Close

Vis mon job de rédactrice web freelance

Depuis plus de trois ans, Alexia s'est lancée dans une nouvelle aventure professionnelle : devenir rédactrice web en freelance. Voici son témoignage où elle te détaille les avantages et les inconvénients de ce statut.

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis mi 2016, je suis entrée dans le monde merveilleux de l’entrepreneuriat, plus précisément en tant que rédactrice web. Et mon nouveau métier m’a apporté son lot de joies, de réussites, de prises de tête et d’angoisses.

Expliquer mon métier de rédactrice web freelance

Vous savez quand vous rencontrez des gens nouveaux en soirée, autour d’un verre, vient inévitablement la question : « et toi, tu fais quoi dans la vie ? ».

Même si j’ai envie de répondre pleins de choses du type « je voyage, je fais de la danse, j’écris et je mate des séries », je sais très bien que la majorité des gens attend une réponse du type : « je suis avocate, je suis médecin ou je suis responsable de la communication dans telle ou telle boîte ».

Mais quand je leur réponds : « je suis rédactrice web freelance », je sais que la question suivante va être « euh, c’est quoi, ça ? ». Et là, cela peut devenir compliqué…

Pas forcément à expliquer : je rédige des textes sur internet qui sont à la fois agréables à lire et Google friendly. Mais plutôt de faire comprendre aux gens, que oui, c’est un vrai métier.

Je travaille le plus souvent à la maison, j’ai même travaillé en étant en voyage de longue durée, ce qui implique généralement pour les gens le raccourci suivant : elle ne travaille pas vraiment.

Ensuite, beaucoup ne comprennent pas qu’écrire pour internet est un métier différent du journalisme ou de l’écrivain. D’autres ne comprennent pas que des gens me paient pour… écrire tout simplement !

Les compétences à avoir pour être rédactrice web freelance

Pourtant ce n’est pas si simple que cela d’exercer ce métier. En effet, pour être rédacteur/trice web, il faut savoir écrire correctement, avoir une bonne syntaxe et ne pas faire des fautes d’orthographe. Si vous avez votre style d’écriture, c’est bien mais vous devrez vous adapter aux demandes de vos clients.

Vous vous souvenez l’exercice d’écriture d’invention au lycée : écrivez une lettre de tel personnage en gardant un langage soutenu ? Eh bien, c’est un peu pareil. Il m’est parfois demandé d’écrire de manière très formelle, d’autres fois, de manière familière en tutoyant les lecteurs. Le maître-mot, c’est l’adaptation.

Mais il ne suffit pas de savoir écrire et s’adapter. Le rédacteur ou la rédactrice web a une autre corde à son arc : le référencement. Ses textes doivent remonter dans notre cher moteur de recherche Google et pour cela, il va falloir caser des mots-clés en lien avec le sujet général de l’article et structurer le texte avec des intertitres (H1, H2 et H3).

Généralement, le métier veut également qu’on se charge de l’intégration dans le logiciel WordPress ou ailleurs. Remplissage de balises, textes alternatifs, métadonnées, le rédacteur ou la rédactrice web doit s’y connaître un tant soit peu.

Les avantages du métier de rédactrice web freelance

Depuis toute petite, je suis passionnée de lecture. J’adore écrire, je suis curieuse de tout et j’aime en apprendre plus sur plein de sujets différents. Adolescente, je voulais être journaliste. Mes études m’ont finalement menée vers la communication et je suis devenue rédactrice web un peu par hasard.

Je venais de terminer un CDD en agence événementielle qui ne s’était pas bien passé et j’avais décidé de partir explorer le monde avec mon compagnon. Je ne voulais donc pas me lancer de nouveau dans un poste alors que le départ était prévu 6 mois plus tard.

J’ai donc repris mon statut auto-entrepreneur, ouvert deux ans auparavant pour une courte mission. Je me suis dit : « on verra bien, je ne risque rien, j’ai le chômage au cas où ! ».

J’ai trouvé une première mission en communication générale, puis une deuxième en rédaction web que j’ai encore aujourd’hui. J’ai décidé de garder cette mission en partant faire le tour du monde. Et c’est le premier avantage de mon travail : la liberté de travailler où je veux et quand je veux.

Cela implique une bonne organisation mais c’est le rêve pour moi ! Si je veux partir voyager quelques jours, je pars tout simplement.

Trouver des clients quand on est freelance

Autre avantage à mes yeux : je choisis les clients avec qui je souhaite travailler. Bien sûr, au début, je prenais toutes les missions que je trouvais. J’ai tâtonné sur les plateformes de mise en relation entre clients et freelances et j’ai eu des missions franchement nulles.

Mais au fur et à mesure, j’ai bâti mon expérience, j’ai pris confiance en moi et j’ai trouvé la bonne manière de rencontrer de futurs clients : le réseau et les rencontres entre freelances.

Être indépendante me laisse du temps pour moi, pour mes loisirs, pour écrire et développer ma créativité. J’ai besoin de cet espace de liberté pour me sentir bien et je ne me vois pas redevenir salariée d’une entreprise.

Même si je me fixe des horaires et que je travaille en horaires de bureau la plupart du temps, je sais que j’ai la possibilité de me libérer une après-midi si je veux voir une amie ou tout simplement si je n’arrive pas à bosser. Et cette possibilité, c’est l’idéal pour moi.

Enfin, j’apprécie le fait de pouvoir être totalement moi dans mon métier. Je n’ai pas besoin de faire semblant, de m’habiller avec le code vestimentaire de l’entreprise ni d’enfiler un masque pour coller à l’image de l’entreprise.

L’entreprise, c’est moi, ce sont mes valeurs, ma manière d’être et mes clients me choisissent pour mes compétences autant que pour ma personnalité.

Les inconvénients du métier de rédactrice web

Je vais maintenant te parler des inconvénients de la rédaction web mais beaucoup correspondent à la réalité des indépendants en général.

J’ai mis beaucoup de temps (et je me trompe encore parfois) à réussir à fixer mes prix. La rédaction web est soumise à une concurrence forte venant de pays francophones moins aisés et proposant des tarifs bien plus bas.

Les textes sont généralement de moins bonne qualité et beaucoup de clients en ont conscience mais au début, quand j’étais sur les plateformes, j’avais tendance à m’aligner sur leurs tarifs. Impossible de vivre avec un salaire décent en France à ce tarif-là. Aujourd’hui, je m’en sors mieux et il est beaucoup plus rare que je sous-évalue un devis.

Être indépendant, c’est en réalité faire plusieurs métiers à la fois. Je dois gérer ma comptabilité (simplifiée en micro-entreprise), assurer ma communication mais aussi aller chercher des contrats pour avoir un salaire correct à la fin du mois.

C’est là la principale différence avec le salariat : quand on est indépendante le salaire peut varier d’un mois à l’autre et si on ne travaille pas, on ne touche rien tout simplement. Un indépendant n’a pas de RTT ou de congés payés. Quand je suis en vacances, je ne touche pas d’argent.

Le décalage entre indépendants et salariés

Travailler en freelance, c’est aussi se retrouver en décalage par rapport à ses amis salariés. C’est faire face à la solitude. Je suis d’un naturel solitaire et ne pas avoir de collègues au quotidien ne me dérange pas le moins du monde. Mais parfois, j’ai besoin de me sentir entourée, surtout par des gens qui comprennent mes problématiques, à savoir d’autres freelances.

Parfois, je ne me sens pas vraiment comprise par mes amis ou ma famille qui exercent des activités salariées. Mes proches ne comprennent pas mon travail, pensent que je ne fais rien de mes journées, me demandent même parfois : « et sinon, c’est quoi tes projets niveau taf ? ». Comme si mon travail actuel n’était qu’un gagne-pain, une étape pour trouver un job salarié.

Beaucoup pensent aussi que je gagne mal ma vie parce qu’être indépendant est « précaire ». Mais rassurez-vous, je me porte très bien !

Je ne ferme pas à tout jamais la porte au salariat mais en même temps, je ne me vois pas travailler autrement que de manière indépendante dans le futur, avec les peurs que cela génère mais surtout la fierté de faire chaque jour, un métier qui me plaît et pour lequel je suis douée.

Pour en savoir plus sur Alexia, tu peux te rendre sur son compte instagram ou sur son site.

Ce témoignage t’a intéressé·e ? Tu as une expérience d’indépendant·e à partager ? Viens en parler dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

18 Nov 2019, à 13:11
C'est étonnant, j'aurai tendance à penser l'inverse : je considère qu'un métier précaire exige une bonne rémunération en compensation, alors qu'un métier plus stable (enfin une situation d'emploi, plutôt) peut avoir un salaire moindre car c'est compensé par les avantages de la stabilité. Peut-être que tu peux essayer de le voir comme ça pour refuser de baisser tes tarifs :)
Oui vu comme ça c'est vrai que ça retourne tout :) Merci pour ton message.

En freelance (et chez tout entrepreneur j'imagine) c'est bien plus facile d'être pessimiste sur soi-même et ses capacités quand on enchaîne les mois difficiles : "Je vais tout arrêter ! J'aurais jamais du, j'ai pas le niveau de la concurrence... bla bla bla". Mais a contrario on se sens badass dans les mois d'oseille :ROFLMAO:.
Alors qu'un(e) salarié(e) qui s'est trouvé(e) pas top sur une mission peut toujours se dire "Boh, j'ai toujours mon chèque à la fin du mois..." (David Goodenough).
 
Voir les réactions sur le forum (24 réponses)
Close