Close

Recommencer à draguer après la fin d’une (très) longue relation

On s’était dit "c’est pour la vie”, et maintenant, tout est à reconstruire, pour le pire… et le meilleur ! Témoignages de femmes qui veulent vivre de nouvelles relations amoureuses ou sexuelles après une rupture.

Temps de lecture : 5 minutes

Quand on est avec quelqu’un depuis plusieurs années (voire décennies), que l’on a en commun un compte en banque, un appart ou une maison, une déclaration d’impôts, un mariage, voire des enfants, se séparer est un vrai parcours du combattant. Ne serait-ce qu’au niveau de la paperasse (“alo ui cé la phobie administrative”).

Et si on rajoute au tableau la question de l’infidélité – et le sentiment de trahison qui va avec – on a un beau sac de merde de nœuds à démêler.

Faire le deuil de sa relation

Il faut non seulement faire le deuil de la relation, mais aussi de la vie que l’on avait commencée à construire avec son ex.

Pire encore, il arrive parfois qu’on ne puisse même pas compter sur son entourage pour trouver du soutien. “Mais pourquoi tu as quitté cette perle ?!” s’étonne ta mère, choquée (et déçue) par ta rupture avec ton ex qu’elle adorait.

Se libérer du regard des autres, de leurs jugements et de son propre sentiment de culpabilité n’est pas chose aisée, comme le raconte Aurélie qui a divorcé du père de ses deux filles cette année.

“Il m’a fallu du temps pour arrêter de souffrir, pour me relever et accepter que ma vie rêvée -le papa, la maman, les enfants, la maison avec jardin- c’était terminé. Il fallait réinventer autre chose : non, je n’avais pas « raté ma vie », ce serait une autre version de moi.”

La trentenaire m’a aussi parlé du sentiment de solitude qu’elle ressentait au début après la séparation, entourée d’autres couples mariés avec des enfants. Elle qui se retrouvait, une semaine sur deux – garde partagée oblige- seule sans ses filles.

Un vrai sentiment de libération

Pour Ameline au contraire, la rupture après 5 ans de relation lui a d’abord apporté un vrai sentiment de libération.

“Autant les longs mois de doute (on arrête ou on continue ?) étaient éreintants, autant une fois la décision prise, ça a été libérateur. J’étais tellement légère que rencontrer quelqu’un était vraiment la dernière chose dont j’avais envie (un peu comme faire une raclette le lendemain du repas de Noël – no way). Je me sentais tellement bien seule que je me suis lancée un défi : rester 1 an célibataire.”

Ce besoin de papillonner et de séduire sans se relancer dans des relations sérieuses tout de suite, Camille, en couple de ses 20 ans à ses 30 ans avec la même personne, l’a aussi ressenti.

“ J’avais l’impression de renaître, de pouvoir faire ce que je voulais, quand je voulais avec qui je voulais. J’avais envie de papillonner, d’expérimenter, de coucher chaque soir avec quelqu’un d’autre”.

Il faut dire que dans le cas de relations commencées très jeune, la séparation est parfois l’occasion d’expérimenter des choses. Surtout lorsque l’on n’a connu qu’un seul partenaire sexuel comme Aurélie.

“Jeune femme jusqu’ici complexée, je me suis découverte des talents de séduction insoupçonnés. J’ai eu besoin, je pense, de cette phase de « folie » où j’enchaînais les rendez-vous. J’ai vu que je pouvais plaire et j’ai découvert ce que c’était, de faire l’amour à différents hommes.”

Redécouvrir qui l’on est vraiment

La séparation permet aussi parfois de redécouvrir qui on est sans l’autre. Surtout dans le cas où l’on s’est beaucoup oublié·e pour se fondre dans la vie de son ou sa partenaire, comme l’a fait Anissa pendant cinq ans.

“J’ai mis l’amour au centre de ma vie et mes choix ont été guidés par l’envie d’être auprès de la personne aimée. Moi qui me pensais forte et indépendante, je me suis retrouvée prisonnière de la vie d’une autre personne, un homme qui, lui, n’avait pas fait le choix de sacrifier ses aspirations individuelles sur l’autel de l’amour.”

Prendre le temps de se recentrer sur soi – avec l’aide d’un psy, si on le souhaite – pour savoir qui l’on est et ce que l’on désire vraiment est donc une très bonne idée.

À lire aussi : J’ai été en couple pendant très longtemps. On s’est séparés et j’ai survécu !

Tout comme apprendre à apprécier sa propre compagnie et se faire des petits plaisirs (shopping, bain chaud, série sur canapé… choisis tes armes). Bref, tout ce qui permet de reprendre confiance en soi, comme Ameline a réussi à le faire.

“La rupture m’a fait prendre conscience que je m’étais adaptée énormément à mon ex, que j’avais fait beaucoup trop de compromis et qu’au final, je n’étais plus vraiment moi-même. Je savais que j’avais besoin de temps pour redécouvrir qui j’étais. J’en ai aussi profité pour faire du ménage : démêler les peurs, les doutes, les questions existentielles, les casseroles…”.

Comment rencontrer des célibataires dans ta région ?

Une fois cette redécouverte de soi menée à bien, on peut partir à la rencontre des autres. À condition de savoir où les trouver, car ce n’est pas si simple à l’âge adulte de faire des rencontres, comme l’explique Karine, 29 ans.

“J’ai l’impression que tous les garçons autour de moi sont en couple, en particulier ceux que je trouve intéressants. Pour forcer le destin, je me mets des coups de pieds au cul pour accepter quasi toutes les sorties entre amis, je m’investis dans diverses associations. Bref je sors un minimum”.

Pas très convaincue par les sites de rencontres, déjà testés avant de se poser en couple, Karine préfère pour le moment passer son tour. Mais d’autres m’ont raconté y avoir eu recours pour rencontrer d’autres célibataires, avec parfois de belles surprises à la clé même s’il faut faire du tri pour tomber sur l’aiguille dans la botte de fuckboys foin.

Un défi supplémentaire pour les mères

Celles qui sont mères m’ont aussi parlé de leur difficulté à savoir comment bien gérer leur temps entre leurs enfants et leur vie sentimentale.

Si c’est assez simple en cas de garde partagée -je peux m’occuper de mes enfants une semaine, faire des rencontres la suivante- c’est plus compliqué pour celles qui ont la garde exclusive, comme Véronique* qui s’est séparée de son mari infidèle.

“Comment faire pour réapprendre à faire confiance à un homme ? Et comment trouver le temps pour avoir des rencards ? Ma fille ne veut pas de beau-père pour l’instant : est-ce que je vais attendre son départ de la maison pour entamer une nouvelle relation ? Je n’ai pas de réponse pour l’instant…”

Chacun·e son rythme

Le principal conseil finalement, serait de s’écouter et de prendre son temps. Chacun·e va à son rythme pour recommencer à séduire et nouer des relations éphémères ou durables.

En attendant, on peut faire comme Karine et se répéter le mantra “mieux vaut être seule que mal accompagnée” ou écouter les conseils de Léa.

“Je vais bientôt avoir 30 ans et je pourrai ajouter dans mon curriculum vitae que je suis divorcée quand la plupart de mes amies sont mamans et se fiancent. L’expérience « longue durée » m’a fait mûrir et aujourd’hui, être une femme qui se construit à 30 ans, même si ce n’est pas hyper drôle, c’est vachement plus confortable. J’ai mon histoire, mon parcours et ma capacité à affirmer mes choix. Qui m’aime me suive !”

*Le prénom a été modifié à la demande des intéressés.

Toi aussi, tu as connu une rupture après avoir passé plusieurs années en couple ? Comment ça s’est passé ? Et où en es-tu aujourd’hui ? Viens, on en parle dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

11 Mar 2019, à 23:06
Voir les réactions sur le forum (8 réponses)
Close