Close

J’ai quitté mon job sans savoir ce que j’allais faire ensuite

Sonia, une Rockie de 29 ans, s'ennuyait dans son premier poste en CDI. Au bout de trois ans, elle a décidé de le quitter pour trouver ce qu'elle avait vraiment envie de faire.

Temps de lecture : 5 minutes

Je n’ai jamais su ce que je voulais faire comme métier lorsque j’étais plus jeune. Enfant, je changeais tout le temps d’avis. Un moment je voulais être serveuse, un autre scénariste puis médecin. L’idée même de devoir choisir un métier m’effrayait. À la fin du lycée, je ne savais pas quelle orientation choisir. Bonne élève, j’ai suivi les conseils de mes professeurs et je suis partie en fac de droit. Un choix par défaut plutôt que par véritable envie.

Quitter son job en CDI à cause de l’ennui

J’ai obtenu ma licence de droit puis mon master 2 spécialisé en droit du travail. J’ai ensuite décroché mon premier poste de juriste en CDI dans une entreprise de ma région. Le parcours typique du modèle de réussite sociale imposé par notre société.

L’ennui a vite pointé le bout de son nez. Je n’étais pas malheureuse dans ce job, mais pas non plus heureuse. J’avais l’intuition que je passais à côté de quelque chose de mieux professionnellement, mais aussi personnellement. De mon point de vue, distinguer le personnel du professionnel n’a pas de sens. Les deux sont étroitement liés et c’est la synergie de ces deux pans de ma vie qui contribue à mon épanouissement.

Au bout de trois ans, j’ai donc décidé qu’il était temps de me reprendre en mains. Malgré la situation confortable que ce poste m’apportait, j’ai quitté mon job sans la moindre idée de ce que j’allais faire ensuite.

À lire aussi : Démission, rupture conventionnelle, abandon de poste : comment quitter son job

Quitter son job et se retrouver au chômage

Le chômage est mal vu. La plupart des gens assimilent cette période à quelque chose de négatif. Une période totale d’inactivité que l’on subit parce que l’on a perdu son job ou bien parce que l’on est fainéant. Être au chômage est loin d’être sexy. Certaines personnes n’assument pas l’étiquette de chômeur et préfèrent rester dans un boulot qui ne leur convient pas plutôt que de perdre leur statut de salarié·e.

Le regard des autres peut parfois être dur à encaisser. Quand je disais que j’avais quitté mon poste de juriste en CDI et que j’étais au chômage sans avoir un autre projet pour la suite, les gens étaient surpris. Ils ne comprenaient pas mon choix et portaient un jugement de valeur à mon égard.

En quittant mon poste, la première chose que j’ai faite a été d’effectuer un bilan de compétences. J’étais vraiment perdue. Je n’arrivais pas à trouver de réponses aux questions : qui suis-je ? Qu’est-ce que j’ai envie de faire ? Et surtout, j’étais pressée. Pressée de vite quitter la case chômage.

À lire aussi : Je suis au chômage et j’aimerais qu’on me lâche la grappe

Ce bilan fut un échec puisqu’il m’a ramenée vers le secteur RH, que j’avais pourtant décidé de quitter. Le bilan de compétences ne va pas assez au fond des choses selon moi. Celui que l’on m’a fait faire s’est contenté d’évaluer mes compétences professionnelles. Tous les aspects personnels qui font la personne que je suis ont été survolés. Or, ce travail introspectif est indispensable pour bien orienter ses choix de carrière !

Quitter son job puis faire un travail introspectif

Comment savoir ce que l’on veut faire si l’on ne sait pas vraiment qui l’on est ? J’ai compris toute l’importance de cette question après le bilan de compétences. Si l’on veut trouver un métier, un job qui nous correspond et qui nous satisfera, il faut agir de manière méthodique et logique.

Mieux je me connais, plus j’ai de chances de faire un choix professionnel qui me correspond et qui me plaira. Mais se connaitre, ce n’est pas simplement faire un listing rapide de ses qualités, de ses défauts et de ses goûts. Aujourd’hui, beaucoup de femmes avec qui j’échange dans le cadre de mon activité de coach spécialisée en reconversion professionnelle sont certaines de bien se connaître. Or, c’est faux.

Se connaître, c’est faire un véritable voyage à travers soi. C’est découvrir ses modes de fonctionnement, être à l’écoute et comprendre ses émotions. Il s’agit de savoir quel est son tempérament, mais aussi ses aspirations, ses besoins, ses limites, ses talents et ses potentiels.

J’ai passé 6 à 7 mois pour faire ce profond travail d’introspection. Pour m’aider, j’ai lu beaucoup de livres. Et celui qui m’aura le plus marquée est Le pouvoir des discrets de Susan Cain. Un livre qui traite des personnes au tempérament introverti. Une vraie révélation pour moi qui en suis une.

Mieux se connaître pour mieux choisir sa vie et son job

Avant ce livre, j’avais honte de ce trait de caractère. Je pensais que ma discrétion, le fait d’être rapidement épuisée en fin de journée et mon besoin de me retrouver seule étaient anormaux. Presque comme des signaux de déprime. Avec ce bouquin, j’ai compris que non. J’ai pris conscience que je faisais simplement partie des 40 à 50% de la population mondiale introvertie.

Évidemment, ce travail ne s’est pas arrêté là. Plus j’avançais dans mon introspection, plus j’avais le sentiment de découvrir à seulement 28 ans qui j’étais. Tous les choix et toutes les décisions que j’avais pris jusque-là ont été influencés. Influencés par le corps enseignant, par la société de manière générale et par ma famille. Je cherchais à rentrer dans un moule pour ressembler à tout le monde.

L’exercice a eu l’effet d’une claque. Une claque qui m’a cependant réveillée et révélée. Le premier effet bénéfique de ce travail a été la confiance en moi. Moi qui souffrais terriblement d’un manque de confiance en moi et qui avais une faible estime de moi-même, apprendre à me connaitre a changé la donne. J’ai d’ailleurs écrit ensuite un guide gratuit « Les 3 étapes essentielles pour réussir sa reconversion professionnelle quand on n’a pas confiance en soi ».

Apprendre à apprendre pour se reconvertir

En parallèle de ce travail d’introspection, j’ai appris à apprendre. D’abord en lisant beaucoup d’ouvrages de développement personnel et de biographies pour m’inspirer et apprendre à me connaitre. Puis, des livres sur la société, le monde du travail, la psychologie, l’entrepreneuriat, l’organisation, la performance. Bref, j’ai considérablement enrichi mes connaissances grâce aux livres et aux podcasts du même genre (mention spéciale pour le Manal show que je conseille à toutes et tous d’écouter : un podcast avec des invité·es très inspirant·es).

J’ai appris d’autres disciplines comme le marketing digital. À part le droit, je ne connaissais rien. En m’intéressant au marketing digital, je n’avais pas d’idée précise en tête. J’étais seulement curieuse de découvrir le monde du digital. Et c’est comme ça que j’ai découvert le métier de copywriter (une technique d’écriture marketing basée sur la psychologie et l’art de manier les mots pour susciter de l’émotion chez son lecteur).

L’écriture, c’est également une passion que j’ai retrouvée pendant mon année de chômage. Je me suis lancé le défi d’écrire un roman. Un challenge que j’ai réussi à relever !

Ma reconversion s’est faite très naturellement après avoir quitté mon job

Accompagner les femmes qui en ont marre de leur job à trouver et à construire un nouveau projet professionnel, voilà ce que je fais aujourd’hui. Me spécialiser dans le coaching en reconversion professionnelle des femmes n’est pas venu par magie. Ce fut un travail de patience, de questionnement et de remises en question pour affiner mon idée et la transformer en un projet entrepreneurial concret qui porte le nom aujourd’hui de Wit Potentielles.

En tant que multipotentielle assumée, j’aime et j’ai besoin de faire autre chose. C’est pourquoi je slashe ma nouvelle activité professionnelle principale avec quelques missions de copywriting en freelance.

Une chouette vidéo qui explique bien ce que c’est d’être multipotentielle 

J’aime ce que je fais. Ça correspond tout à fait à qui je suis. Toutefois, je relativise. Nous sommes voué·es à vivre plusieurs vies professionnelles. La robotisation, l’intelligence artificielle, la digitalisation font que de nouveaux métiers vont émerger dans les années à venir et d’autres sont déjà en voie de disparition.

Plus que jamais, il va falloir apprendre à bien se connaitre et à développer ses soft-skills (les fameux « savoir-être ») pour pouvoir s’adapter aux évolutions du monde du travail tout en continuant à aimer ce que l’on fait.

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

29 Mai 2019, à 00:55
Je me retrouve beaucoup dans ce téoignages. J'ai été professeur des école pendant trois ans avant de démissionner parce que les sytème éducatif français ne me convient pas du tout. Je suis partie en PVT en Nouvelle Zélande, pensant qu'en plus du voyage ça me donnerai le temps de réfléchir à ce que je voulais faire ensuite. A deux mois et demi du retour, je ne sais toujours pas, mais ça ne m'angoisse pas plus que ça (alors que j'en faisait des crises de panique quand j'ai réalisé que mon métier ne me convenait pas).
Mais ce voyage m'a permis de me redécouvrir, de mieux me connaître (et je suis d'accord avec l'auteure de l'article, c'est important) et de savoir ce que je veux et ce que je ne veux plus, c'est déjà un grand pas.
Et clairement, comme beaucoup d'entre vous, j'aimerai pouvoir faire un métier qui me permette d'avoir du temps et de l'énergie à consacrer à ma vie personnelle. D'ailleurs je rejoins celleux qui aimeraient une réduction du temps de travail. Même si bon, c'est pas vers ça que notre cher gouvernement semble s'orienter..
Pour finir, je me vois de moins en moins faire le même job toute ma vie.
 
Voir les réactions sur le forum (30 réponses)
Close