Close

Et toi, tu te touches ? La discussion sur la masturbation à avoir en couple

Est-ce que tu as déjà abordé la question de la masturbation avec ton ou ta partenaire ? Ça pourrait être une bonne idée, pour ton couple... et pour ton propre plaisir.

Temps de lecture : 6 minutes


Dans la pop culture, la représentation de la masturbation et du couple tient souvent à une scène stéréotypée : un mec est pris en « flagrant délit » par sa partenaire. Ça tourne mal : honte, malaise, dispute, etc.

Ces représentations pèsent sur l’inconscient collectif et ont des conséquences très concrètes sur les couples d’aujourd’hui, comme me l’explique Kenza El Marsni, sexologue.

« Je reçois en consultation des femmes qui me disent que leur mari se masturbe et que c’est une souffrance pour elles. Souvent parce qu’elles n’imaginent pas le faire elle-même ou parce qu’elles se demandent si ça veut dire qu’il  manque quelque chose dans leur couple. »

L’autre n’est pas responsable de notre plaisir

Pour certaines personnes, découvrir que son ou sa partenaire se masturbe déclenche une série de questions douloureuses. Tu préfères te masturber plutôt que faire l’amour avec moi ? Est-ce que je ne te suffis pas ? Est-ce que ça veut dire que notre vie sexuelle n’est pas épanouie ? Quand la pornographie est aussi de la partie, certaines personnes peuvent également commencer à se comparer aux personnes à l’écran.

« Derrière cette souffrance, il y a la fausse idée que l’autre est responsable de notre plaisir, de notre bonheur, etc. Donc une fois en couple, je suis censé·e ne plus avoir de raisons de me masturber puisque l’autre est responsable de mon plaisir », complète Kenza El Marsni.

Une croyance que la sexologue conseille de déconstruire. La masturbation et les relations sexuelles en couple sont en réalité deux choses très différentes. Elles peuvent bien sûr s’entremêler, voire se nourrir l’une l’autre, mais elles répondent en général à des besoins ou des envies différentes.

Je ne sais pas ce que vaut cette comparaison, mais je la tente gaiement : j’adore regarder des séries avec mon mec, mais parfois le dimanche aprem, j’ai envie de lire un livre tranquille dans mon coin. Et ça ne veut pas dire que j’aime moins sa compagnie ou qu’il me manque quelque chose dans nos pratiques de divertissement à deux.

Quand l’un des membres du couple ne se masturbe pas

C’est souvent quand les deux membres du couple n’ont pas le même rapport à la masturbation que les problèmes apparaissent. En tout cas, c’est ce que j’ai pu toucher du doigt, grâce à mon appel à témoignages lancé via la newsletter de Rockie (Si tu veux t’abonner, c’est par ici !).

Voici comment une lectrice de Rockie, en couple depuis dix ans avec le même homme, me l’explique.

« Pendant longtemps, je pensais que mon partenaire se masturbait car nos relations sexuelles n’étaient pas suffisantes. Et puis le fait de me mettre à me masturber moi aussi m’a fait comprendre qu’on pouvait le faire sans pour autant ressentir moins de désir ou de satisfaction avec son partenaire. C’est un autre plaisir, différent. »

La masturbation, le dernier tabou dans le couple ?

Plusieurs personnes m’ont aussi confié n’avoir jamais osé aborder le sujet avec leur partenaire, comme si c’était vraiment le tabou ultime dans le couple. D’accord pour te parler de mes hontes d’enfance, de mes névroses, de mes muqueuses et de mes intestins, mais ma pratique masturbatoire, c’est NIET.

« C’est un tabou et quelque chose de secret. Il n’aime pas parler de ça et je le respecte, même si c’est très dur. J’ai l’impression que c’est la seule chose dont on ne peut pas parler. »

Je ne peux pas me mettre à la place du partenaire de cette lectrice pour expliquer pourquoi il a tant de mal à aborder le sujet en couple, mais j’ai quelques pistes d’explication. Dès l’enfance, on est tous et toutes plus ou moins baignées dans une culture judéo-chrétienne qui présente la masturbation comme quelque chose de mal. 

Cette culpabilité pèse sur nos représentations, en particulier pour les femmes chez qui le tabou est encore plus grand. Dans mes souvenirs, il était admis au collège que les garçons se masturbent, un peu comme un rite de passage à l’adolescence.

Par contre, je n’ai jamais entendu parler de filles faisant cela avant mes 18 ou 20 ans, et je n’ai jamais eu de discussions sur le sujet avec des ami·es. J’imagine que c’est probablement plus facile pour les ados d’aujourd’hui et je me réjouis de voir des séries comme Sex Education montrer des jeunes filles découvrant la masturbation.

La masturbation, un moyen de prendre en main son propre plaisir sexuel

C’est sans doute pour ça que tant de couples ont du mal à avoir cette conversation ensemble. Pourtant, effleurer le sujet avec l’autre de manière détendue, c’est chouette.

Les deux partenaires peuvent ainsi constater que l’autre se masturbe (ou pas) mais qu’en tout cas, ça n’a rien à voir avec le désir qu’ils ou elles éprouvent pour l’autre. De quoi dédramatiser le truc et éventuellement alléger une certaine culpabilité inconsciente.

La masturbation est souvent un excellent moyen de prendre en main son propre plaisir sexuel et de ne pas faire reposer toute cette responsabilité sur l’autre. Et ça, dans les couples où il y a de grosses différences de libido ou des passages à vide, ça peut être précieux. En tout cas, cela pourrait pas mal aider cette lectrice qui m’a envoyé son témoignage.

Mon partenaire a une libido beaucoup plus importante que moi. Il est très demandeur même s’il n’est pas insistant. J’aimerais tellement qu’il se masturbe pour ne pas être la seule source de plaisir sexuel pour lui, ça rééquilibrerait (peut-être ?) cette relation un peu bancale car il est toujours frustré et moi souvent embêtée par ses avances.

La masturbation, un outil précieux pour enrichir sa vie sexuelle

Pour certaines personnes, la masturbation permet de se détendre, d’évacuer des tensions, de mieux connaître son corps et même de tester des trucs seul·e avant d’essayer (ou pas) à deux. Bref, c’est un moyen d’enrichir sa sexualité perso et de couple, comme me l’explique cette lectrice.

En tant que femme, la masturbation m’a permis d’apprendre à me connaître, et surtout à savoir écouter mon désir. Parfois, j’éprouve un peu de culpabilité, comme si je faisais quelque chose de contraire aux bonnes mœurs… Et puis je me souviens que mon corps m’appartient, et que mon plaisir ne concerne que moi.

Plusieurs couples m’ont même confié que la masturbation faisait aujourd’hui pleinement partie de leur sexualité. Ils ou elles se masturbent ensemble,  en parlent pour s’exciter, s’envoient des images pendant leurs séances de masturbation respectives, s’offrent des sex-toys, etc. C’est ce que m’a raconté un lecteur de Rockie.

« Au début de notre relation, comme j’étais le seul à me masturber quotidiennement, j’avais honte. Alors quand ma chérie s’est mise à jouir seule sans honte à quelques mètres de moi, comme si de rien n’était, et bien ça m’a débloqué. Maintenant, on se masturbe ensemble, seul·e, par-ci, par-là et c’est assez génial ! »

Faites ce qui vous plaît !

Cet article n’est pas du tout une injonction à te masturber. Certaines personnes n’aiment pas ça ou n’y trouvent pas d’intérêt, et c’est très bien comme ça. Mais si tu te masturbes, et que ce non-dit dans ton couple te pèse, tu peux lancer la conversation très simplement : « Ah, au fait, est-ce que tu te masturbes ? Parce que moi oui. »

Aucune obligation non plus à dévoiler à l’autre tout ce que tu fais de ton côté. Pour certaines personnes, la masturbation est justement un jardin secret dont elles n’ont pas envie de donner les clés. C’est ce que m’écrit par exemple cette lectrice.

« Je sais qu’il le fait, pour l’avoir interrompu un jour (oups !). Je n’ai pas spécialement envie d’en savoir plus, ni la régularité, ni à quoi il pense pendant ces moments. Chacun son jardin secret… »

On n’est d’ailleurs pas du tout obligé·e de penser à son ou sa partenaire quand on se masturbe (et heureusement !).

Régler les détails logistiques

Reste qu’avoir une discussion – même succincte- sur le sujet, peut aussi permettre de régler des détails logistiques. Quand tu vis ensemble et que tu as les mêmes horaires, ce n’est pas toujours facile de trouver des solutions pour se masturber discrètement.

Et dans ce cas, c’est chouette de pouvoir dire à l’autre sans gêne : « quand je vais dans la chambre et que je ferme la porte, c’est le signe que je préfère que tu ne rentres pas tout de suite ». Cette lectrice le raconte mieux que moi.

« Ça m’est déjà arrivé de lui dire clairement « je vais dans la chambre pour faire la sieste », et qu’il rapplique en entendant le bruit du vibro… Il a fallu du temps pour qu’il ne se sente pas rejeté lorsque je lui disais que, non, je n’ai pas envie de sexe avec lui là et que c’est mon moment à moi. Maintenant, lorsque je pars « faire une sieste », même s’il ne me fait pas de remarques, je sais qu’il sait. »

Demander à la personne qui partage ta vie « et toi, tu te touches ? » peut ouvrir un dialogue intéressant sur le rapport de l’autre à la masturbation, à son corps et plus globalement à la sexualité. Peut-être même que cela te permettra de profiter plus pleinement des plaisirs de la masturbation. Et ça, c’est plutôt chouette, non ?

Pour aller plus loin :

Et toi, tu as déjà parlé de masturbation avec ton ou ta partenaire ? Quelle place a-t-elle dans votre couple ? Viens m’en parler dans les commentaires ci-dessous. 

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

25 Mar 2019, à 12:10
:rockon:Super article !
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Voir les réactions sur le forum (31 réponses)
Close