Close

Et si tu testais la culotte de règles après ton accouchement (ou n’importe quand) ?

La culotte menstruelle est une protection périodique méconnue qui peut pourtant te changer la vie (ou au moins les jours de règles). Surtout quand ton retour de couches se pointe et que tu as besoin de confort et de simplicité.

Temps de lecture : 3 minutes

En partenariat avec FEMPO.

Cette année, il s’est passé deux trucs qui ont radicalement changé ma vie : j’ai lancé un magazine qui s’appelle Rockie (chais pas si tu connais) et j’ai découvert les culottes de règles.

Et quand je dis culotte de règles, je ne parle pas de ces choses en coton informes et tachées qui attendent leur heure planquées au fond de mon tiroir, mais bien d’un type de protection périodique qui peut remplacer les tampons, serviettes ou autres coupes menstruelles.

Depuis plusieurs années, j’utilisais exclusivement une cup et je m’estimais amplement satisfaite de ce mode de protection écologique, économique et pratique (une fois qu’on a chopé le coup de main pour la mettre et la retirer).

La culotte menstruelle, ma nouvelle protection périodique préférée

Je pensais que c’était la protection idéale pour moi et que je ne trouverais pas mieux… Mais ça, c’était avant que je teste les culottes de règles, envoyées à la rédac de madmoiZelle et Rockie par notre partenaire FEMPO.

La culotte menstruelle ressemble vraiment à une culotte classique, sauf qu’à l’intérieur, il y a du tissu absorbant et à l’extérieur du tissu imperméable très souple. Au départ, j’étais un peu sceptique : est-ce que ça allait suffire pour absorber le flux ? Est-ce que ça allait fuir/sentir/faire un effet couche-culotte ?

Il m’a suffit d’un cycle pour être rassurée sur tous ces points et pour ressentir un sentiment de liberté rarement éprouvé un jour de règles.

La culotte menstruelle, une bonne idée après l’accouchement

Sans être concernée personnellement par la question de l’accouchement (je suis nullipare), je suis persuadée que la culotte menstruelle peut te changer la vie après la naissance.

Quand ton retour de couches se pointe après plus ou moins 9 mois sans règles, j’imagine que tu as plus envie de lui mettre un coup de boule que de sabrer le champagne.

Et si certaines femmes vont être prêtes à réutiliser sans problème une cup ou des tampons comme elles le faisaient avant, d’autres vont avoir besoin de protections plus externes, si tu vois ce que je veux dire…

Surtout si on a vécu un accouchement et/ou des suites de couches difficiles à base de points d’épisiotomie, cicatrice de césarienne, et autres saignements… Et c’est là que la culotte de règles entre en jeu !

La culotte menstruelle : le top du confort

Le gros avantage de cette protection périodique, c’est son confort. Comme les culottes FEMPO sont très fines (2mm d’épaisseur, c’est moins qu’une serviette hygiénique classique), c’est comme si tu portais juste un sous-vêtement.

En fait, c’est même plus confortable que mes culottes habituelles, car la forme boxer englobe vraiment bien la fesse, et je n’ai pas à tirer avec classe et élégance pour la décoincer de la raie où elle n’aurait jamais dû aller se ficher.

Le coton tout doux à l’intérieur de la culotte est aussi une excellente manière de chouchouter tes muqueuses après l’accouchement, surtout si tu es parfois irritée par les serviettes hygiéniques.

La culotte menstruelle : sécurité et simplicité

Après un accouchement, on a souvent besoin de dormir ne pas se prendre la tête, et là aussi, je pense que la culotte menstruelle est une bonne solution.

D’abord, parce que tu peux être sûre qu’elle ne contient aucun produit chimique (c’est juste du tissu), et qu’elle ne te fera pas courir le risque du syndrome du choc toxique comme les tampons ou la cup (ça reste très rare, pas de panique si tu en utilises).

Surtout, depuis que j’en porte la nuit, je n’ai jamais eu de fuite avec les culottes FEMPO (qui ont une capacité d’absorption de 12h). Et ça, c’est précieux quand on bouge beaucoup dans son sommeil.

Enfin, je redoutais un peu que la partie lavage soit compliquée, mais en fait, c’est très simple. Il suffit de les rincer sous le robinet (ça prend 2 minutes) puis de les mettre dans la machine avec le reste des vêtements, et enfin de les étendre. Bref, pour peu que tu fasses des lessives souvent (et avec un nouveau-né, c’est probablement le cas), c’est vraiment facile et écolo.

La culotte de règles : une solution pour moins subir son retour de couches

Côté prix, c’est sûr que passer à la culotte de règles nécessite un certain investissement, puisque une culotte FEMPO coûte 32 € (c’est moins cher si tu en achètes plusieurs) et qu’il en faut au moins 3 pour pouvoir tenir entre deux lessives.

Quand j’ai parlé de culottes menstruelles à certaines jeunes mères de mon entourage, elles m’ont signalé que ce n’était pas forcément la solution idéale pour gérer les lochies juste après l’accouchement. Comme les saignements peuvent être VRAIMENT abondants, il faudrait pouvoir changer de culotte quatre fois par jour… Même si FEMPO a sorti un modèle super-absorbant que je n’ai pas encore pu tester.

En tout cas, c’est sûrement une piste intéressante pour moins subir le retour des règles, ou compléter un autre type de protection (cup, tampon…).

Et tu n’as pas besoin d’avoir accouché pour tester les culottes de règles et être bluffée. J’en suis la preuve vivante.

Et toi, tu as déjà testé les culottes menstruelles ? Tu aimerais bien essayer mais tu as des questions ? Viens on en parle dans les commentaires !

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

7 Sept 2019, à 10:38
@Bernie
Perso quand j’étais ado, je cherchais la discrétion à tout prix, je ne voulais pas que toute la famille soit au courant que c’était LA semaine (je suis l'ainée et ma maman n’avait plus de règle). Ça en était maladif, j’en ai fait des crises de larmes.
Quand je mettais des serviettes, il y avait le problème de la poubelle que j’essayais de sortir le plus discrètement possible (faudrait pas que les voisins me voient sortir la poubelle, ils vont deviner que j’ai mes règles ...:facepalm:, mais si la poubelle de la salle de bain déborde, ça va se voir aussi ). Je cachais les culottes tachés au fond du panier à linge. Hors de question à l'époque de laisser sécher une culotte rincée en plein milieu de la salle de bain, toute la famille l’aurait vu et aurait compris. Je sais pas si j’avais honte de mes règles, mais je voulais juste que ça reste intime comme pour le pipi/caca. Je pense que j’aurais eu le même type de considérations avec des culottes de règles malheureusement. Les tampons ont vraiment changé ma vie de ce point de vue (la cup aussi mais c’etait beaucoup plus tard).
Je pense que ça dépend vraiment de l’état d’esprit de ton ado. Il faut en discuter ensemble pour voir ce qui lui convient le mieux.
 
Voir les réactions sur le forum (37 réponses)
Close