Close

Pourquoi les livres de Terry Pratchett sont mon remède anti-déprime

Sarah est une lectrice de Rockie et une bibliothécaire passionnée. Du coup, forcément, les livres ça la connaît… Aujourd'hui, elle nous parle de Terry Pratchett et de comment son œuvre majeure, Les Annales du Disque-Monde, l'aide à surmonter une épreuve très dificille.

Temps de lecture : 4 minutes

Parfois, il y a des périodes nulles dans la vie. Des moments où tu as envie de tout quitter, de te planquer sous une couette et d’attendre que des temps meilleurs arrivent. Sauf que pendant que toi tu veux faire pause, le temps passe au contraire plus vite et plus fort.

En ce moment, je vis un de ces moments difficiles où tout semble nous échapper. La personne qui m’a élevée vient de mourir, et j’ai l’impression de n’être plus qu’une chose vague qui erre au ralenti alors que tout le monde court et hurle autour de moi.

Je suis bibliothécaire, les livres accompagnent mon quotidien depuis longtemps. Ils m’ont suivie pendant les plus beaux moments de ma vie comme pendant les plus terribles. Aujourd’hui, en plein deuil, je me suis tournée vers ma bibliothèque pour me demander lesquels pourraient m’aider dans un moment comme celui-là.

Les livres de Terry Pratchett sont de cette trempe.

Terry Pratchett, le comique avant tout

Pratchett est un écrivain britannique dont l’œuvre la plus connue est la saga Les Annales du Disque-Monde. Son univers, le Disque-Monde s’oppose à notre planète bien ronde. Il utilise ce cadre pour créer des histoires de fantasy burlesque (terme créé pour lui). La magie, les dragons, les histoires, tout ça lui sert à écrire une satire de nos sociétés modernes.

Pour moi, ce qu’il faut avant tout retenir de cette description, c’est que Terry Pratchett est incroyablement drôle ! Les Annales du Disque-Monde me font toujours du bien, quel que soit le passage. À vrai dire, j’aime tellement l’œuvre de Pratchett que j’ai écrit un dossier en fac de lettres sur le sujet (autant dire qu’à côté de Proust et des autres classiques, ça a eu du mal à passer, mais tout le monde a adoré).

Le travail de Pratchett souffre selon moi d’un manque de reconnaissance. En littérature, on aime bien que tu rentres dans des cases, et lui non seulement il veut faire de la fantasy (« Diantre ! Un sous-genre de geek ! ») mais en plus il le fait en riant (l’humour c’est pour les enfants, tmtc). Bref, on le réduit souvent à ces deux catégories sans tenir compte de son travail d’analyse et d’écriture. Comme il le disait lui-même : « Les derniers romans du Disque-Monde ont abordé des thèmes tels que la nature de la foi, la politique, et même la liberté de la presse, mais parce que j’y ai glissé un dragon minable, on m’appelle ‘auteur de fantasy’ ».

À lire aussi : Pourquoi j’ai adoré lire (et regarder) American Gods

Personnellement, j’aime son style, sa façon de nous surprendre avec des phrases absurdes, belles et drôles à la fois. Avec des personnages fins, diversifiés et intéressants sans perdre leurs drôleries respectives. Pratchett, c’est mon doudou anti-déprime, ma parenthèse de réconfort quand le monde va trop vite pour moi.

Petit guide du Disque-monde

Ce que j’aime chez Pratchett, en dehors de son génie je veux dire, c’est la liberté qu’il nous laisse en tant que lecteur de découvrir et d’apprécier son œuvre.

Bien sûr, quand j’ai vu la liste des 35 tomes des Annales du Disque-Monde sur Wikipédia, j’ai flippé. C’est énorme, c’est tentaculaire, et j’avais vraiment pas envie de me lancer dans des sagas de mille pages (j’ai déjà lu La Recherche de Proust, merci bien). Et en fait, je n’ai jamais vu de monde si bien pensé et tout a été réfléchi pour que nous trouvions le livre qui nous plaira le plus.

On peut bien sûr lire Les Annales du Disque-Monde dans l’ordre de publication, chacun fait bien ce qu’il veut ! Mais mon choix, ça a été de prendre en compte les cycles internes qu’a mis en place Pratchett.

Suivez le guide :

  • Le Cycle Rincevent (tomes 1, 2, 5, 9, 17, 22 et 23) : Rincevent est un mage un peu raté qui sert de prétexte à Pratchett pour parodier la fantasy. C’est une bonne porte d’entrée dans le Disque-Monde
  • Le Cycle des Sorcières (tomes 3, 6, 12, 14, 18, et 24) : ce cycle parle de la place des femmes dans la société mais sert aussi à réécrire des mythes populaires (les vampires, les contes de fées, les licornes, etc.) Il y a de belles références littéraires (Shakespeare notamment) et c’est mon cycle préféré <3
  • Le Cycle de la Mort (tomes 4, 11, 16, 20 et 27) : l’histoire de la Mort et de sa famille. C’est un cycle très chouette qui parle beaucoup d’humanité, car la Mort aime profondément les hommes et est fasciné par leurs modes de vies. IL (oui, car la Mort est un personnage masculin) PARLE EN MAJUSCULES.
  • Le Cycle du Guet (tomes 8, 15, 19, 21, 25, 28, 31 et 34) : ce cycle parodie le polar. Le commissaire Vimaire et sa troupe résolvent des affaires dans la plus grande ville du Disque-Monde. Pratchett y singe beaucoup d’aspect de la vie en société et les relations de pouvoir (un peu comme le vrai genre du roman policier en fait, mais en très drôle).
  • Le Cycle du Progrès (tomes 30, 32 et 35) : le dernier cycle commencé par Pratchett, sur l’industrialisation dans le Disque-Monde.
  • Les Autres : entre ses cycles, Pratchett a écrit plein de tomes qui se passent dans le Disque-Monde mais ne concernent pas les personnages principaux qu’il développe dans ses intrigues majeures. Ce sont des beaux compléments, toujours intéressants et qui abordent une très grande diversité de sujets.

Pour y voir plus clair, vous pouvez aller voir la page wikipédia consacrée aux détails de son œuvre, et qui a la bonne idée de détailler les sous-thèmes abordés dans chaque roman.

La parenthèse dont j’ai besoin

Bien sûr, ce qui me touche en particulier en ce moment, c’est la façon dont son assistant lui a rendu hommage à sa mort, le 12 mars 2015, sur Twitter :

« AT LAST, SIR TERRY, WE MUST WALK TOGETHER. » (FINALEMENT, SIR TERRY, NOUS DEVONS MARCHER CÔTE-À-CÔTE, qui fait référence à son personnage la Mort, qui parle en majuscules)
Terry took Death’s arm and followed him through the doors and on to the black desert under the endless night. (Terry prit le bras de la Mort et le suivit à travers les portes vers le noir désert dans la nuit infinie.) The End. (Fin)

Ces derniers mots, tout à fait dans l’esprit de ce qu’il écrivait, peuvent vous donner un aperçu de ce style tout en finesse et en sobriété. Aujourd’hui, c’est le cycle de la Mort qui va m’accompagner dans mon propre deuil, pour m’aider à voir l’espoir et la vie derrière ces blocs d’événements difficiles.

Si vous allez bien, lisez Pratchett et faites-en un bout de vos petits bonheurs. Si vous allez mal ou que vous avez besoin de soutien, peut-être que comme moi, Les Annales du Disque-Monde vous aideront à aller mieux. Quoi qu’il en soit, je vous encourage à le lire, et à m’en dire des nouvelles. Prenez soin de vous.

À lire aussi : Le Seigneur des Anneaux, le classique que j’ai mis des années à aimer

PS : Toujours pas de version française des Annales en livre audio… Quand est-ce que vous nous permettrez d’avoir ce bonheur, l’Atalante ?

Et toi, tu as lu Terry Pratchett et Les Annales du Disque-Monde ? Quels sont tes cycles préférés ?

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

31 Mai 2019, à 13:32
J'ai bien envie de m'y mettre mais je ne sais pas par quoi commencer...
Aussi, je ne me vois pas le lire en français mais ma bibliothèque de quartier n'en à pas en anglais alors je vais en acheter...
En gros, Pratchett a un ensemble de "séries" dans le même monde, chacune avec ses personnages et ses thèmes génériques et reprenant à sa sauce des styles d'histoires.
- La série "Rincewind". S'articule autour du magicien de second ordre du même nom, axé sur l'aventure/l'exploration et la parodie des livres de fantasy (l'humour est un thème central de Pratchett, mais c'est probablement la série la plus focalisé sur l'aspect "gag").
- La série des sorcières. Centrée sur un groupe de sorcières donc (et en particulier Esme Weatherwax), avec comme thème les contes de fées (revus et visités par Pratchett bien entendu). Il y a comme toujours de l'humour, mais c'est la série la plus mélancolique et la moins humoristique.
- La série du guet. Suit l'histoire du guet d'Ankh-Morpork et de son chef Vimes. Orienté politique/sociologie.

Il y a également plusieurs séries plus courtes (Tiffany, Moist, la Mort) et quelques livres indépendant (comme Small Gods).
En règle générale, les premiers livres de Pratchett sont beaucoup plus orientés sur la parodie (les premiers Rincevent sont plus ou moins une suite de blagues sans trop d'histoire), et plus le temps avance plus cela devient de la critique sociale avec un message et des parallèles transparents (même si très intéressants).

Ma série préférée est de loin celle du Guet, mais la série initiale est celle de Rincevent. Je te recommande donc de commencer soit par Guards, Guards !, soit par The Color of Magic. Ou éventuellement par Small Gods, qui étant indépendant te permet d'avoir un aperçu "sans obligation" et est à mon avis le meilleur/second meilleur (j'ai du mal à trancher entre lui et The Fifth Elephant).
 
Voir les réactions sur le forum (23 réponses)
Close