Close

Je suis fiancée, j’ai 41 ans, j’ai choisi mes passions plutôt que d’avoir des enfants

Si pour certaines femmes le bonheur réside dans l'activité de parent, Marie, elle, préfère passer ses soirées et ses week-ends avec sa jument. Elle raconte son quotidien de femme de 41 ans, fiancée et sans enfant !

Temps de lecture : 4 minutes
Vis ma vie de childfree

Bienvenue dans le quatrième épisode de notre série Vis ma vie de childfree !

Nous avons demandé à des femmes de 40 ans et plus sans enfant par choix de raconter leur vie, le regard de leur entourage sur leur choix de ne pas procréer, l’impact de cette décision sur leur vie de femme et/ou de couple…

Pourquoi ? Parce que chez Rockie, nous estimons qu’il est essentiel que chaque femme ait des modèles qui lui ressemble, partagent ses convictions et puisse lui servir d’exemple empouvoirant pour lui donner la force d’affirmer ses positions parfois contraires aux schémas enfermants de la société.

D’ailleurs, si toi qui lis cet article tu rentres dans ce profil, tu peux toujours nous envoyer ton témoignage par mail à l’adresse salut[at]rockiemag.com, avec en objet « Je suis childfree », et consulter notre appel à témoins si tu veux plus d’informations !

Pour lire les autres épisodes de la série, c’est par ici :

Je m’appelle Marie, j’ai eu 40 ans l’année dernière et j’ai choisi de ne pas avoir d’enfant.

Ma vie de passionnée d’équitation, sans enfants

Je suis en couple depuis 3 ans, je vais me marier l’année prochaine. Avec mon fiancé, nous sommes sur la même longueur d’ondes : nous n’avons pas envie de devenir parents.

Comme nous sommes tous les deux des passionnés, notre vie est très remplie et elle nous plaît telle qu’elle est, à deux. Nous n’avons pas envie, ni l’un ni l’autre, de changer nos habitudes de vie et de nous créer des contraintes supplémentaires.

Pour ma part, je pratique l’équitation et je suis propriétaire d’une jument. C’est un loisir très prenant qui fait que je rentre rarement avant 20h/20h30 chez moi, et évidemment tous les week-ends sont aussi bien remplis avec les stages, les randonnées, les concours.

Mon conjoint a lui aussi des loisirs qui lui prennent toutes ses soirées et ses weekends donc clairement, s’il y avait un nouveau-né dans l’équation, on ne pourrait pas autant profiter de tout ça !

Rajoutez à cela le monde dans lequel on vit, entre la violence, le réchauffement climatique et la surpopulation… clairement nous n’avons pas envie de livrer un enfant qui n’a rien demandé à ce monde un peu moisi.

À lire aussi : J’ai eu un enfant en pleine crise écologique, et je ne le regrette (presque) pas

Ça, c’est notre vision des choses aujourd’hui.

Comment j’ai appris à être heureuse loin du schéma classique familial

Évidemment, quand j’étais petite, je me voyais épouser un prince charmant et avoir beaucoup d’enfants (au moins 2, quoi). Puis j’ai grandi et de nombreuses années de célibat involontaire m’ont fait réfléchir à ce rêve. Ces années de solitude m’ont d’abord pesée.

Dans cette longue période, je voyais bien que je m’éloignais du modèle standard mariage-maison-enfants. Je le vivais très mal. Je vivais mal les enterrements de vie de jeune fille de mes amies, les mariages auxquels j’étais invitée…

Je ne dis pas que je n’étais pas contente pour elles, c’est juste que ça me renvoyait à mon statut d’éternelle célibataire qui ne trouve pas sa place à table parce que tout le monde est en couple et veut se mettre avec sa moitié, celle qui n’a personne pour partir en vacances avec elle, etc.

Puis vers le milieu de la trentaine, j’ai commencé à m’épanouir dans mon boulot, j’ai acheté une maison toute seule comme une grande, je me suis beaucoup investie dans mes passions et mon statut de célibataire a commencé à moins me peser. Je l’ai accepté.

Je me suis rendu compte que j’étais quand même heureuse sans couple et sans enfant et que j’étais même plus heureuse que certaines personnes en couple et avec des enfants.

À l’âge où tous et toutes mes amies se mariaient et enfantaient, j’ai réalisé que je n’avais pas envie de ça, que quand mes amies me parlaient de leur quotidien bain-dîner-dodo des petits, clairement je ne les enviais pas.

Ma vie me plaisait telle qu’elle était et je n’avais pas envie qu’elle tourne autour des couches, de l’école maternelle, des coloriages et des dessins animés pour tout-petits.

C’est à ce moment-là qu’IL est arrivé dans ma vie, mon viking. Celui qui m’a aimée, qui a compris que lui aussi sa vie lui plaisait sans enfant. D’ailleurs, je pense que c’est parce que j’étais heureuse et enfin épanouie que je l’ai trouvé !

Les remarques des autres sur ma vie de femme en couple sans enfants

Tant que j’étais célibataire, je n’ai pas vraiment eu à subir de remarques désobligeantes parce que n’étant pas en couple, la question des enfants ne se posait pas. Ma famille connaissait assez mon caractère pour ne pas me mettre la pression côté « petit copain ».

Mais depuis que j’ai trouvé l’homme de ma vie, nous avons essuyé les remarques habituelles.

Ce qui est étonnant, c’est que ça ne vient pas de nos familles : mon père est déjà grand-père (bravo les frangines pour avoir assuré le job), maman n’est plus là et côté belle-famille ils ont l’air de plutôt bien l’accepter même si mon fiancé est fils unique.

Les remarques désobligeantes sont venues des collègues et des connaissances plus éloignées, de personnes dont je n’ai pas sollicité les conseils et qui pourtant se sont permis des remarques telles que :

« – Vous allez le regretter

– Le temps passe, faudrait peut-être s’y mettre.

– C’est égoïste de ne pas faire d’enfant. »

Cette dernière, je ne l’ai jamais comprise : pourquoi est-ce égoïste ? À qui fait-on du mal ? À la planète sur laquelle il y a déjà presque 8 milliards de personnes ? Aux potentiels grands-parents ? Ça va, ils le vivent bien, merci pour eux !

Maintenant, à l’âge que j’ai, je n’ai absolument plus envie de vivre ma vie pour « faire plaisir » à une tierce personne.

Je suis très heureuse dans ma vie de femme sans enfants !

J’ai acheté ma jument, je vais me marier, j’ai fait une croix sur les bains, les purées maison et le vomi. J’ai dit oui aux voyages, aux restaurants étoilés, aux apéros avec mes copines, au calme et à la tranquillité.

Est-ce que j’ai fait une croix sur « la vie normale » ? C’est-à-dire celle que nos parents, la société, les films et les contes de fée nous vendent continuellement ? Peut-être oui.

Mais je l’avais déjà faite quand j’étais célibataire et que je commençais à m’assumer en tant que tel. Est-ce que je ne risque pas de le regretter un jour ? Et bien rendez-vous ce jour-là, parce qu’il n’est pas encore arrivé !

À lire aussi : Ai-je raison de faire un enfant, et autres questions existentielles

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

5 Août 2020, à 10:24
@Kettricken je suis complètement d’accord avec toi, et pour moi ça tient au manque de représentation global de femmes qui font des choses.
Par exemple, à ce stade de ma carrière je manque de représentation de femmes ayant fait une carrière intéressante sans heurter mes valeurs. Je ne pense pas que ce soit impossible, simplement il y a tellement peu de femmes qui ont fait carrière autour de moi que pour qu’une des rares qui existe corresponde à mes valeurs et à ma vision de monde, il aurait fallu avoir beaucoup de chance.
 
Voir les réactions sur le forum (63 réponses)
Close