Close

Xavier, ses deux filles et l’amour de la lecture

Fais la connaissance de Xavier, qui est éditeur de livres jeunesse chez PKJ. On parle ensemble de la transmission de l'amour de la lecture à ses enfants.

Audible m’a offert la possibilité de venir enregistrer un épisode sur leur stand au salon du livre 2019, j’en ai donc profité pour inviter Xavier, sur les bons conseils de Lucie Kosmala – Lucie, une ancienne de l’équipe de madmoiZelle, qui d’ailleurs parle de littérature jeunesse sur sa chaîne YouTube et son podcast « Pyjama » – si le sujet vous intéresse, tu devrais aller la découvrir !

Pour revenir à mon invité du jour, Xavier est papa de deux filles de 6 et 4 ans, mais est aussi éditeur jeunesse. Il a la particularité d’avoir un budget illimité pour les livres de ses enfants, et a à coeur de leur faire aimer la lecture.

➡️ Abonne-toi à Histoires de Darons :

➡️ Pense à laisser un commentaire sur YouTube ! (merci !)

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

25 Avr 2019, à 04:27
J'hésitais depuis plusieurs jours à répondre au commentaire de @Kermance car il m'a énormément blessé. J'ai même hésité à demander à Fabrice de retirer mon interview. Pourquoi me juger si durement alors qu'au fond, je n'exprime que mes choix, mon mode de vie, sans aucun jugement sur ceux des autres. Hormis sur un point car je crois profondément que oui, il faut lire des livres à ses enfants, et que même le parent le plus débordé peut trouver un quart d'heure pour le faire, ne serait-ce qu'en posant son téléphone. Et que oui, bien sûr, il faut contrôler ce que des petits enfants comme les miens regardent sur des écrans. Mais est-ce une raison pour s'exprimer si violemment à propos d'une interview qui n'est qu'un témoignage personnel ?
L'autre point qui me touche c'est cette notion de "privilégié". Privilégié culturellement, absolument. L'avantage d'avoir des parents profs qui lisent c'est qu'effectivement j'aime ça et que j'ai envie de le transmettre. Est-ce si grave ? Devrais-je priver mes enfants de cet échange parce que d'autres enfants n'ont pas bénéficié de la même enfance ? N'est pas une richesse beaucoup plus intéressante que la richesse financière ?
Privilégié financièrement, ça c'est tout autre chose. Fils de prof, ce n'est au mieux que fils de la petite bourgeoisie de province. Mes parents n'ont jamais roulé sur l'or et sont tous deux fils de familles très pauvres. Et quant à moi vous imaginez bien que choisir d'être free-lance dans l'édition n'est pas un choix dicté par l'argent, car sinon je me serais bien mis le doigt dans l'oeil... Et ma femme est assistante dans une école montessori ce qui ne permet pas non plus de se vautrer dans le luxe.
Donc tout est affaire de choix. Des choix que certes j'ai la chance de pouvoir faire mais qui ne sont pas si simples que vous semblez le croire. Je refuse le salariat pour pouvoir m'occuper de mes enfants autant que possible, tirant ainsi un trait sur les avantages et la sécurité relative de l'emploi salarié. C'est un choix. J'aménage de même mon temps de travail pour cela. Je dépense peu et c'est vrai qu'une grosse partie de mon budget est consacré à l'école de mes enfants et aux livres. C'est là aussi un choix qui se fait au détriment d'autres choses qui seraient plus importantes pour d'autres dans ma situation. Mais ce serait leur choix et je ne les jugerais certainement pas. De même que mon temps de réflexion sur le choix du système éducatif se fait au détriment d'autres choses, et n'est pas arrêté, je continue de découvrir ce qui va et ne va pas dans ce qu'on propose aux enfants. Je suis fils de prof alors ce serait compliqué pour moi de complètement rejeter l'éducation publique. J'ai simplement trouvé un système qui me séduit et nous verrons bien...
Juger les gens sans les connaître, sans se mettre à leure place, sans empathie, donc, est le mal principal engendré par les réseaux sociaux. C'est très triste mais c'est ainsi. On y gagnerait tant à mieux essayer de comprendre l'autre avant de le rejeter aussi violemment que vous l'avez fait.
Je n'aurais jamais imaginé trouver ce genre de violence verbale ici, c'est la seule déception liée à cet échange si riche avec Fabrice, qui est un sacrément chouette personnage.
Et merci à celles et ceux qui auront aimé mon témoignage, parce qu'il est vraiment sincère.
Bon week-end
Mon but n'était pas que ce témoignage disparaisse, juste d'apporter un contrepoint. J'ai pleinement conscience de la violence de mes mots, comme de la violence sous-jacente dans vos mots. peut-être que vous ne les voyez pas, parce que tout se résumme pour vous à un choix éducatif. Mais ce n'est pas si simple, c'est un choix que vous pouvez faire.

Par ailleurs, je n'ai jamais parlé de richesse autre que culturelle, et si ma colère s'est exprimée si fort, c'est justement parce que votre témoignage démontre que le vrai problème, ce n'est pas la différence d'argent, mais bien la différence culturelle de départ. L'argent, c'est un accessoire,çà se rattrape. Est-ce que la culture se rattrape?

Je vous invite à regarder les videos de Frank Lepage, autour de la culture et de l'inculture, çà vous donnera une idée des raisons pour lesquelles ce podcast m'a mise en colère, et des raisons pour lesquelles je suis aussi vindicative, et forcement, injuste.
 
Voir les réactions sur le forum (10 réponses)
Close