Close

Incroyable, les mères aussi jouent aux jeux vidéo (et Nintendo s’en est rendu compte)

La dernière pub de Nintendo pour la sortie du jeu Animal Crossing sur la Switch met en scène une mère et sa fille. Et pour Clémence, c'est le signe que les représentations autour des jeux vidéo ont bien bougé ces dernières années...

Temps de lecture : 3 minutes

Alors que je glandais faisais une veille active sur Twitter, je suis tombée sur la dernière pub (en anglais) de Nintendo pour la sortie le 20 mars prochain du jeu Animal Crossing : New Horizons sur la console Switch.

Et j’ai été ravie de découvrir que le personnage principal représenté en train de jouer à la console était… une mère de famille.  C’était la première fois que je voyais ça dans une publicité !

D’habitude, dans les représentations populaires, la mère de famille est celle qui vient casser l’ambiance lorsque ses enfants et/ou leur père s’amusent comme des petits fous en jouant à la console. Ou à la rigueur celle qui n’y connaît rien en jeux vidéo et à qui il faut tout expliquer.

Jouer à un jeu vidéo, un moment de complicité entre mère et fille

Dans cette publicité là, non seulement c’est la mère quadragénaire qui joue seule installée confortablement sur son canapé, mais en plus, quand sa fille adolescente rentre dans la pièce, elle vient la rejoindre dans la partie et partage un moment de complicité avec sa mère en la félicitant pour la conception de sa maison dans le jeu.

Bon, je passe sur le fait que cela implique d’avoir deux consoles Switch à la maison (qui a le budget pour ça ?) et je me réjouis de voir changer les représentations autour du jeu vidéo. Oui, les parents d’aujourd’hui jouent aux jeux vidéo, les femmes aussi et donc à l’intersection de tout ça, les mères sont des clientes potentielles.

Alors bien sûr, ce n’est pas un hasard si Nintendo représente une mère jouer à Animal Crossing, un jeu de simulation avec des animaux mignons, plutôt qu’à Super Smash Bros, l’un de ses jeux de combat phares.

Mais ça reste un premier pas important pour faire évoluer les représentations, et ça m’a fait cogiter sur les changements intervenus en une génération.

Les joueurs et les joueuses sont devenus des parents

Quand j’étais ado, mes parents — nés dans les années 1960 — ne jouaient pas aux jeux vidéo et ils avaient parfois un peu de mal à comprendre l’intérêt que nous y trouvions avec mes frères et sœurs. Nous partagions du coup d’autres activités (jeux de société, cuisine, sport, randonnées et jardinage…) et les jeux vidéo étaient plutôt un sujet de tension à la maison : « ÉTEINS CETTE CONSOLE ! ». Il faut dire qu’on avait clairement du mal à s’auto-réguler…

Aujourd’hui, je suis devenue adulte, je joue toujours aux jeux vidéo, et j’ai encore un peu de mal à m’auto-réguler. J’ai même parfois un peu « honte » d’admettre que j’ai passé mon dimanche à jouer à Stardew Valley ou aux SIMS. (Mais c’est un autre sujet d’article autour du manque de légitimité des jeux vidéo considérés comme une sous-culture, voire quelque chose de dangereux)

À lire aussi : Pokémon Épée (sur Switch), la preuve que la licence a grandi avec moi

Comme je vais bientôt devenir mère à mon tour, je me demande comment ma relation aux jeux vidéo va évoluer. J’imagine que je vais avoir moins de temps pour jouer — et globalement moins de temps de loisir — pendant les premières années de vie de Bidule (c’est le nom de code de l’humain qui va venir rejoindre notre famille).

Mais ensuite, quand Bidule sera plus âgé·e, est-ce qu’on jouera ensemble à des jeux vidéo ? Est-ce qu’on lui en fera découvrir ? Ou est-ce qu’il ou elle nous en fera découvrir ? Est-ce qu’on bataillera nous aussi pour que Bidule éteigne la console et aille prendre l’air ? 

Si tu es déjà parent, ça m’intéresse d’avoir ton retour d’expérience sur la question dans les commentaires. Ça va m’aider à me projeter dans le futur et à préparer nos règles de vie avec les écrans à la maison. Un sujet dont on te reparlera bientôt sur Rockie…

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

10 Fev 2020, à 16:53
@Sophie L Je suis née en 91 et les écrans ont fait parti de mon univers des le début. J'en parlerai avec ma mère mais je pense que j'ai eu droit aux dessins animés assez tôt, ensuite comme je l'ai dit j'ai joué aux jeux vidéos, vers mes 14 ans j'ai joué à mon premier MMO.

Je dis pas que mon parcours est courant et ne peut pas poser soucis, ça dépend des enfants, donc oui pour moi y'a pas de recettes magiques, si un enfant développe des troubles alors on encadre plus, s'il gère alors pour moi c'est ok. Ça veut pas dire que je laisserai mes enfants collés 8h devant un écran le week-end, j'ai beaucoup joué dehors aussi, construit des cabanes, j'étais inscrite à la gym, joué aux jeux de société, inventé des histoires avec mes cousins/cousines en se déguisant avec des draps, bref yavait de la variété dans mes activités tout simplement, donc j'avais pas besoin d'être limitée.
 
Voir les réactions sur le forum (16 réponses)
Close