Close

Pourquoi je parle « envie d’enfants » dès le 1er date

Depuis quelques années, Mymy aborde le sujet de l'envie d'enfants dès le 1er rendez-vous. Elle t'explique pourquoi.

Temps de lecture : 5 minutes

Pendant longtemps, j’ai été étrangère au monde du dating. Je rencontrais des mecs de façon organique, en soirée ou à la fac, on se voyait tout nus, on tombait amoureux, on se mettait ensemble, c’était cool.

Et puis j’ai quitté la fac, j’ai bossé dans une entreprise à 99% féminine, j’ai assez déménagé pour ne plus avoir beaucoup de potes… et je me suis dit que si je voulais pécho, il fallait que je me sorte les doigts !

Ma découverte du dating à 26 ans

À 23 ans, j’ai quitté d’un commun accord le mec avec lequel je sortais depuis 2 ans, et je me suis retrouvée célibataire pour la première fois depuis longtemps.

Jusqu’à mes 26 ans, je n’ai eu ni relation amoureuse ni relation sexuelle et ça m’allait très bien… jusqu’à ce que ma libido et mon cœur d’artichaut ne se réveillent !

J’avais envie de sexe, j’avais envie d’amour, je venais d’arriver à Paris. Je me suis mis en tête de trouver un mec, et pour ça, j’ai pris la direction la plus évidente : les applis de rencontres.

Tinder m’a angoissée, Adopte ne m’a pas convenu, mais j’ai trouvé mon bonheur sur OkCupid, une plateforme un peu plus confidentielle à l’époque, pleine de bobos gauchistes parisiens comme moi qui parlaient féminisme et rap français dans leurs bios.

J’ai coché « cherche relation sérieuse » et je me suis laissée porter. J’ai eu la chance de tomber assez vite sur un super garçon aux yeux bleus et aux oreilles percées qui allait devenir mon amoureux pour près de 3 ans.

Et j’ai décidé de lui parler, dès le 1er rendez-vous, du sujet épineux de l’envie d’enfants.

Je ne veux pas d’enfants, et ça devient un vrai sujet

Ça peut paraître surprenant d’évoquer une hypothétique descendance avant d’avoir ne serait-ce que partagé un lit, mais j’ai eu un crush sur ce mec dès que je l’ai vu et je me doutais qu’on avait des chances de faire un bout de chemin ensemble.

Sauf que.

Sauf que moi, je ne veux pas d’enfants. Du tout. Ni maintenant, ni plus tard, ni jamais. On me dit que je changerai peut-être d’avis, mais chaque année j’ai moins envie que la précédente — et j’avais déjà pas envie à la base.

Je ne veux pas d’enfants pour aucune raison à part que je n’en veux pas, ce qui est une raison suffisante.

En grandissant, en vieillissant plutôt, j’ai réalisé que j’approchais doucement de l’âge auquel les gens qui veulent des enfants s’y mettent sérieusement — l’âge moyen d’une mère accouchant de son 1er bébé étant de 28 ans en France en 2015 !

Donc si j’ai 26 ans, et qu’on part du principe qu’avant de faire un enfant, on profite de quelques années en couple, puis on se marie, pourquoi pas, puis on se met aux essais bébé… on est dans les clous, non ?

Alors je pose la question : POURQUOI est-ce que je sortirais avec un mec qui est sûr de vouloir des enfants ?

Parler de l’envie d’enfants au 1er rendez-vous

Lors de ce 1er rendez-vous, j’ai donc décidé d’aborder clairement la question. Sans détours, sans circonvolutions.

Moi, je ne veux pas du tout d’enfants. Tu en veux, toi ?

Le garçon aux oreilles percées m’a répondu qu’il n’y avait pas encore trop réfléchi, mais qu’a priori, ça ne faisait pas partie de ses projets de vie. « J’en sais rien, je pense pas, peut-être qu’un jour ça me viendra mais pour le moment bof. »

Il a été surpris de la question, mais a compris ma démarche lorsque je lui ai expliqué ma logique, même si pour lui, envie ou non, le moment d’avoir des enfants semble si lointain qu’il trouve ça tôt pour s’y projeter.

Avec mon mec actuel (qui n’est pas le même, donc), rebelote : quand on a commencé à se fréquenter officiellement et à se considérer comme un couple, je lui ai tout de suite annoncé ma non-envie d’enfants et demandé où il se positionnait.

Lui aussi a été plutôt surpris que la question arrive si tôt, mais je pense que c’est surtout lié au fait qu’il est plus jeune que moi et n’a donc pas « commencé » à s’interroger sérieusement à ce sujet !

L’envie ou la non-envie d’enfants peut briser un couple

Pour en revenir au garçon aux oreilles percées : j’ai trouvé sa réponse assez « négative » pour que je prenne le risque — et sans regrets, ces 3 ans furent très beaux.

Le risque, oui, car pour moi sortir avec un mec qui voudrait des enfants, c’est un risque. Un risque d’entamer une relation forcément vouée à l’échec.

Empêcher un homme que j’aime de devenir père, ça me briserait le cœur, mais faire un bébé sans le vouloir, par amour pour mon compagnon, ce serait la pire idée.

Si j’étais en couple avec quelqu’un qui veut des enfants, je pense qu’on n’aurait pas d’autre choix que de se séparer, à terme, quand ce désir deviendrait trop puissant.

Se séparer même si on s’aime, même si on n’a pas fini de vivre ce qu’on avait à vivre, pour qu’il puisse réaliser son rêve avec une autre que moi, puisque je ne peux pas partager cet objectif avec lui.

Il y a dans mon entourage des histoires de gens, un peu plus âgés que moi, qui n’en ont jamais parlé, de cette histoire d’enfants, ou alors vite fait, « On verra plus tard », et qui se sont retrouvés coincés, le dos au mur, le jour où ils n’ont plus pu éviter le sujet, et se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas sur la même longueur d’ondes.

Il n’y a pas 36 solutions dans ce cas-là. Soit on sacrifie son envie d’enfants, ce qui est triste à crever. Soit on sacrifie sa non-envie d’enfants, ce qui est triste à crever. Soit on se sépare, et on sacrifie son couple, ce qui n’est pas jojo non plus.

J’ai décidé que je mettrai toutes les chances de mon côté pour que cette situation ne m’arrive jamais.

Et si tu te demandes : oui, je pense que si un mec me répond « Oui, je veux des enfants » au premier date, je ne continuerais pas avec lui. Je finirais la soirée, je lui sucerais peut-être même la teub, mais je ne le reverrais pas, ou alors j’en ferai un ami.

Je ne veux pas risquer de m’amouracher d’un type qui a un projet de vie si différent du mien, c’est la recette infaillible d’un cœur brisé…

Je ne sortirai pas avec un homme qui veut des enfants

Je ne suis pas du type à optimiser chaque parcelle de ma vie pour la rendre productive, mais force est de constater qu’à la fin, on meurt, alors si on pouvait ne pas gâcher TROP de temps dans notre existence limitée, c’est pas plus mal.

Je n’arrive pas à m’enlever de la tête que sortir avec un mec qui veut des enfants, ce serait lui faire perdre du temps, parce que je sais bien qu’on va finir par se séparer et qu’il devra probablement :

  • Retrouver une meuf (qui, elle, veut des enfants)
  • Passer la phase de séduction
  • Se mettre en couple (et que ça se passe bien)
  • Se sentir dans la bonne configuration pour faire un bébé (et que la meuf ressente la même chose)
  • Lancer les essais bébé (ce qui peut prendre du temps)

Il n’y a pas d’âge pour faire des enfants, surtout pour les hommes (la fertilité des femmes baisse de façon plus significative avec l’âge), mais il y a quand même une période privilégiée par la plupart des parents, à savoir la trentaine.

Alors je ne veux pas faire « perdre leur temps » aux mecs qui veulent des enfants, alors qu’il y a tant de femmes ayant le même désir avec lesquelles il serait peut-être plus logique qu’ils tentent leur chance !

Donc c’est décidé, je ne sortirai pas avec un homme qui veut devenir père, tout comme je ne sortirai pas avec un baroudeur qui part bientôt en tour du monde ni avec quelqu’un qui projette de retaper une ferme dans la campagne alsacienne.

Il y a assez de célibataires dans le monde pour que j’en trouve un qui partage à peu près ma vision de l’avenir, sans m’engager dans une relation qui me semble avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête !

(Et je ne sortirai pas non plus avec un père célibataire, parce que j’ai vu trop de potes devenir des sortes de belles-mères malgré elles alors que leur mec avait promis que ça n’arriverait pas… mais ça, c’est un sujet pour un autre jour !)

À lire aussi : Ma copine ne s’épile pas, ne fait pas de fellation, ne veut pas d’enfants, et ça me va

Rubrique
Mots-clés

Le dernier commentaire

2 Juin 2020, à 16:21
J'ai bientôt 36 ans et je n'ai jamais voulu d'enfants. Mon ex en voulait et m'avait dit "tu ne peux pas me forcer à ne pas avoir d'enfants".
Je lui ai donc répondu qu'il fallait se séparer dans ce cas-là mais il ne voulait pas qu'on se quitte. Il a vraiment essayé de me faire changer d'avis voire même me culpabiliser. Il me reprochait de ne rien vouloir construire avec lui et de ne pas vouloir d'enfants avec lui. Bref en plus de ça on avait déjà une relation très toxique.
Heureusement que j'ai fini par le quitter, et aujourd'hui je suis avec un homme qui comprend mon non désir d'enfants et qui veut pas me forcer. Ça se passe très bien avec lui et j'en suis très heureuse.
 
Voir les réactions sur le forum (44 réponses)
Close