Close

Il faut voir The Morning Show, la meilleure série post-#MeToo

The Morning Show est une nouvelle série qui attaque de front l'ère post-#MeToo. Énorme claque pour Mymy, qui sort tout juste du final de la saison 1.

Temps de lecture : 4 minutes

La chair de poule. Le ventre contracté. Les poings serrés.

C’est ce qui anime mon corps à l’heure où je tape ces lignes, quelques minutes seulement après avoir terminé le dernier épisode de The Morning Show saison 1.

Cette série, qui ne me tentait pas vraiment sur le papier, est devenu un de mes coups de cœurs tardifs de 2019. Laisse-moi t’expliquer pourquoi tu DOIS la regarder !

The Morning Show, une série ambitieuse

The Morning Show est, avec Servant, le fer de lance d’Apple TV+, la nouvelle plateforme de streaming lancée par la marque à la pomme en cette fin d’année 2019.

Rien que le casting principal te laisse imaginer le budget investi : Jennifer Aniston, Reese Witherspoon et Steve Carell se partagent l’affiche !

En seconds couteaux, Mark Duplass (Togetherness), Nestor Carbonell (LOST), Gugu Mbatha-Raw (Black Mirror: San Junipero) ou encore Billy Crudup (Gypsy) crèvent l’écran.

Mais tu le sais aussi bien que moi : jeter des millions de dollars dans une série ne la rend pas forcément bonne. Alors laisse-moi déjà t’expliquer de quoi parle The Morning Show.

The Morning Show, une série post-#MeToo

Depuis 15 ans, Alex Levy (Jennifer Aniston) et Mitch Kessler (Steve Carell) animent The Morning Show, la matinale la plus regardée des États-Unis.

Sans être en couple à la ville, ils sont à l’écran « la petite famille de l’Amérique ». Papa et Maman, en mieux.

Un duo charismatique, séduisant, rassurant, chaleureux. Pas très audacieux, politiquement, mais ce n’est pas ce que le public leur demande.

Sauf qu’un matin (le matin de l’épisode 1 de la série), tout s’effondre.

Mitch est viré manu militari, car certaines femmes ont dit #MeToo. Le New York Times prépare un article sur des accusations de harcèlement et d’abus sexuels visant le présentateur.

Pour Alex, c’est un cataclysme.

The Morning Show tel qu’elle l’a connu n’existe plus, mais surtout… A-t-elle bossé avec, sympathisé avec, et aimé, d’une certaine façon, un prédateur sexuel ?

Tu te demandes peut-être ce que fait Reese Witherspoon dans tout ça ?

Eh bien elle joue Bradley Jackson, une journaliste au tempérament volcanique, qui va se retrouver bien malgré elle mêlée à l’ouragan qui agite The Morning Show.

The Morning Show, une série toute en nuances

Tu commences à le savoir si tu me suis sur Internet : la nuance, c’est ma passion.

Je ne suis pas intéressée par le manichéisme. Le monde est complexe, les humains le sont encore plus. Je préfère qu’on me montre différentes facettes d’une même histoire et qu’on me laisse me faire ma propre opinion.

C’est bien pour ça que j’ai tant aimé Game of Thrones, à la base : pour ses personnages ni 100% gentils, ni 100% méchants ! (Sauf cet enfoiré de Joffrey, ok.)

Le mouvement #MeToo a permis de mettre en lumière les odieux agissements de certains hommes en position de pouvoir, mais a aussi généré de nombreuses discussions autour de la « zone grise » du consentement.

Cette zone où il n’y a pas vraiment de « non », mais où le « oui » n’est pas clair — notamment parce qu’il est parfois brouillé par une différence hiérarchique…

Une zone aussi grise que les personnages de The Morning Show.

Qui est coupable ? Qui extrapole ? Qui surfe sur #MeToo pour faire avancer ses propres pions ? Qui est sincère ? Qui a tort, qui a raison ? Qui savait, qui s’est voilé la face ?

Souvent, il n’y a pas de réponse définitive à ces questions. Et c’est ce qui rend la série si intéressante à mes yeux.

The Morning Show, une série sur la (vraie ?) sororité

« Sororité », le mot est à la mode depuis quelques années — au point qu’il me paraît parfois un peu galvaudé.

Comme si toute initiative impliquant plus d’un être de genre féminin était forcément marquée du sceau de l’entraide, du partage et de l’abnégation.

Sauf que la sororité, de mon expérience, c’est compliqué. Parce que les femmes sont des Hommes comme les autres.

Parfois égotiques, parfois mesquines, parfois malhonnêtes, parfois froussardes. Mais aussi courageuses, solidaires, délicates, ambitieuses.

The Morning Show est une série au sujet des femmes, au sujet de femmes en tout cas. De femmes variées, dans des positions sociales différentes, qui avancent comme elles le peuvent.

Leur sororité n’est ni facile, ni cucul-la-praline. Elle est laborieuse, chaotique, fragile. Car dans un monde où le patriarcat est roi, la confiance entre femmes est loin d’être une évidence.

Je n’ai pas été étonnée d’apprendre que la quasi-totalité des personnes qui ont créé The Morning Show sont des femmes. Elles savent de quoi elles parlent !

The Morning Show, une série qui fait réfléchir

J’ai regardé The Morning Show avec passion, et en bonne compagnie, avec celui qui partage ma vie ces temps-ci.

Chaque épisode donnait lieu à de profondes discussions : débrief des thématiques abordées, réflexions sur des sujets de société, sur le féminisme, le mouvement #MeToo, et mille autres choses encore.

Je pense que cette série est essentielle, par le courage qu’elle a, par les échanges qu’elle provoque, par les messages qu’elle diffuse.

Je ne peux que te conseiller de la regarder (pourquoi pas en famille ?) pendant ces fêtes de fin d’année !

Pour ça il te suffit de tester Apple TV+ (7 jours gratuits, puis 4,99€ par mois, et possibilité de partager ton compte avec 5 personnes).

Et rassure-toi, The Morning Show a déjà une saison 2 de commandée. Même si, honnêtement, ces 10 premiers épisodes pourraient se suffire à eux-mêmes.

Si tu l’as déjà dévorée, viens vite me dire ce que tu en as pensé !

À lire aussi : Pourquoi Fleabag, série féministe crue et dure, m’a retournée

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

29 Déc 2019, à 18:02
j'ai trouvé la saison très bonne, les thèmes abordés extrêmement ambitieux mais j'ai eu du mal avec la durée des épisodes. 1h à chaque fois c'était beaucoup trop long. c'est trop poseur et bavard et l'efficacité est dilué..
 
Voir les réactions sur le forum (6 réponses)
Close