Close

Je suis une mère tatouée et piercée et apparemment, ça en gêne certains

Cette Rockie est la maman d'une petite fille de dix ans, scolarisée dans une école privée. Et son look détonne à la sortie des classes, au point de lui causer quelques mésaventures désagréables...

Temps de lecture : 3 minutes

 

Appel à témoignagesLa rédaction de Rockie est constamment à la recherche de témoignages de ses lectrices et lecteurs. Si tu souhaites partager un morceau de ton vécu avec nous, tu peux nous envoyer ton texte ici.

Tout d’abord, il faut savoir que j’ai des piercings et des tatouages et que ma fille est inscrite dans une école privée catholique. Je suis profondément croyante donc ce choix était logique pour moi, mais je pense que j’ai une vision probablement plus moderne de la foi que la moyenne.

Les autres parents à la sortie de l’école… et moi

Depuis l’entrée de ma fille en maternelle, j’ai l’impression que les autres parents m’évitent. Seuls deux ou trois d’entre eux daignent me dire bonjour. Ajoute à mon look le fait que je suis plus jeune que la moyenne, puisque ma fille a 10 ans et moi 29. J’imagine que cela ne doit pas aider non plus.

Au début, les regards en coin me blessaient, aujourd’hui j’en ai pris mon parti.

Et puis cette année, lors de la réunion de rentrée pour les parents, l’institutrice de ma famille nous explique entre autres informations que l’équipe de pastorale de l’école manque cruellement de bénévoles pour animer les heures de catéchèse et de culture chrétienne (pour les enfants athées ou d’autres confessions).

Le soir même, j’envoie un mail au secrétariat de l’école pour proposer mon aide. Je suis chaleureusement remerciée et rapidement contactée par la personne en charge de la pastorale. Nous nous rencontrons et je la trouve très sympathique et accueillante. Elle me présente le programme, me parle de mon rôle auprès des enfants, me donne des conseils et ne manque pas de me remercier à nouveau pour mon futur investissement.

La semaine suivante, je suis conviée à une célébration pour le démarrage de l’année pastorale, où la directrice est présente. Tout se passe bien et je suis contente de me rendre utile.

« Donner un mauvais exemple aux enfants »

Peu après, la responsable de la pastorale me téléphone et m’explique que la directrice refuse qu’une personne ayant des piercings et des tatouages anime un groupe de pastorale . Cela pourrait choquer les parents et donner, je cite, « un mauvais exemple aux enfants ».

Elle me signale qu’elle-même est en désaccord avec cette décision de la directrice, mais me dit qu’elle ne peut rien faire. Les modifications corporelles étant interdites dans le règlement intérieur (d’une école primaire donc), les adultes, selon la directrice, doivent s’y conformer. J’ai donc le choix entre couvrir mes tatouages et retirer mes piercings quand je suis avec les enfants ou renoncer à l’animation d’un groupe.

Je renonce donc, en me sentant humiliée et discriminée. Pas assez bien, alors que mon seul « crime » est de ne pas coller à l’image bourgeoise de l’école, avec mes cheveux rouges, mes piercings et tatouages apparents. Comme si cela faisait de moi une moins bonne personne. Par contre, être tatouée et piercée ne la dissuade pas d’encaisser mon argent tous les mois hein…

À lire aussi : Ma fille vit chez son père… et elle va bien, merci !

Je veux que ma fille puisse être elle-même

Depuis toujours, j’apprends à ma fille qu’il est essentiel de ne pas changer pour plaire aux autres, qu’elle a le droit d’être différente…  Je veux qu’elle soit elle même, tout simplement et qu’elle réussisse à voir au-delà des apparences.

Parce que je trouve ça très triste de vivre à travers le regard des autres, de se soucier sans arrêt de leur avis. Je ne veux pas qu’elle vive comme ça, je suis passée par là plus jeune et je ne veux pas de ça pour elle. Et avec sa coupe courte à 10 ans et ses vêtements majoritairement noirs, je crois qu’elle a compris le message.

Alors il n’était pas question pour moi de porter des manches longues l’été ou de faire mumuse avec mes piercings toutes les semaines, avec les risques d’infections que cela implique.

Et franchement, c’était l’affaire d’une heure par semaine, est-ce que ça aurait vraiment donné un mauvais exemple aux enfants ? Ils seraient rentrés en réclamant piercings et tatouages à leurs parents ?

J’ai dit la vérité à ma fille et je lui ai demandé de dire la vérité à sa maîtresse, avec qui j’ai un très bon contact malgré son côté « vieille école  » (quand j’accompagne les enfants au sport, elle me pose parfois des questions sur mes tatouages, c’est marrant).

Malgré cette mésaventure, je n’ai à aucun moment songé à la changer d’école, car cela reste un bon établissement dans lequel elle a ses amis et ses repères… Mais clairement,  je ne chercherai plus à m’investir à l’avenir, et c’est dommage…

Et toi, tu t’es déjà sentie jugée pour ton look ? Comment ça se passe tes rapports avec les autres adultes qui s’occupent de tes enfants ?

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

2 Fev 2020, à 01:57
Pour le cas précis de la Rockie maman et tatouée... Tout ce qui sort du lot est souvent rejeté! C'est triste mais fréquent.

Pour le cas précis de la religion catholique, je ne suis pas théologien mais je crois qu'elle a toujours eu un avis mélangé sur les tatouages.
Cela vient de deux paragraphes de la bible relatifs à des rites pré-chrétiens:
Lévitique 19:28: "Vous ne vous faites pas d'incisions sur le corps à cause d'un défunt et ne vous faites pas dessiner de tatouage. C'est moi, le SEIGNEUR."
Deutéronome 14:1: "Vous êtes des fils pour le SEIGNEUR votre Dieu. Vous ne vous tailladerez pas le corps et vous ne porterez pas la tonsure sur le devant de la tête pour un mort."
(source: https://www.bible-service.net/extranet/current/pages/ )
Mais dans les mêmes textes on retrouve les prescriptions alimentaires propres à la nourriture casher, donc si ces textes sont inclus dans la bible, leurs obligations sont... obsolètes?
En fait j'ai eu beau fouiller, je n'ai pas trouvé d'opinion définitive sur la question.
La référence ultime pour les catholiques étant le pape, si la maman Rockie concernée a le temps de le faire, je lui suggère d'écrire directement par email au Vatican. Si le Vatican lui répond que tatouages et piercings ne font pas d'elle une mauvaise catholique, la directrice de la pastorale aura intérêt à lui fiche la paix sous peine d'être déclarée hérétique :D!

Bon courage!
 
Voir les réactions sur le forum (32 réponses)
Close