Close

Ce qu’il faut savoir sur le retour à l’école des élèves de maternelle et de primaire

Ce mardi 12 mai marque le retour en cours d'un million d'élèves. Focus sur les mesures mises en place, mais aussi sur les inquiétudes qui animent parents et profs.

Temps de lecture : 3 minutes

Plus de 90% des communes ont rouvert leurs écoles en ce mardi 12 mai.

Ce retour en salles de classes concerne les élèves de maternelle et de primaire et se fait sur la base du volontariat. Les parents qui décident de garder leurs enfants à la maison devront néanmoins continuer l’école à distance.

Les collèges devraient quant à eux commencer à rouvrir leurs portes le 18 mai, avec les classes de sixième et de cinquième en priorité et seulement dans les départements classés verts.

Les raisons du retour en cours des élèves de maternelle et de primaire

Cette décision est motivée par une volonté d’égalité des chances entre les élèves, selon le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer qui explique que le décrochage scolaire menacerait 4% des élèves.

Dans un Tweet, le ministre évoque d’autres arguments en faveur du retour en cours, comme la maltraitance ou la mauvaise alimentation dans certaines familles. Il y revient également sur les modalités de la reprise de l’école.

Jean-Michel Blanquer a affirmé sur Europe 1 qu’il y avait « plus de risques à rester chez soi qu’à aller à l’école ».

Une prise de position confortée par la Société Française de Pédiatrie. Selon cette dernière, les enfants seraient moins souvent porteurs du covid-19, et les formes sévères resteraient exceptionnelles.

Le Conseil scientifique considérait cependant l’application des mesures barrières à l’école trop difficile, se prononçant pour un retour en classes en septembre.

Le gouvernement a néanmoins décidé d’un retour en cours au mois de mai, avec l’application d’un protocole sanitaire très stricte.

Un retour en cours qui s’accompagne d’un protocole sanitaire strict

Pour leur réouverture, les écoles ont donc dû s’organiser pour mettre en place un ensemble de mesures pour limiter la propagation du virus.

Tu en trouveras le détail dans cette vidéo du ministère de l’Education :

Les classes seront composées d’un maximum de 15 élèves en privilégiant « ceux qui en ont le plus besoin », selon le ministre de l’Education nationale. C’est à dire : les élèves en situation de handicap, les enfants du personnel soignant ou encore ceux en décrochage scolaire.

Le protocole sanitaire recommande :

  • De prendre la température des enfants avant leur arrivée à l’école.
  • D’organiser des arrivées et des sorties progressives à l’école pour éviter les attroupements.
  • Que chaque élève se lave les mains en arrivant à l’école, puis toutes les deux heures.
  • Que les professeurs portent des masques. Si un élève présente des symptômes, il devra lui aussi porter un masque en attendant que ses parents viennent le chercher.
  • D’établir un sens de circulation unique dans les couloirs.
  • De disposer les tables à distance d’un mètre les unes des autres.
  • D’établir des horaires de récré différents pour chaque classe et d’interdire certains jeux comme les parties de ballon.
  • D’organiser les repas en petits groupes à la cantine ou de faire manger les élèves dans leur salle de classe.
  • D’aérer les salles de classe et de les nettoyer minimum une fois par jour.

Un retour en cours qui inquiète parents et profs

Même avec ce protocole, les retours en cours inquiètent parents et profs.

C’est le cas de Céline, interrogée par France 3 :

« Les écoles sont des nids à microbes, les enfants ne respecteront pas les distances. Je suis accompagnatrice dans les bus, les petits se tiennent la main, se font des bisous, mettent leurs doigts dans la bouche…

Je suis maman aussi, et j’ai peur je vous le dis. Mes filles travaillent avec Pronote et ça se passe très bien. Je préférerais qu’elles continuent à travailler comme ça. »

Dans le même article, d’autres parents expriment leur incompréhension de faire rentrer les enfants en cours et pas les étudiants. C’est le cas d’Amandine, qui s’insurge :

« C’est juste pour permettre aux gens d’aller bosser. »

Selon une enquête Harris Interactive, 82% des enseignants reprennent le chemin de l’école avec inquiétude.

Le syndicat d’enseignants SNUipp-FSU dénonce trop « d’éléments sans réponse » et un manque d’accompagnement et de moyens pour mettre en place un retour en cours dans les meilleures conditions sanitaires.

Dans un article de France Info, la porte-parole du syndicat Francette Popineau déclare :

« C’est une école contre-nature, contre la nature de l’enfant qui a envie de retrouver ses copains et envie de jouer. »

Et toi, si tu as des enfants en école maternelle ou en primaire, qu’as-tu décidé ? Es-tu inquiète de ce retour en classes ? Viens m’en parler dans les commentaires !

À lire aussi : Ma fille retourne à la crèche le 11 mai, pour la survie de notre famille

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

13 Mai 2020, à 19:39
C'est quand même un peu léger comme article, non ?
Les rares inquiétudes mentionnées viennent de paroles rapportées d'autres médias. Ce qui aboutit à cette réplique sur Pronote qui est un logiciel... seulement utilisé au collège (et peut-être lycée) !
Je suis déçue. On est plusieurs profs des écoles sur rockie et sur mad. On est au contact du terrain. On sait exactement ce qui se met en place et quelles difficultés pratiques se posent en concret. Et surtout, on se rend bine compte que les situations sont très différentes selon les départements, villes, régions... Au détriment des enfants et des personnels.
(Par exemple, pour moi, je dois assurer le présentiel ET le distanciel. Ma hiérarchie ne m'a pas donné de temps en + pour m'occuper des enfants qui restent à la maison. Double préparation, donc...)

Bref, il y avait moyen d'un article un peu plus fouillé.
 
Voir les réactions sur le forum (9 réponses)
Close