Close

C’est confirmé, Roman Polanski est exclu de l’Académie des Oscars

Le réalisateur Roman Polanski avait saisi la justice américaine lors de son exclusion de l'Académie en 2018, estimant qu'elle aurait dû lui donner un "préavis raisonnable".

Temps de lecture : 2 minutes

Une nouvelle étape est franchie. Le réalisateur franco-polonais de 87 ans, qui avait décidé de faire appel de la décision de l’Académie des Oscars de l’en exclure, a été débouté par le tribunal de Los Angeles mardi 25 août 2020.

Roman Polanski avait estimé que l’institution aurait dû lui donner un « préavis raisonnable » avant que toute mesure ne soit prise.

Une prise de distance de la part d’Hollywood confirmée

En mai 2018, l’Académie des arts et sciences du cinéma en charge de remettre les Oscars avait décidé d’exclure Roman Polanski de ses membres. Cette exclusion avait eu lieu juste après la chute d’Harvey Weinstein, le producteur accusé de viols et d’agressions sexuelles notamment, et au tout début du mouvement #MeToo qui avait suivi.

À lire aussi : Adèle Haenel signe avec la plus grosse agence d’artistes à Hollywood !

À cette époque, le conseil des gouverneurs de l’Académie avait dit avoir suivi les nouvelles normes de « bonne conduite », et avaient transmis leur courrier d’exclusion le jour même à Roman Polanski, « avec effet immédiat ».

Le réalisateur avait déposé un recours en justice et avait notifié cette décision dans l’assignation rédigée par son conseil, estimant que l’Académie aurait dû lui donner « une chance raisonnable de se faire entendre » avant toute mesure d’exclusion.

Roman Polanski aux Oscars : une exclusion définitive

Mary Strobel, la magistrate en charge de l’affaire, a expliqué que la démarche de l’Académie des Oscars d’exclure le réalisateur « était fondée », que cette décision était « motivée par des preuves » et « ne relevait pas d’un caprice ou de l’arbitraire ».

Roman Polanski, avait fui les États-Unis il y a quarante ans après avoir plaidé coupable de détournement de mineure, pour avoir eu des relations sexuelles illégales avec Samantha Geimer qui avait 13 ans.

L’avocat du réalisateur, après avoir été notifié de la décision de justice, a indiqué que son client ne ferait vraisemblablement pas appel.

À lire aussi : Pourquoi les César 2020 m’ont donné envie de péter des genoux

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

28 Août 2020, à 15:05
Comme quoi, ce n'est pas si compliqué.. La France devrait prendre exemple sur eux..
 
Voir les réactions sur le forum (8 réponses)
Close