Close

Le congé paternité pourrait-il être rallongé ?

Le congé paternité pourrait être rallongé et rendu obligatoire prochainement. Mais est-ce une bonne nouvelle pour tout le monde ?

Temps de lecture : 2 minutes

Les comptes ne sont pas bons. En France actuellement, les pères n’ont la possibilité de prendre que 11 jours de congés, auxquels s’ajoutent les 3 jours dits de « congés naissance », contre 10 semaines pour les mères.

Fab avait partagé sur Rockie, pour la fête des pères de 2020,  une tribune qu’il avait co-signé afin de faire bouger les lignes sur ce sujet crucial de la parentalité, en demandant que le congé paternité soit d’un mois minimum.

Est-ce que c’est réalisable ? Il semblerait que oui.

Le gouvernement est favorable à l’allongement du congé paternité

Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance et des familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, a déclaré à France Info :

J’y suis non seulement favorable, mais nous y travaillons. Nous y travaillons avec pour objectif de pouvoir présenter une première proposition, probablement à la rentrée.

Une des hypothèses sur laquelle nous travaillons, c’est de doubler le congé actuel et de passer à un mois de congé parental global, c’est-à-dire intégrant à la fois le congé paternité stricto sensu et les congés de naissance.

Plus de 60% des 18 à 34 ans souhaitent un allongement du congé paternité d’après un baromètre DREES. Effectivement, il est temps que le gouvernement se penche sur la question.

La France a du retard à rattraper sur la durée du congé paternité

Si on compare la France à d’autres pays d’Europe, le retard est flagrant. En Suède par exemple, père et mère se partagent équitablement un congé parental de 480 jours. De plus, il est obligatoire.

Adrien Taquet n’y semble pas opposé :

Je suis assez convaincu, pour en avoir également parlé avec mes homologues suédois et finlandais, que le rendre obligatoire a un côté décisif.

Mais rendre le congé paternité obligatoire pourrait-il aussi avoir un impact malheureusement négatif pour les pères les plus précaires ? À cela, le secrétaire d’État répond :

Cette pression sociale qui fait que les plus précaires ne vont pas oser prendre le congé paternité, de peur de perdre leur boulot, c’est un vrai sujet sur lequel il faut que nous travaillions. Il va falloir faire attention que l’obligation ne conduise pas à de la perte de pouvoir d’achat pour les personnes, et notamment pour les plus précaires.

Rendez-vous à la rentrée pour voir l’évolution et la mise en place de ces propositions.

À lire aussi : 5 bonnes raisons d’allonger le congé paternité

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

3 Août 2020, à 08:00
Voir les réactions sur le forum (20 réponses)
Close