Close

Comment bien gâcher le voyage en train des autres

Les vacances approchent et tu as prévu de prendre le train ? Quelle chance ! Tu vas pouvoir mettre à profit tes compétences de relou pour bien pourrir le trajet des autres voyageurs et voyageuses...

Temps de lecture : 5 minutes

Après avoir bien gâché le mariage où tu étais invité·e, tu veux poursuivre ta carrière de relou ? Alors les voyages en train sont une occasion de premier choix. Un wagon, des dizaines de passagers et autant d’occasions de leur pourrir la vie.

Le passager relou dans le train ne s’assoit jamais à sa place

Commençons par un règle de base : tu ne dois JAMAIS t’installer à la place qui t’est attribuée dès le début. Choisis au contraire une place random dans le wagon (dans le sens de la marche de préférence) et sors toutes tes affaires pour les étaler devant toi. Bouteille d’eau, magazines, billets, carte de réduction, smartphone, écouteurs, paquet de chewing-gum, clés, menue monnaie, sac de billes, carte routière et dictionnaire français-relou.

Si l’occupant·e légitime débarque et réclame son dû, réponds avec arrogance que tu es à ta place et que c’est l’autre qui se trompe. Ce coup de bluff ne marchera qu’un temps. À tous les coups, il ou elle va finir par sortir son billet et te le coller sous le nez. Tu pourras alors prendre tout ton temps pour remballer ton barda, sans t’excuser, of course.

Avec un peu de chance, ça créera un embouteillage dans le couloir au passage et ça te permettra de recommencer ton numéro de strip-tease de sac à dos deux rangées plus loin.

En plus, si ça se trouve, cette personne n’osera rien te dire, et s’assiéra ailleurs, déclenchant un cercle infini de chaises musicales dans le wagon. Préambule essentiel au chaos.

Pour bien gâcher un voyage en train : manger des trucs qui puent

Une fois cette étape passée, tu as le choix des armes pour continuer à enquiquiner le monde pendant le trajet : l’odeur ou le bruit. Si tu choisis l’odeur, c’est le moment d’enlever tes chaussures et de laisser se diffuser le délicat fumet qui se dégage de tes chaussettes.

N’oublie pas non plus de déballer les casse-croûtes qui sentent fort pour en faire profiter tout le monde. Les valeurs sûres : pâté – oeuf – poisson – fromage. Si tu es du côté vegan de la force, c’est plus dur, mais pas de panique, tu peux te rabattre sur les fruits trop mûrs, genre le melon, cette créature des enfers.

« J’aime la nourriture plus que je n’aime les gens » – C’est ça l’esprit !

Autre option : choisir des trucs qui sentent bon et qui vont donner faim à tout le monde, à base de chocolat par exemple (ou de saucisson, si tu es team #salé). Prévois de faire ça vers 11h30 ou 16h30, face à des enfants en hypoglycémie pour maximiser la frustration.

N’hésite pas non plus à mixer bruit + odeur pour atteindre le niveau 2 sur l’échelle du pénible. En mangeant des chips, du popcorn, ou n’importe quel truc qui sent le gras et fait scrounch scrounch, tu es sûr·e d’agacer ton entourage autant que Cyril Hanouna.

Pour bien gâcher un voyage en train : tous les moyens sont bons pour faire du bruit

Si tu choisis le bruit, les possibilités sont pratiquement infinies. Et je compte sur toi pour faire preuve de créativité et de tenacité, car être pénible sur une longue durée, c’est du boulot.

Si tu voyages en groupe, n’hésite pas à interpeller tes collègues ou ami·es à travers le wagon et à raconter tout fort des anecdotes ou des blagues de mauvais goût. Point bonus si elles sont sexistes, homophobes ou racistes bien sûr.

Mais si tu veux vraiment contrarier tout le monde, parle (tout haut) de trucs chiants de boulot. Débriefe le dernier codir, où les KPI étaient vraiment down, en même temps, c’est la faute des sales qui ont manqué de proactivité pour remplir le pipe.

Plus tu utiliseras de jargon, moins les gens comprendront et plus ta conversation les gênera, sans leur procurer le plaisir d’un bon drama des familles, où l’intégralité du wagon se passionne pour la rupture de Steph et Fred.

Du bon usage du smartphone dans le train

Si tu voyages seul·e, rien n’est perdu. Tu peux régler ton smartphone avec la sonnerie au maximum puis passer tes appels depuis ton siège à voix très haute et pendant trois plombes.

Pense également à régler ton téléphone pour que tes touches fassent un petit son horripilant quand on appuie dessus et envoie moult textos, ou joue à Candy crush en ignorant les regards noirs.

Tu peux aussi écouter de la musique avec le son réglé à FOND dans ton casque, histoire que tes voisins profitent aussi de ta passion pour le métal, la techno ou la variété française. Attention, cette tactique peut causer de la surdité sur le long terme.

Et la tête en forme de ballon de rugby manifestement…

Les enfants et les trajets en train

Si tu voyages avec des enfants, tu possèdes un trésor. Fais en sorte de ne surtout rien prévoir pour les occuper, en particulier si vous avez un trajet de 5 heures prévu à travers la France. Imprimer des coloriages ? Emmener des jeux de société ou des livres ? Télécharger des dessins animés sur une tablette ? Nope. Ça risquerait de les canaliser. À la rigueur, tu peux prendre UN jouet, en tablant sur le fait que l’enfant en bas-âge se lasse très vite d’une activité.

Pas question non plus de leur accorder de l’attention ou du temps, ça serait contreproductif. Laisse-les vivre leur vie pendant que tu récupères du sommeil du juste, ou que tu geekes tranquillement. Après tout, il y a suffisamment de choses marrantes à faire dans un train, comme shooter dans le siège de devant ou appuyer sur le bouton d’ouverture de la porte du wagon 30 fois de suite.

L’enfant s’ennuie, demande sans arrêt « quand est-ce qu’on arrive » et commence à se disputer avec ses frères et soeurs ? C’est le moment de lever le nez de ton smartphone et de lui gueuler dessus. Alternative : répéter CHUUUUUUT super fort, à intervalles très réguliers.

L’enfant se met à pleurer ? Bingo, c’est gagné ! N’essaye surtout pas de le calmer ou de l’apaiser. C’est le meilleur moyen de faire redescendre le volume sonore du wagon à un niveau acceptable.

La guerre de positions pour bien gâcher un voyage en train

Si tu voyages à proximité des heures de repas, ne prévois pas de nourriture, car un enfant affamé est un enfant casse-pieds. Je le sais, je fonctionne comme ça depuis 28 ans. Au mieux, il sera toujours temps de l'emmener au wagon-restaurant pour qu’il continue son travail de sape dans la file d’attente.

Si tu n’a pas d’enfant, et pas vraiment d’autre moyen de faire du bruit ou des odeurs (bon, il te reste le pet, mais tout le monde ne parvient pas à en sortir sur commande, c’est un talent, ça Madame), tu peux jouer sur la guerre de positions.

Rien de plus simple : il te suffit de prendre toute la place avec ton coude sur l’accoudoir, d’étaler tes jambes dans l’allée afin que quelqu’un trébuche, et d’occuper tout l’espace disponible de la table avec tes petites affaires quand tu es sur un carré à 4.

Enfin, si tu es côté fenêtre, n’hésite pas à te lever sans arrêt et sans aucune raison. Tu auras ton ou ta voisin·e à l’usure. Pense aussi à la technique sous-cotée de l’endormissement sur l’épaule d’une personne inconnue mais néanmoins adjacente, avec force ronflements et filet de bave.

Ça y est, tu es arrivé·e à destination ? Tout le monde a passé un trajet en train de merde, sauf toi ? Bravo ! Il ne te reste plus qu’à oublier une valise vide et non-étiquetée à la gare pour créer une alerte à la bombe et mettre tous les trains en retard. Et à bientôt pour de nouvelles aventures de relou en avion !

Et toi, c’est quoi qui te rend complètement dingue dans le train ? Viens en parler dans les commentaires…

 

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

16 Juin 2019, à 23:04
Non ça n’existe plus, les idtgv sont remplacés par les oui tgv ou il n’y a plus d’espaces différents et où (tout du moins a leur début aujourd’hui je ne sais pas) tu n’avais le droit qu’à un bagage qui tenais sous ton siège.
 
Voir les réactions sur le forum (75 réponses)
Close