Close

Ces 121 propositions visent à contrer la maltraitance animale

Pour améliorer la condition animale et limiter les abandons en France, un député fait part de plus d'une centaine de recommandations dont une dizaine de propositions phares qui pourraient conséquemment changer la donne.

Temps de lecture : 4 minutes

Un Français sur deux a un animal de compagnie… mais la France est le pays numéro un en Europe en terme d’abandon.

Beaucoup trop de gens adoptent un animal sans réfléchir à l’avance à comment s’en occuper correctement.

C’est pourquoi Loïc Dombreval, député LRM des Alpes-Maritimes, a fait pas moins de 121 propositions qui visent à améliorer la condition animale et à prévenir au mieux la maltraitance et l’abandon.

De nouvelles propositions pour améliorer la condition animale en France

Loïc Dombreval préside le groupe d’études « condition animale » de l’Assemblée. D’après le HuffPost, il a rendu un rapport de 312 pages comportant 121 recommandations, qui concernent principalement les chiens et les chats.

Il en ressort une dizaine de propositions pertinentes qui pourraient grandement améliorer la condition animale en France si elles sont prisent en compte.

Loïc Dombreval explique :

La protection animale n’est pas incarnée politiquement. Seule une autorité administrative indépendante peut faire avancer la condition animale et le droit des animaux en France”, a confié à l’AFP Loïc Dombreval.

[Il faut] créer une sorte de défenseur des droits ou un secrétariat d’État dédié à la condition animale, voire un délégué interministériel qui pourrait traiter toutes ces questions, à l’image de ce qui se fait en Belgique.

Voici donc quelques-unes des mesures phares proposées dans ce rapport.

Réformer la loi sur les « chiens dangereux »

Loïc Dombreval souhaite réformer la loi de 1999 sur les « chiens dangereux », et affirme que les chiens qui mordent le plus ne sont en fait pas ceux qui y sont catégorisés, car ce n’est pas une question de race.

Le classement dans une catégorie doit se faire sur la base du comportement du chien et non sur sa race qui n’a aucune valeur scientifique !

Il propose une évaluation du chien, dont le tarif serait selon ses mots « règlementé et modéré ». Le comportement dudit chien serait testé à ses un an, afin de déterminer dans quelle catégorie il se trouve.

Les catégories iraient de la plus inoffensive à la plus dangereuse, il ne serait donc plus question de mettre tous les chiens d’une même race dans le même panier.

Faire passer un test aux maîtres avant d’acheter un animal

En ce qui concerne l’abandon, gros problème en France, Loïc Dombreval propose de mettre en place une attestation qui confirmerait que le maître a les connaissances minimales obligatoires pour avoir un chien ou un chat.

Un certificat de capacité serait également obligatoire pour posséder un cheval.

L’élu précise :

Je ne veux pas emmerder les Français avec un permis de détention, l’animal ne doit pas devenir un luxe. Mais il s’agirait de faire de la prévention et de la pédagogie, avec un quiz d’une vingtaine de questions, qui serait auto-administré, sur Internet, en mairie ou chez un vétérinaire, et refait autant de fois que nécessaire.

Loïc Dombreval aurait, rapporte Le Mondeeffectué pendant six mois deux cent auditions afin d’y voir plus clair dans les causes de l’abandon, et il a remarqué que la plupart des maîtres qui abandonnent leur animal n’avaient pas assez de connaissances sur ce dernier, n’étaient pas assez au fait de ses besoins, ou encore n’avaient pas le budget nécessaire, etc.

Le député déclare :

Il y a un vrai problème de méconnaissance de ce que recouvre la possession d’un animal, avance le député. L’animal est souvent extrêmement séduisant, on a un rapport affectif avec lui, mais il y a trop d’achats d’impulsion et de mauvais conseils.

Bref, bien trop de gens adoptent sur un coup de tête et sans s’être assurés qu’ils pouvaient accueillir un animal chez eux.

Si les associations estiment le nombre d’animaux abandonnés chaque année d’une centaine de milliers, Loïc Dombreval révèle que le chiffre se rapprocherait en fait davantage de 2 voire 3 centaines de milliers.

Interdire les animaleries et les ventes en foire et limiter la reproduction

Loïc Dombreval propose donc d’interdire les ventes en animaleries, en foires et sur Internet.

Il ne faudrait pouvoir acheter d’animal que chez un éleveur déclaré, professionnel ou amateur, ou dans un refuge.

La principale cause d’abandon, ce sont les problèmes comportementaux, quand l’animal est malpropre, destructeur, fugueur ou agressif. Or, ces comportements sont souvent liés à des problèmes à la naissance ou au sevrage. Il faut que l’animal ait été sevré au bon âge, et qu’il ait été tôt au contact d’êtres humains.

Le député souhaite aussi rendre la stérilisation obligatoire chez les félins de 6 mois qui ne sont pas destinés à la reproduction, afin d’éviter que davantage d’animaux soient abandonnés, maltraités et ne soient pas pris correctement en charge.

Une autre proposition est aussi de venir en aide aux refuges et associations locales qui manquent cruellement de moyens en créant un Fonds national de la protection animale.

Augmenter les peines encourues pour maltraitance animale

Aujourd’hui, la peine encourue pour maltraitance animale est de deux ans et 30 000€ d’amende ; Loïc Dombreval voudrait l’augmenter à trois ans de prison et 45 000€ d’amende.

Cette proposition se justifie par le fait qu’actuellement, la maltraiantce animale n’est pas autant prise au sérieux que la maltraitance des … objets !

En effet, le député rappelle que quelqu’un qui casse par exemple une statue risque jusqu’à cinq ans de prison et 75 000€ d’amende. Mais quelque qui TUE UN CHIEN ne fera face qu’à deux ans de prison et 20 000€ d’amende.

Le matérialisme à son paroxysme… Il est en effet temps que ça change !

Enfin, Loïc Dombreval propose également de créer un numéro vert de la protection animale, qui servirait exclusivement à signaler les cas de maltraitance animale.

Que penses-tu de ces propositions, toi ? Est-ce que tu cautionnes la mise en place de ces procédures ?

À lire aussi : Adopter un animal pendant le confinement, c’est possible !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

28 Juin 2020, à 09:08
L'arrêt de la vente en animalerie je souscris ! Oui aux élevages familiaux et aux refuges, non aux élevages usines !

Quand je vois le nombre d'heures que les éleveurs de mes toutous ont passé avec nous pour nous parler de leurs chiens... je ne sais pas comment on peut jauger un futur maître en 1/4h. Notre éleveuse "marie" même les chiots et les maitres en fonction de leur caractère !

(Et notamment pas de chiens de lignée chasse pour chien de compagnie)
 
Voir les réactions sur le forum (46 réponses)
Close