rap, de ses moteurs aussi, de ce qui la pousse en avant, et de cette envie folle qu’elle a de devenir comme elle dit « incontournable » dans son métier.

💌 Abonne-toi à ma newsletter, je t’envoie des nouvelles et des liens !

🎧 Abonne-toi au podcast, un nouvel épisode tous les jeudis matins !

Rendez-vous jeudi prochain, à partir de 6h dans votre appli de podcasts, pour un nouvel épisode d’Histoires de Succès. Si vous connaissez quelqu’un qui a ou avez vous-mêmes une « Histoire de Succès » à raconter, écris-moi : succes@fabflorent.com. Merci !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

31 Mai 2020, à 12:40
Y'a du bon dans cette interview, j'ai par exemple apprécié la transparence de Marion sur le business d'Instagram. Mais y'a quand même tellement de trucs qui me font grincer des dents :erf:

Je vois bien que @Fab essaie de la faire nuancer, mais le rant sur les supposées "Barbies féministes" (la vérité j'arrive même pas à savoir qui ou quel type de compte elle vise vraiment :hesite: ) et "si je voulais buzzer encore plus et être instafamous je ferais du féminisme mainstream" comme si vraiment on récoltait plus de lauriers que de tombereaux de merde en étant ouvertement féministe sur les réseaux, j'ai vraiment du mal avec ce point de vue et je trouve ça limite misogyne :dunno:

Au moment où elle singe les meufs en mode "hinhin Polanski a eu un César, c'est vraiment nulleuh :crying:" honnêtement j'en ai eu physiquement mal au ventre et j'ai dû arrêter le podcast une dizaine de minutes. Je me suis époumonée ce 28 février, j'ai pris des lacrymos plein la gueule et j'ai relayé mon dégoût et ma colère sur les réseaux sociaux : c'est peut-être dérisoire à ses yeux, mais c'était pas pour le buzz, merci. C'est pas parce que Marion a été harcelée et qu'elle s'en sort "bien" qu'elle peut cracher sur la sororité :erf:

Dans le moins émotionnel, pour bosser dans la production cinématographique l'idée qu'elle se fait de Cédric Klapisch m'a vraiment mais vraiment fait rire :yawn: Bien sûr elle assume que c'est subjectif, mais je suis quand même étonnée qu'elle en soit restée à une vision aussi superficielle et naïve des choses alors que c'est littéralement le domaine dans lequel elle dit vouloir s'illustrer :hesite:

J'ai pas encore terminé le podcast, et je suis partagée entre "c'est génial d'être ambitieuse, sûre de soi et bosseuse, go girl" et "whaou, check your privileges, for god's sake" :erf:
 
Voir les réactions sur le forum (2 réponses)
Close