Close

Télétravailler avec un bébé de 2 ans, une mission presque impossible

À cause du confinement, Virginie est obligée de travailler depuis chez elle tout en s'occupant de sa fille en bas âge. Une expérience qu'elle ne recommande pas vraiment, sauf si on aime tester la ténacité de ses nerfs.

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis quelques jours, l’équipe de Rockie (c’est-à-dire une personne et demi) et celle de madmoiZelle est officiellement en télétravail. Ce qui veut dire qu’à l’heure où tu lis ces lignes, nous sommes sûrement toutes en pyjama, bien affalées sur nos canapés respectifs, à essayer d’être productives et surtout de ne pas regarder par la fenêtre toutes les 30 secondes (oh, un avion !).

Personnellement, j’ai toujours bien aimé le télétravail, mais ça c’était avant d’avoir un enfant d’un an et demi surexcité bloqué à la maison, et donc dans mes pattes du matin jusqu’au soir. Allez, pour rigoler un peu, je te propose de découvrir ma journée type du moment.

À lire aussi : Comment occuper tes enfants pendant le Coronavirus

06H00 – Un réveil en fanfare

Comme tous les matins depuis un mois, je suis réveillée par les hurlements de ma fille dans le babyphone. Dans la réalité, ça donne un « maman » déchirant de détresse qui donnerait envie à n’importe quel être vivant pourvu d’un cœur de se précipiter à son chevet. Mais moi, ce que j’entends, c’est plutôt « servante,  il est grand temps que tu viennes me chercher pour que je puisse commencer à te pourrir la vie. Ah et puis j’ai la diarrhée ».

8H30 – Ma fille, cette moule dont je suis le rocher

Moustache de chocolat débarbouillée, mèche lustrée, petit nez mouché… L’enfant est prêt à conquérir le monde et moi je suis encore en pyjama, le caca d’œil tout sec, et la seule chose que j’ai avalée depuis ce matin ce sont des couleuvres. Depuis potron-minet, ma fille se donne du mal pour m’empêcher d’être seule ne serait-ce qu’une toute petite minute. D’ailleurs, je n’ai le droit d’aller aux toilettes que parce qu’elle me tient le PQ.

9H30 – …/—/… (c’est du Morse, ça veut dire SOS)

A cette heure-ci, dans ma vie pré-confinement, j’avais déjà terminé ma veille quotidienne et je commençais à rédiger mon premier article du jour. Mais depuis que je suis cloîtrée à la maison avec ma fille, c’est un peu différent.

C’est simple, je n’arrive à rien ! Dès que je veux écrire un mot, elle me tire par le bras, tape l’ordinateur avec son doudou, m’envoie une pluie de Playmobil 123 dans la figure… Bref, elle n’est pas du tout prête à me laisser bosser.

Son père essaye de l’attirer ailleurs avec des Kinder Bueno mais sans succès, elle ne veut que « mamaaaaaaaaan ».

Je suis à deux doigts de faire fondre quelques grammes de Lexomil dans sa tasse d’eau mais les troubles de l’humeur font partie des effets indésirables et j’ai peur.

11H30 – 5 fruits et légumes parterre

C’est l’heure du déjeuner pour ma fille ! Depuis ce matin, j’ai écrit trois phrases, envoyé des signaux de détresse à tout le système solaire mais je vais encore prendre du temps pour lui préparer une petite assiette pleine d’amour qu’elle enverra balader d’un revers de la main.

Jusqu’à l’heure de la sieste, c’est mon mec qui s’en occupe totalement. J’ai donc entre 1h et 1h30 devant moi pour rattraper tout ce que je n’ai pas pu faire dans la matinée, et clairement ça va être chaud. Pour le bien de tous, je commence par aller me laver les dents.

13H30 – L’enfant contre-attaque

Les parents dont les enfants font entre 1h30 et 3h de sieste après le déjeuner ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont. Ma fille, après 30 minutes de dodo, est remontée comme un coucou ! J’ai à peine eu le temps de déjeuner qu’elle est déjà en train de se frotter à ma jambe comme un teckel en manque d’affection.

J’essaye de la distraire avec un livre sonore mais non, Mozart et Tchaïkovski ne trouvent pas grâce à ses oreilles. Même châtiment pour les disques de comptines et de chansons Disney qui se retrouvent à voler dans tout le salon.

15H00 – Bébé m’a tuer

Je pense clairement à mettre une fessée à ma progéniture pour que la DDASS vienne la chercher. Promis je viendrai la récupérer dès que j’aurai terminé mon article.

À lire aussi : Confinement et syndrome prémenstruel : ma journée du seum

16H00 – Zéro cuillère pour maman

C’est l’heure du goûter ! Je lui ai donné une banane, un petit-suisse et une madeleine dans l’espoir qu’elle mange tout ça tranquillement et me lâche la grappe pendant une trentaine de minutes mais non. La madeleine a terminé écrasée sur le carrelage, juste à côté de mon amour propre et de ma détermination.

17H30 – Mummy, Can We Play The Game ?

Pour l’éloigner un peu, je me suis dit que j’allais coller ma fille une demi-heure devant un replay de Peppa Pig, histoire de pouvoir enfin répondre à ma dizaine de mails en attente. Quelle ne fut pas ma déception quand je me suis rendu compte que ça ne l’intéressait pas du tout ! En tout cas moins que taper sur mon clavier avec son éléphant en plastique ou essuyer sa morve sur mon pull tout propre.

Moi qui voulais un bébé bilingue je suis fort déçue. Je savais que j’aurais dû prendre la pilule du lendemain.

18H00 – Mon mec, ce cheval qui a raté une haie

La fin de la journée approche et c’est la catastrophe : je n’ai toujours pas terminé mon article. J’envoie donc mon mari donner le bain à ma fille pour que je puisse enfin mettre un point final à mon papier du jour. Et là, je donne tout. Je suis tellement concentrée que je ne vois même pas que le pyjama de ma fille est a l’envers. Pire, lorsque je m’en aperçois, j’ai tellement envie de finir pour boulot que je n’essaye même pas d’embrouiller mon mari sur le sujet, alors que la joute verbale est clairement mon sport préféré et que « diantre ! tu pourrais faire attention quand même ! »

19H30 – Coucouche panier papattes en rond

L’enfant est propre, les cheveux bien coiffés et a convenablement dîné. Il ne me reste qu’à lui dire bonne nuit et à prier pour qu’elle ne se réveille pas dans la nuit. Au moment où je ferme la porte, je pense à tout le travail qu’il me reste à terminer avant de pouvoir moi aussi me coucher. Et puis elle me manque aussi, mon bébé.

Et toi, comment ça se passe le télétravail avec tes enfants ? 

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

22 Mar 2020, à 19:57
@beapouet Pas de chance. Sur ce coup on a eut du bol, les symptômes de celle de mon fils se sont arreté le 11/03, le veille de l'annonce de la fermeture des écoles.
 
Voir les réactions sur le forum (9 réponses)
Close